Text Resize
-A A +A
Se Connecter

 
 

Biennale de Venise 2015 : « rêvolutions » au Pavillon français

Pour la 56e Exposition internationale d’art contemporain de la Biennale de Venise, Céleste Boursier-Mougenot compose une œuvre poétique qui évoque les folies des parcs romantiques du XVIIIe siècle tout en laissant transparaître une dimension politique.
 
Avec rêvolutions, de l’artiste Céleste Boursier-Mougenot, accompagné de la commissaire d’exposition Emma Lavigne, le Pavillon français de la Biennale de Venise se transforme en 2015 en îlot onirique et organique.
 
 
 
 

Une chorégraphie alchimiste de trois arbres mobiles

Au sein des Giardini, le Pavillon français s’ouvre aux éléments, évoquant les « folies » des parcs romantiques du XVIIIe siècle. Il devient le théâtre d’une apparition et se transforme en un écosystème expérimental révélant un état de nature inédit.
 
Sous la verrière envolée du Pavillon et dans les allées arborées, Céleste Boursier-Mougenot déploie la chorégraphie alchimiste de trois arbres mobiles, qui se déplacent lentement en fonction de leur métabolisme, des variations du flux de leur sève, de leur sensibilité aux passages de l’ombre à la lumière. Ces chimères, hybridation de la machine et de la nature, sont sous-tendues par une vision animiste des arbres. Du Songe de Poliphile, l’énigmatique roman de Francesco Colonna à la Dysphylaxie, nouvelle de Primo Levi, elles les métamorphosent en êtres transhumants, déterminés, et échappant soudain à leur condition d’êtres fixés au sol.
 
 

Un théâtre ouvert

Tout en ravivant l’aspiration au merveilleux et à l’émerveillement des jardins maniéristes italiens, l’œuvre de Céleste Boursier-Mougenot laisse transparaître une dimension politique. Il s’agit de s’emparer des systèmes de contrôle des êtres vivants et de leurs déplacements pour composer une œuvre poétique où l’humain sensible peut habiter des espaces de liberté et de beauté déviante.
 
Bordé alentour par les arbres dont le bruissement électrique engendre un environnement sonore à partir du courant différentiel basse tension capté en direct, le Pavillon français se transforme en un théâtre ouvert. C’est un refuge au sein duquel le visiteur trouve un endroit où se reposer, où se laisser flotter en prenant place sur « les marches » en hémicycle qui imitent le motif du péristyle mais se révèlent souples au corps, dans un continuum harmonique, qui invite au rêve et à la réflexion.
 
 
Opérateur de la présence française à l’étranger lors des grands rendez-vous internationaux, l’Institut français assure le commissariat général du Pavillon français de la 56e Exposition internationale d’art – Biennale di Venezia en étroite collaboration avec le ministère de la Culture et de la Communication / Direction générale de la Création artistique.
En 2013, c'est Anri Sala qui avait représenté la France à la 55e exposition internationale d’art de la Biennale de Venise.

 


Céleste Boursier-Mougenot
Né en 1961, à Nice, Céleste Bousier-Mougenot vit et travaille à Sète. Présentés depuis près de vingt ans dans les lieux d'art contemporain, en France et à l’étranger, les travaux de Céleste Boursier-Mougenot, sont à considérer avant tout comme ceux d'un musicien. Après avoir été, de 1985 à 1994, le compositeur de la compagnie Side One Posthume Théâtre, de l'auteur et metteur en scène Pascal Rambert, il entreprend de donner une forme autonome à sa musique en réalisant des installations. À partir de situations ou d'objets les plus divers, dont il parvient à extraire un potentiel musical, il élabore des dispositifs qui étendent la notion de partition aux configurations hétérodoxes des matériaux et des médias qu'il emploie, pour générer, le plus souvent en direct, des formes sonores qu'il qualifie de vivantes. Déployé, en relation avec les données architecturales ou environnementales des lieux d'exposition, chaque dispositif constitue le cadre propice à une expérience d'écoute en livrant, au regard et à l’entendement du visiteur, le processus qui engendre la musique. Parmi ses œuvres les plus représentatives, on retiendra from here to ear, grande volière dans laquelle le public entre pour côtoyer des oiseaux dont les incessants déplacements produisent une musique. Depuis quelques années, il étend sa pratique à la chorégraphie, en appliquant à des objets en mouvement sa démarche « compositionnelle ».
Présent depuis de nombreuses années à l'étranger, Céleste Boursier-Mougenot a été le premier artiste français lauréat de l’International Studio Program (PS1) à New York en 1998-99. Il est actuellement représenté par la galerie Paula Cooper (New York), la galerie Xippas (Paris, Genève, Montevideo, Athènes) et la galerie Mario Mazzoli (Berlin). On a pu voir récemment son travail à la National Gallery Victoria de Melbourne en 2013, au Barbican Centre à Londres en 2010 ou à la Pinacothèque de São Paulo en 2009.
Parallèlement à la Biennale de Venise, le travail de Céleste Boursier-Mougenot est présenté dans plusieurs expositions monographiques : clinamen, au Centre Pompidou-Metz, de fin mai à fin septembre ; acquaalta, au Palais de Tokyo, Paris, du 24 juin au 13 septembre. L’artiste est également l’invité de la Biennale d’art contemporain de Lyon en septembre, puis du Musée des Beaux-Arts de Montréal à partir de novembre 2015.
 
