Text Resize
-A A +A
Se Connecter

 
 

« Action, elles tournent » : hommage aux femmes cinéastes en Iran

Du 27 novembre au 5 décembre 2017, l’Ambassade de France en Iran et le Centre de langue française proposent « Action, elles tournent », programme exceptionnel de projections et de masterclasses autour de réalisatrices françaises et iraniennes.
 
La Semaine « Action, elles tournent ! », sera présentée d’abord à Téhéran puis à Shiraz, en partenariat avec la Maison des artistes de Téhéran et le centre culturel Shahre Aftab à Shiraz, avec le soutien de l’Institut français. Elle offrira une riche programmation de films de fiction réalisés par des cinéastes françaises, en miroir de films de cinéastes iraniennes. Sur la base des thématiques abordées, les échanges avec le public permettront notamment des discussions autour de l’existence ou non d’une écriture cinématographique féminine.
 
Deux Master classes seront dispensées :
  • « Mise en scène : visage et silhouette » dirigée par Marianne Tardieu (dont le film Qui vive sera projeté durant la Semaine) et la documentariste Firouzeh Khosrovani (Fast of Duty, Rough Cut)
  • « Premier long-métrage : au-delà des codes d’écriture, trouver son style », dirigée par Lidia Terki
 
Marianne Tardieu signe avec Qui vive son premier film de long métrage. Un film de banlieue lumineux bien que tragique, porté par deux comédiens de la jeune génération montante du cinéma français, Reda Kateb et Adèle Exarchopoulos. La jeune réalisatrice se qualifie plus volontiers de cinéaste. Après des études de philosophie, Marianne Tardieu intègre l’Ecole Louis Lumière puis travaille comme chef-opératrice.
Qui vive fait partie de la sélection Acid-Cannes.
 
 
Avant de réaliser ses propres films, Lidia Terki a occupé successivement plusieurs postes au sein de l'industrie cinématographique, du décor à la production, de l'assistanat à la mise en scène.
Paris la blanche est son premier long métrage. C'est Colo Tavernier qui lui a proposé le scénario : "L'histoire de cette femme qui erre dans Paris à la recherche de son mari, ancien travailleur immigré à la retraite, m'a beaucoup émue. Je venais de perdre mon père et, même si ces pages ne racontaient pas son histoire, cela m'a renvoyée à ses origines, et donc aux miennes." Le film a été sélection au festival 1ers plans d’Angers.
 
 

Calendrier des projections à la Maison des artistes à Téhéran

 
Date
16h00
18h00
27 novembre
Les contes*, Rakhshan Bani Etemad
Qui vive*, Marianne Tardieu
28 novembre
Hush ! Girls don’t scream, Pouran Derakshandeh
La cour de Babel, Julie Bertuccelli
29 novembre
Une femme iranienne, Negar Azarbayjani
Bird people, Pascale Ferran
30 novembre
Deux femmes, Tahmineh Milani
L’avenir, Mia Hansen-Love
1er décembre
Nahid* (Prix de l’Avenir au festival de Cannes en 2015), Ida Panahandeh
La vie domestique, Isabelle Czajka
2 décembre
Track 143*, Narges Abyar
Paris la blanche*, Lidia Terki
 
 
*En présence de la réalisatrice
 
Les films seront projetés en version originale et sous-titrés en français ou persan. Les projections seront suivies de séances d’échanges avec le public.
Images
  •   QUI VIVE de Marianne Tardieu  
  •   PARIS LA BLANCHE de Lidia Terki