Text Resize
-A A +A
Se Connecter

 
 

3e édition du Festival Digital Choc au Japon

Nouvelle édition pour le festival Digital Choc qui a invité au Japon artistes, sociologues, anthropologues, éditeurs, écrivains, à débattre de questions numériques pour les uns, à présenter leurs œuvres pour les autres. Au programme : expositions, concerts, débats d'idées et rencontres.
Un jardin transformé en mécanique onirique, une machinerie absurde et poétique parcourant les murs, des rencontres avec de nombreux artistes pour rêver ensemble à ce que pourront être nos relations futures avec les machines… Ce sont là quelques-unes des manifestations du Festival Digital Choc qui s'est tenu au Japon du 21 février au 23 mars 2014.
 
Le festival, organisé par l’Institut français du Japon, vise à mettre en lumière la créativité française dans le domaine des cultures numériques et des nouvelles images. Car l’avènement des machines au xxe siècle a provoqué autant de fantasmes et de fascinations que de craintes. Si les machines ont longtemps été au service des humains, elles ont développé de plus en plus d’autonomie, au point que dans certains cas leur pouvoir échappe à leurs maîtres. L’usage de la technologie, de l’électronique et de l’ordinateur dans l’art a donné aux machines un rôle de plus en plus important dans le processus de création : elles chantent, elles dansent, peignent, écrivent selon des programmes qui leur laissent de plus en plus d’indépendance.
 
Différentes installations et projections vidéo étaient visibles à l’Institut français du Japon et à la Galerie Atsuko Barouh. Au programme également, des concerts de musique acousmatique et électroacoustique du groupe CCMC et la tournée de Brodinski & Sam Tiba. Trois tables rondes permettront de débattre de la place du numérique dans l’art (« Comment les nouvelles technologies transforment-elles les différentes pratiques artistiques contemporaines ? »), du rapport entre machine et vivant (« La vie machinée ») et des nouvelles pratiques de lecture (« Lire à l'ère numérique »).
 
Pour cette 3e édition, le festival a reçu l’appui de l’Institut français dans le cadre de son programme IFsciences. Les deux premières éditions, en 2012 et 2013, avaient rassemblé plus de 5 000 personnes sur l’ensemble du territoire japonais.
 
 
 

Programme

 
Soirée d’ouverture, le 21 février 2014

 
  • Installations
- « Mécaniques discursives », de Fred Penelle et Yannick Jacquet, Galerie de l’Institut français du Japon, Tokyo
- « Songe d’une nuit d’hiver » – Alvaro Cassinelli, Stéphane Shibatsuji-Perrin, Motoi Ishibashi, Niklas Bergström
Dans les jardins de l’Institut français du Japon – Tokyo
- Dépli, pièce interactive créée sur iPad par Thierry Fournier
22 février au 9 mars, à la Galerie Atsuko Barouh
 
  • Projections et rencontres
- Panorama, Le Fresnoy
Projection vidéo et rencontre : Le Fresnoy / Iamas, le 21 février à 15h
- Last Room de Pierre Carniaux
Projection et rencontre
le mardi 25 février de 19h Espace Images de l’Institut français du Japon – Tokyo ; le jeudi 27 février à 19h

  • Débat d’idées
- « Lire à l'ère numérique », 22 février, 18h30, Musée Métropolitain de la Photographie de Tokyo
- « Comment les nouvelles technologies transforment-elles les différentes pratiques artistiques contemporaines ? »
le 23 février, à 19h, Institut français du Japon - Tokyo, Espace image
- « La vie machinée », 24 février, 18h30, Maison franco-japonaise
 
 
  • Musique
- DJ set expérimental sous la forme d’un road trip filmé, proposé par Granulr Agency (soirée d'ouverture, 21 février)
- Concert du CCMC, concert de musique acousmatique et électroacoustique
les 1er et 2 mars à Tokyo et Kyôto
- Tournée Brodinski & Sam Tiba (Osaka, Nagoya, Tokyo) en mars
 
 
 
Images
  •   Mécaniques discursives © Fred Penelle et Yannick Jacquet