Text Resize
-A A +A
Se Connecter

 
 

Festival du film franco-arabe dans les Territoires palestiniens

LA 8ème édition du Festival du Film franco-arable proposera du 2 au 13 décembre 2017 une cinquantaine de projections à travers sept villes des Territoires Palestiniens (Bethléem, Gaza, Hébron, Jenin, Jérusalem, Naplouse, Ramallah).
Pour sa 7ème édition en 2016, le Festival du Film Franco-Arabe a expérimenté de nouveaux temps de programmation qui ont tous rencontrés le succès, comme par exemple les projections jeune public et familiales de films d’animation, ou encore des projections dans des camps de réfugiés.
 
Pour sa 8ème édition, le Festival ira plus loin en ce sens en mettant au cœur de sa programmation des films pour la jeunesse et pour la famille, c’est à dire en insistant sur les comédies, l’animation et les films grand public, projetés au plus près des populations, dont une nouvelle fois dans les camps de réfugiés, entres autres lieux.
 
Sélectionnés par un jury composé de personnalités du monde audiovisuel palestinien, une dizaine de films sont attendus, proposant le meilleur des cinématographies françaises et arabes, parmi lesquels 
  • un film franco-arabe en présence d’une partie de l’équipe de tournage — Timgad
  • un ciné-concert d’un film de patrimoine — Zéro de conduite — donnant lieu à une création musicale par un jeune compositeur et douze musiciens palestiniens
  • un grand classique du film d’animation — Le Roi et l'oiseau —  doublé en direct par la conteuse palestinienne Fidaa Ataya
  • des pépites issues du monde arabe telles que Headbang Lullaby (Maroc) ou Ali, the goat and Ibrahim (Egypte).
 
Le festival présentera le film d’animation La Jeune fille sans mains en présence de son réalisateur Sébastien Laudenbach.
Réalisateur de films d'animation et illustrateur, Sébastien Laudenbach est déjà l’auteur de 8 courts métrages, dont Journal (primé à Clermont-Ferrand en 1999), Des câlins dans les cuisines (pré-sélectionné pour les Césars 2004), Vasco (Semaine de la Critique – Cannes 2011, pré-sélectionné pour les César 2012), et Daphné ou la belle plante. Son travail a été sélectionné et primé dans de nombreux festivals internationaux : Clermont-Ferrand, Annecy, New-York, Montréal, Hiroshima, Sao Paulo... Il participe à l'écriture des films de Chloé Mazlo Deyrouth et Les petits cailloux.
En tant que graphiste, il conçoit des affiches de films (La Fille du 14 juillet) et des génériques, notamment pour Emmanuel Mouret (Promène-toi donc tout nu, Laissons Lucie Faire !, Fais-moi plaisir !, Vénus et Fleur), et des affiches de festivals : Vendôme 2010, ACID – Cannes 2012, Bruz 2015...
Depuis 2014 il collabore avec Luc Bénazet, poète, sur une collection de films de poésies, et a entamé la fabrication solitaire d'un long-métrage en dessins animés, à partir du conte des frères Grimm La jeune fille sans mains.
Il est enseignant à l'EnsAD (Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs) depuis 2001 et intervenant ponctuel à l'école de La Poudrière et à l'EMCA.
 
La jeune Fille sans mains, adapté d’un conte des frères Grimm nous raconte l’histoire, en des temps difficiles, d’un meunier qui vend sa fille au Diable. Protégée par sa pureté, elle lui échappe mais est privée de ses mains. Cheminant loin de sa famille, elle rencontre la déesse de l'eau, un doux jardinier et le prince en son château. Un long périple vers la lumière…
De ce récit noir, Sébastien Laudenbach dessine un film lumineux, coloré, grâce à un graphisme sans cesse mouvant évoquant le trait de Matisse et souligné par une partition de guitare composée par Olivier Mellano.