Text Resize
-A A +A
Se Connecter

 
 

« Barthes / vision » : des images pour un centenaire

En 2015, Roland Barthes aurait eu cent ans. Pour explorer l'actualité de sa pensée, l'Institut français propose aux internautes de tous les pays de contribuer à une expérience numérique originale.
 
En 2015, la célébration du centenaire de Roland Barthes est l'occasion de revenir, dans de très nombreux pays, sur l'œuvre de cet auteur phare de la pensée française. Colloques et tables rondes, ateliers de traducteurs et expositions se déroulent sur les cinq continents : une « semaine Roland Barthes » durant le festival Croisements (Chine), une exposition et un colloque Roland Barthes plural à Sao Paulo, mais aussi des rencontres internationales à Cardiff, Delhi, New York, Beyrouth ou Bucarest, et bien d'autres événements encore.  
 
Cette actualité internationale de Roland Barthes n'est pas seulement un effet de calendrier. En décrivant l'invasion des clichés dans la vie quotidienne (dans les Mythologies) ou l'émotion singulière suscitée par la photographie (dans La Chambre claire), la pensée de Barthes entre en résonance avec notre univers où, via le numérique, stéréotypes et images font le tour de la planète. À l'heure des selfies, où les photos les plus intimes deviennent des événements publics, lire : « quand je me sais photographié, je me transforme en image » a de quoi faire dresser l'oreille !
 
C'est pourquoi, tout au long de l'année, l'Institut français invite les internautes du monde entier à regarder la réalité par les yeux de Roland Barthes. Intitulée Barthes : Vision, une grande collecte d'images a été lancée au mois de mars 2015.
 
Traduit dans de nombreuses langues et relayé par les postes du réseau culturel, cet appel à s'emparer visuellement de la pensée de Barthes s'adresse aux publics les plus divers : photographes professionnels ou amateurs, graphistes, étudiants, lycéens, et toutes celles et ceux que passionne la circulation contemporaine des images. Barthes / Vision se veut une manière inédite de créer des échos entre les événements soutenus par le réseau culturel français : en confrontant des images venues du Japon, de Croatie, d'Argentine... cette encyclopédie visuelle et collaborative constituera à la fois un dispositif d'animation, en parallèle aux colloques et rencontres, et une archive numérique du monde contemporain. L'Institut français proposera, cet automne à des chercheurs, sémiologues ou écrivains, de se pencher sur ce corpus visuel - bouclant ainsi la boucle, du texte à l'image et de l'image au texte.
 
À noter : afin d'accompagner davantage encore le centenaire de Roland Barthes, l'Institut français propose sur le portail Culturethèque une sélection d'ouvrages de et sur Roland Barthes, dans le cadre du Prêt Numérique en Bibliothèque. D'autre part, toutes les informations relatives à cette célébration sont rassemblées dans l'agenda du centenaire, réalisé en partenariat entre l'Institut français et le site de référence roland-barthes.org.
 
 

Les 15 citations

1. « Ce que la Photographie reproduit à l'infini n'a eu lieu qu'une fois. », La Chambre claire, section 2
 
2.« La photo de l'être disparu vient me toucher comme les rayons différés d'une étoile. », La Chambre claire, section 34
 
3. « La Photographie, parfois, fait apparaître ce qu'on ne perçoit jamais d'un visage réel (ou réfléchi dans un miroir). », La Chambre claire, section 43
 
4. « Dès que je me sens regardé par l'objectif, tout change : je me constitue en train de “poser”, [...] je me métamorphose à l'avance en image. », La Chambre claire, section 5
 
5. « L’air est ainsi l’ombre lumineuse qui accompagne le corps ; et si la photo n'arrive pas à montrer cet air, alors le corps va sans ombre. », La Chambre claire, section 45
 
6. « Ce que je cache par mon langage, mon corps le dit. [...] Mon corps est un enfant entêté, mon langage est un adulte très civilisé... », Fragments d'un discours amoureux , chapitre « Les lunettes noires »
 
7. « La société s'emploie à assagir la Photographie, à tempérer la folie qui menace sans cesse d'exploser au visage de qui la regarde. », La Chambre claire, section 48
 
8. « Colorier le monde, c'est toujours un moyen de le nier. », Mythologies, chapitre « Continent perdu »
 
9. « Le mur appelle irrésistiblement la trace des songes profonds, des agressions ou des caresses intimes. », in « Société, imagination, publicité » (1968)
 
10. « Ce que le public réclame, c'est l'image de la passion, non la passion elle-même. », Mythologies, chapitre « Le monde où l'on catche »
 
11. « Je m'inquiète d'une société qui consomme si avidement l'affiche de la charité qu'elle en oublie de s'interroger sur ses conséquences, ses emplois et ses limites. », Mythologies, chapitre « Iconographie de l'abbé Pierre »
 
12. « La Mode est en effet imitation collective d’une nouveauté régulière. », in « Le dandysme et la mode » (1962)
 
13. « L’image fige une infinité de possibles ; la parole fixe un seul certain. », Système de la Mode (1973), section IV. 1.10. « Immobilisation des niveaux de perception »
 
14. « Le langage est une peau. », Fragments d'un discours amoureux, chapitre « L'entretien »
 
15. « Qu'est-ce donc que notre visage, sinon une citation ? », L'Empire des signes, chapitre « Le visage écrit »
 

Pour participer

Contribuez sur www.barthes.vision
1. Cliquez sur "Contribuer"
2. Sélectionnez votre citation
3. Téléchargez votre photo (format jpeg uniquement, 10 Mo maximum)
 

Photo : Roland Barthes © DR