Text Resize
-A A +A
Se Connecter

 
 

Exposition internationale d'architecture de Venise 2014

Sous le thème « La modernité, promesse ou menace ? », conçu par Jean-Louis Cohen, le Pavillon français de la 14e exposition internationale d’architecture de Venise a été inauguré le 5 juin 2014. Il a reçu une mention spéciale du jury, présidé par Francesco Bandarin.
 
Le Pavillon français de la 14e Exposition internationale d’architecture de Venise, dont le commissariat a été confié à Jean-Louis Cohen, a ouvert ses portes le 5 juin 2014. Sous le titre « La modernité, promesse ou menace ? », il propose une lecture critique du chemin de l’architecture française vers la modernité.
 
En réponse au thème d’ensemble de la biennale, « Fundamentals », l’exposition évoque avec quatre cas singuliers les contradictions qui ont marqué l’« absorption » de la modernité architecturale par la France. Caractérisée par la conjonction d’une intervention publique massive et d’une culture constructive originale, l’architecture française a laissé entrevoir un monde meilleur, dont la réalisation s’est accompagnée de multiples difficultés et de vives frustrations.
 
Le Pavillon présente quatre cas qui sont autant de facettes de cette situation : la séduction et la contrainte exercées par la maison Arpel du film de Jacques Tati Mon Oncle ; la tragique transmutation de la cité de Drancy, réalisation expérimentale des années 1930 devenue camp d’internement ; l’imagination appliquée par Jean Prouvé aux structures légères, et son échec face au modèle de la préfabrication lourde à la française, réexporté dans le monde dans les années 1950.
 
Projeté simultanément dans les quatre galeries, le film réalisé Teri Wehn-Damisch constitue à la fois une toile de fond des présentations en trois dimensions et un récit visuel. Il utilise des documents d’archives – films de propagande produits par des administrations française ou actualités cinématographiques – et des fragments de films de fiction – de Jacques Tati à Jean-Luc Godard – que relient des aperçus de la métropole parisienne aujourd’hui.
 
 

Un thème par salle du Pavillon

Chacune des quatre salles du Pavillon français sera centrée sur un thème principal :
 
Salle 1 Jacques Tati et la villa Arpel : objet de désir ou machine ridicule ?
Le personnage central du film de Tati Mon Oncle, grand succès dans les salles en 1958, est moins Monsieur Hulot, dont la silhouette dégingandée était apparue sur l’écran cinq ans plus tôt, que la villa Arpel, où se déroule l’essentiel de l’intrigue. La villa Arpel continue, à plus de cinquante ans de distance, à symboliser le rêve d’une vie rendue plus facile par la machine, qui tourne parfois à la farce.
 
Salle 2 Jean Prouvé : imagination constructive ou utopie ?
Se définissant comme « constructeur », plus que comme architecte, ingénieur ou artisan, le ferronnier nancéien Jean Prouvé est passé à la fin des années 1930 de la production de composants pour les édifices conçus par d’autres à la création de maisons préfabriquées en métal, qu’il ne cessera de perfectionner pendant trois décennies.
 
Salle 3 La préfabrication lourde : économies d’échelle ou monotonie ?
Dans la France de l’entre-deux-guerres, les recherches se multiplient sur la préfabrication, que Le Corbusier appelle de ses vœux lorsqu’il revendique que « la grande industrie s’empare du bâtiment ». Elles portent alors surtout sur l’utilisation de systèmes métalliques, alors que les grandes opérations d’après 1945 feront appel massivement au béton armé.
 
Salle 4 Le grand ensemble d’habitation : hétérotopie salvatrice ou lieu de réclusion ?
Dans le second après-guerre, près de 300 quartiers d’habitation sont créés dans la périphérie des villes françaises, distants des centres existants, et censés garantir une vie heureuse à une population qui ne connaissait pas le chômage. Initialement accueillis avec enthousiasme, ils sont devenus, avec la crise, synonymes d’exclusion pour les familles qui ne les ont pas quittés pour l’habitat pavillonnaire.
 
 

Jean-Louis Cohen, commissaire du Pavillon français

Né à Paris en 1949, Jean-Louis Cohen est architecte et historien. Ses recherches ont porté sur l’architecture et l'urbanisme du XXe siècle en France, en Allemagne, en Italie, en Russie et aux États-Unis, les formes de l’internationalisation et les cultures nationales. Entre 1998 et 2003, il a élaboré et conduit le projet de Cité de l'architecture et du patrimoine dans le Palais de Chaillot de Paris. Depuis 1994, il occupe la chaire Sheldon H. Solow en histoire de l’architecture à New York University. À partir de 2014, il est professeur invité du Collège de France. Il a publié plus de trente ouvrages et conçu de nombreuses expositions au Centre Pompidou, au Pavillon de l'Arsenal, au Centre canadien d'architecture, à l'Institut français d'architecture et au Museum of Modern Art.
 
