Text Resize
-A A +A
Se Connecter

 
 

La Nuit des idées 2018

Le 25 janvier, grâce à la mobilisation du réseau culturel français à l’étranger et de ses partenaires, mais aussi de nombreux musées, centres d’art, bibliothèques, médias, universités, plus de 140 événements dans 56 pays interrogeront « l’imagination au pouvoir ».
La Nuit des idées - Parce que penser est une fête
Invitation ouverte à tous les lieux de culture
 et de savoir en France et dans le monde, la Nuit des idées propose pour sa troisième édition de placer l’année 2018 sous le signe
 du partage du savoir et de la réflexion, entre pays comme entre disciplines et générations. Grâce à la mobilisation du réseau culturel français à l’étranger et de ses partenaires, mais aussi de nombreux musées, centres d’art, bibliothèques, médias, universités, ce sont plus de 120 événements dans 50 pays qui interrogent « l’imagination au pouvoir », thème de cette année – comme un appel à interroger l’héritage de 1968, mais aussi la manière dont les sciences, la philosophie, la littérature ou la création peuvent démêler et affronter les enjeux de l’avenir, comme le fait l’écrivaine nigériane Chimamanda Ngozi Adichie, invitée d’honneur de l’événement au Quai d’Orsay.
 
  
La Nuit des idées s’implante dans de nouveau pays cette année dont des zones de conflits comme la Palestine et le Venezuela. Comment les pays et le réseau culturel français à l’étranger s’approprient-ils la manifestation ?
Avec plus de cent lieux organisant une Nuit des Idées dans le monde, cette édition montre que le réseau culturel français à l’étranger s’est pleinement approprié l’événement. Non seulement de nouveaux pays tentent l’aventure (la Russie, le Portugal, l’Ouganda, l’Azerbaïdjan, le Canada…) mais cette année, en effet, de nombreux territoires confrontés à une situation géopolitique ou intérieure difficile participent à la manifestation. Là où la liberté d’expression est réduite et les pratiques démocratiques attaquées, ou en période de crise et de conflit, le simple fait d’organiser un débat peut être un acte politique et diplomatique. La Nuit des idées vient rappeler que dans de nombreux pays, les instituts français et les alliances françaises ne sont pas seulement un lieu d’accès à la langue et à la culture française, mais aussi un lieu de parole, un espace privilégié pour la discussion et reconnu comme tel sur la scène locale, un lieu d’accueil pour le débat public, y compris sur des sujets complexes.
 
Avec cette troisième édition, la NDI s’impose parmi les rendez-vous emblématiques de la culture française et de son rayonnement international. Quels sont les enjeux de cette troisième édition pour l’Institut français ?
La rapidité avec laquelle la Nuit des idées s’est imposée sur l’agenda nous a nous-mêmes surpris : en trois ans, cette invitation lancée aux lieux de culture et de savoir est devenue un moment privilégié de rencontre et de partage, en France comme à l’étranger. En imaginant cette fête de la pensée, l’un des enjeux poursuivis était de porter le public en dehors de ses sphères traditionnelles, en invitant notamment les jeunes générations du monde entier à participer aux débats sur ce que sera le monde de demain. A New-York, Tunis ou Mexico, la Nuit des Idées sera un grand événement populaire, une belle illustration de l’action portée par l’Institut français, qui est d’accroître tout au long de l’année nos échanges avec les sociétés civiles étrangères, d’animer le dialogue interculturel et de promouvoir la libre pratique du débat. De faire le lien, aussi, avec la société française dans toutes ses composantes : c’est pourquoi aussi nous sommes heureux de voir la Nuit des idées prendre son essor non seulement à Paris, mais dans de nombreuses régions.
 
 
L’imagination au pouvoir est le thème de cette 3édition. Quels en seront les temps fort et qu’attendez-vous des débats ?
Ce thème est bien sûr emprunté aux slogans de mai 1968 dont nous fêtons le cinquantenaire ; mais il se veut tout autre chose qu’une « commémoration », à laquelle l’événement se prête peu !  Choisir « l’imagination au pouvoir », c’est se souvenir que 68 fut un moment exceptionnel de prise de parole, question au cœur de bien des Nuits des idées, de Nanterre à Buenos Aires ou Kinshasa. C’est interroger la relance des utopies, ses formes politiques et artistiques, passées et présentes, à Kyoto, Moscou, Brest ou Tananarive. C’est se pencher aussi sur des questions très concrètes, de tous ordres : la ville de demain et l’architecture d’urgence, les nouvelles formes du journalisme et le rôle des lanceurs d’alerte, l’agriculture de l’avenir et le devenir de la sexualité… Par la variété de ses sujets et de ses approches, cette Nuit des idées dresse la carte des enjeux contemporains, ce que marque bien sûr l’invitation au Quai d’Orsay de Chimamanda Ngozi Adichie, mettant à l’honneur la question de la place des femmes et celle du devenir du continent africain.
 
 
En savoir +
 
 
Retrouvez toutes les vidéos  sur notre chaîne YouTube