Emma Lavigne
Emma Lavigne est née en 1968. Elle vit et travaille à Metz, où elle est directrice du Centre-Pompidou Metz. Elle a été de 2008 à 2014 conservatrice pour l’art contemporain au musée national d’Art moderne/Centre de Création industrielle du Centre Pompidou, Paris, où elle a été commissaire de plusieurs expositions dont Danser sa vie (avec Christine Macel) qui étudiait les liens entre la danse et les arts visuels, et la rétrospective Pierre Huyghe. Elle prépare également l’exposition de Dominique Gonzalez-Forester à Paris. Elle est spécialisée dans les liens entre les arts visuels, la musique, la danse et la performance. Elle a été auparavant conservatrice à la Cité de la Musique à Paris, où elle a été commissaire de nombreuses expositions consacrées aux relations entre la musique et l’art contemporain, telles que Electric Body ou Espace Odyssée, Chen Zhen, Saâdane Afif ou Christian Marclay. Elle a également organisé des expositions associées à la scène musicale rock, telles que Jimi Hendrix Backstage, Pink Floyd Interstellar, John Lennon Unfinished Music, ou I am a cliché, sur l’esthétique punk, aux Rencontres internationales de la photographie à Arles. Elle a été co-commissaire en octobre 2008 de l’exposition Warhol Live et d’Imagine Peace avec Yoko Ono en avril 2009 au musée des Beaux-Arts de Montréal. Elle est, depuis décembre 2014, directrice du Centre Pompidou Metz.

 
56e Exposition internationale d’art contemporain de la Biennale de Venise
Du 9 mai au 22 novembre 2015
6-8 mai 2015 : journées professionnelles
7 mai 2015, 11h : inauguration par Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la Communication
 
Catalogue de l'exposition (coéd. Institut français / Analogues), disponible en librairie et sur le site de la maison d’édition Analogues.
 
 

 
Céleste Boursier-Mougenot est représenté par les Galeries Paula Cooper (New York), Xippas (Paris, Genève, Punta del Este et Montevidéo) et Mario Mazzoli (Berlin).
 
Mécène exceptionnel : Museum of Old and New Art, Hobart, Australie ;
Avec le soutien à la production des œuvres de : Galerie Xippas (Paris), Paula Cooper Gallery, (New York), Galerie Mario Mazzoli (Berlin), Galeria Mazzoli (Modena), FNAGP ;
En partenariat avec : LAAS-CNRS, BA Systèmes, la Fondation d’entreprise Ricard / Pernod Ricard Italia, la Région Languedoc-Roussillon ;
Et la participation de : DICRéAM (CNC), SICK , Ubisense, Les Amis de Jau, HSBC et la Ville de Sète.
 
 

Photo : rêvolutions, de l’artiste Céleste Boursier-Mougenot, accompagné de la commissaire d’exposition Emma Lavigne © Laurent Lecat
 
Images
  •   révôlutions © Laurent Lecat  
  •    
  •    
  •    
  •   L'artiste Céleste Boursier-Mougenot et la commissaire Emma Lavigne © Laurent Lecat  
  •   Dessin de "révôlutions", au Pavillon français de la Biennale de Venise