Text Resize
-A A +A
Se Connecter

 
 

L’Ensemble Jacques Moderne en tournée au Canada

Dans le cadre de sa diffusion à l'international, l'Ensemble Jacques Moderne donnera trois concerts au Canada en novembre 2017, avec le soutien de l’Institut français et de la région Centre-Val de Loire.
La tournée de l’Ensemble Jacques Moderne passera par Toronto, Québec et Montréal. Le programme est constitué d’œuvres de Jean-Sébastien Bach, Domenico Scarlatti et de leurs maîtres : Johann Hermann Schein et Claudio Monteverdi. Nés la même année (1685), Jean-Sébastien Bach et Domenico Scarlatti, tous deux réunis dans ce programme, n’empruntent pas les mêmes voies. Si Jean-Sébastien Bach, compositeur sédentaire et fervent luthérien, demeure toute sa vie en Allemagne, et n’est que très peu connu en Europe de son vivant, Domenico Scarlatti, né à Naples, s’installe à Venise, à Rome, voyage en Toscane, au Portugal puis en Espagne où il demeurera toute la fin de sa vie. Pour Bach comme pour Scarlatti, la musique sacrée est une grande source d’inspiration qui leur permet d’atteindre des sommets d’expressivité. 
 
En plus des concerts, des rencontres avec le public sont organisées à l'Alliance française de Toronto et dans le cadre du Festival Bach de Montréal avec Joël Suhubiette, directeur artistique de l'Ensemble.
 

L’Ensemble Jacques Moderne

Fondé il y a 40 ans par le musicologue Jean-Pierre Ouvrard, dirigé depuis plus de 20 ans par Joël Suhubiette, l’Ensemble Jacques Moderne, nourri des recherches musicologiques, interprète plus de deux siècles de musiques anciennes européennes, des polyphonies de la Renaissance à l’apogée de la musique vocale baroque. Basé à Tours en Région Centre-Val de Loire et composé d’un ensemble vocal et instrumental, il se produit dans toute la France, en Europe, en Amérique du Sud (tournée de concerts en Colombie) et tout dernièrement en Asie (concerts à la Folle Journée de Tokyo).
 

Calendrier

 
 
 
 
 
 
 
 

Photo : L'Ensemble Jacques Moderne jouant son programme Bach Scarlatti © Leonard de Serres
Images
  •   Joël Suhubiette © François Passerini