 

Programme de la présence française à la Biennale de Venise

  • Mercredi 4 juin 2014
19h30
Remise du Grand Prix AFEX 2014 par Aurélie Philippetti, ministre de la Culture et de la Communication. 
Palazzo Zorzi, siège vénitien de l’UNESCO, près du Campo Santa Maria Formosa, Castello 4930
 
  • Jeudi 5 juin 2014
10h
Ouverture des portes de la 14e Exposition internationale d’architecture de Venise
 
11h
Inauguration du Pavillon français
Giardini, 0121 Venise
 
12h
Inauguration officielle de la Biennale au Teatro Piccolo Arsenale
 
15h
Agence d'architecture Architecture Studio
Exposition « Young Architects in Africa». Présentation des projets lauréats du concours 
CA'ASI, Campiello Sant Maria Nova, Cannaregio 6024, 30121 Venise
 
20h
Fondation Wilmotte
Exposition qui présentera les lauréats du Prix W 2014
Fondaco degli Angeli, Cannaregio 3560, Venise 
 
  • Samedi 7 juin
11h
Remise des prix (sur invitation uniquement)
Giardini, 0121 Venise
 
 
 
Présentation du projet par Jean-Louis Cohen (Salon du livre, 22 mars 2014)
 
 
Sous le thème de « Fundamentals », la 14e Exposition internationale d’architecture de Venise se déroule du 5 juin au 23 novembre 2014 dans les Giardini, à l'Arsenale et dans divers autres lieux de Venise. Les journées professionnelles auront lieu les 5 et 6 juin 2014.
 
L’Institut français est chargé d’assurer la représentation française au sein de la Biennale d’architecture de Venise. Il est producteur du Pavillon français au côté du ministère de la Culture et de la Communication (direction générale des patrimoines). La Cité de l’architecture et du patrimoine en assure la production déléguée. L’Agence Projectiles est architecte-scénographe du Pavillon.

 

Le catalogue de l'exposition

Sous la direction de Jean-Louis Cohen, assisté de Vanessa Grossman, six auteurs analysent 101 édifices marquants, présentés selon un principe chronologique, et choisis après consultation d’une vingtaine d’architectes contemporains quant à leur vision de l’histoire récente. Les enjeux traités dans le Pavillon sont présents au travers des bâtiments évoqués, dont le spectre typologique va de la maison au grand ensemble et de l’usine à l’aéroport.
 
Tout à la fois brefs et denses, les textes sont illustrés par des vue marquantes, historiques ou contemporaines, l’ouvrage pouvant se feuilleter comme une promenade architecturale dans le temps, comme un récit visuel proposant dans bien des cas un écho au pavillon, mais dont la destinée est de s’inscrire dans un temps plus long que celui d’une biennale.
 
La modernité, promesse ou menace ? France - 101 bâtiments 1914-2014, Catalogue du pavillon français de la biennale d'architecture de Venise 2014, coédition Éditions Carré / Institut français, 224 p., 101 illustrations
 
 
 
 
 
L'Exposition internationale d'architecture de Venise 2014 sera suivie, en 2015, de la Biennale d'art contemporain de Venise. C'est le projet « Rêvolutions », proposé par Céleste Boursier-Mougenot et Emma Lavigne, qui a été choisi pour y représenter la France.
 
 
Images
  •   Le Pavillon français  
  •   Salle 1
 : Jacques Tati et la villa Arpel : objet de désir ou machine ridicule ? © Luc Boegly  
  •   Maquette de la Villa Arpel © Luc Boegly  
  •   © Luc Boegly  
  •   © Luc Boegly  
  •   © Luc Boegly  
  •   © Luc Boegly  
  •   Jean Prouvé donnant un cours au Conservatoire national des Arts et Métiers (v. 1968) - collection privée © Edmond Remondino, avec l'aimable autorisation de Dominik Remondino  
  •   Dessin de Jacques Lagrange pour la Villa Arpel dans le film de Jacques Tati, Mon Oncle (1958) - collection privée, avec l'aimable autorisation de Hyacinthe Moreau Lalande  
  •   Marcel Lods, Eugène Beaudouin, Vladimir Bodiansky, La Muette, Drancy, 1934 © Marcel Lods © Fonds Lods. Académie d'architecture / Cité de l'architecture et du patrimoine - Archives