Text Resize
-A A +A
Se Connecter

 
 

Pavillon français de la 16e Biennale d’architecture de Venise

Le projet « Lieux Infinis », porté par l’équipe Encore Heureux, a été sélectionné pour assurer le commissariat du Pavillon français de la Biennale internationale d’architecture de Venise en 2018.
Sur proposition du comité de sélection présidé par l’architecte et urbaniste Frédéric Bonnet, Jean-Yves le Drian, ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, et Françoise Nyssen, ministre de la Culture ont retenu le projet « Lieux Infinis ». Cette décision s’inscrit dans le processus mis en place en 2015 par les deux ministères pour renouveler le mode de sélection et élargir le spectre des candidatures. Elle s’appuie sur l’avis d’un comité de sélection, présidé par l’architecte et urbaniste Frédéric Bonnet, qui a examiné l’ensemble des réponses à l’appel à projets lancé par l’Institut français, opérateur du Pavillon français à Venise. Cet appel visait à sélectionner un(e) architecte ou une équipe pluridisciplinaire associant notamment un(e) architecte confirmé(e), chef de file, et un(e) jeune architecte de moins de 40 ans.
 
21 projets ont été proposés pour apporter une contribution au thème Freespace, choisi par les deux architectes irlandaises Yvonne Farrell et Shelley McNamara, commissaires généraux de cette 16e Biennale. Avec Freespace, elles placent cette rencontre internationale d’architecture sous le double signe de la « générosité » et du « désir d’échange ». « Nous croyons que ces qualités soutiennent la capacité fondamentale de l'architecture à nourrir et à soutenir le contact significatif qui existe entre l'homme et l'espace », ont-elles déclaré lors de leur nomination.
 
 

« Lieux infinis »

L’équipe Encore Heureux retenue pour le commissariat du Pavillon français à la Biennale internationale d’architecture de Venise, formée de Nicola Delon, Julien Choppin et Sébastien Eymard, s’inscrit pleinement dans la thématique du projet des deux commissaires générales par les valeurs de liberté programmatique et de générosité qu’elle active.
Pour Nicola Delon, Julien Choppin et Sébastien Eymard, « Lieux Infinis » propose un regard autre sur des bâtiments qui parviennent à : « Accueillir l’imprévu, offrir des zones de gratuité, intégrer des usages non-programmés, permettre l’appropriation citoyenne, miser sur l’énergie collective, désirer la mise en commun... ».
 
Le jury a été particulièrement intéressé par la mise en valeur d’édifices et de lieux très contrastés qui, produits de manière très inventive, doivent aussi leur réussite à des dispositifs architecturaux remarquables. Prêtant attention à l'ensemble du territoire, le projet témoigne de la rencontre féconde entre les initiatives de la société civile, la liberté d'expérimentation dans l’esprit du « Permis de faire » et les possibilités offertes par l'architecture.
 
 
 

Comité de sélection

 
PRÉSIDENT
  • Fréderic Bonnet, architecte et urbaniste, architecte-conseil de l’Etat et Grand Prix d'Urbanisme 2014.
Il est commissaire du Pavillon français de la Biennale d’architecture de Venise en 2016 avec le collectif des Ajap 14. Il enseigne à l’École nationale supérieure d'architecture de la Ville et des Territoires à Marne-la-Vallée, ainsi qu’à l’Accademia di Architettura di Mendrisio en Suisse. Il est membre fondateur et rédacteur de la revue Tous Urbains. Depuis 2015, il est membre titulaire de l'Académie d'Architecture. Créée en 2003 avec Marc Bigarnet, son agence Obras intervient sur des projets de toute échelle : édifice, jardin, quartier ou encore grand territoire, considérant qu’aucun territoire ne doit être exclu de la réflexion, les espaces métropolitains et ruraux comme les situations modestes et ordinaires.
 
 
MEMBRES EXPERTS
  • Odile Decq, architecte DPLG et urbaniste.
En 1996, son agence reçoit le Lion d’or de la Biennale d’architecture de Venise. Odile Decq mène parallèlement à une carrière d’architecte internationale une activité d’enseignement en France, à Londres, à New York, à Vienne et à Düsseldorf. En 2014, elle décide de créer à Lyon CONFLUENCE Institute for Innovation and Creative Strategies in Architecture, et dans laquelle elle expérimente de nouvelles méthodes pédagogiques ouvertes et une vision prospective sur l’architecture. Elle est avant tout une pionnière et une militante d’une posture pragmatique plus que théorique dans les domaines de l’Art, du Design, de l’Architecture et de l’Urbain et expérimente tous ces champs avec la même conviction.
  • Ariella Masboungi, Grand Prix d’Urbanisme 2016.
Architecte, urbaniste en chef de l’État et inspectrice générale du développement durable. En créant les « ateliers projets urbains », elle a œuvré à repérer à travers le monde, les démarches conceptuelles innovantes et les opérations pionnières en matière d’aménagement. Elle a également présidé l’École nationale supérieure d’architecture de la Ville et des Territoires à Marne- la-Vallée. Elle est membre d’un groupe de recherches coordonné par l’université de Princeton, aux États-Unis.
  • Henri Bava, paysagiste DPLG, Grand Prix national du Paysage 2007.
Il est paysagiste-conseil de l’État et enseigne à l’École nationale supérieure de paysage de Versailles pendant 10 ans jusqu'en 1998, date à laquelle il devient professeur titulaire et directeur du département Paysage de la faculté d’architecture de l’Université de Karlsruhe (KIT) et Membre de l’Académie des arts de Berlin. Il devient en 2010, pour 3 ans, président du conseil d’administration de l’École nationale de la nature et du paysage de Blois. À partir de cette même année, il intervient régulièrement à la Graduate School of Design de Harvard University. Depuis 1986 il dirige l'Agence Ter à Paris avec ses associés Michel Hössler et Olivier Philippe, et développe, par le paysage, une approche transversale du projet urbain et territorial, qui le conduit sur de grands projets internationaux, en Allemagne, à Barcelone, Shanghai, et Los Angeles.
  • Jana Revedin, architecte PhD et chercheuse.
Professeur à l’École spéciale d’architecture de Paris et déléguée de l’UNESCO à la Commission d’éducation et de recherche de l’Union Internationale des Architectes, elle enseigne à l’Université IUAV de Venise et aux Universités de Umea et Karlskrona, en Suède. En 2006, elle crée le Global Award for Sustainable Architecture, donnant vie à un collectif d’échanges et d’expérimentation scientifique et professionnelle mondial. Sa théorie de « conception radicante » propose la transformation collective de la ville contemporaine à partir d’une morphologie « en œuvre ouverte », en intervenant selon des processus participatifs.
 
 
MEMBRES INSTITUTIONNELS
  • Laurence Auer, Directrice de la culture, de l’enseignement, de la recherche et du réseau, ministère de l’Europe et des Affaires étrangères.
  • Vincent Berjot, Directeur général des patrimoines, ministère de la Culture
  • Agnès Vince, Directrice chargée de l’architecture, ministère de la Culture
  • Anne Tallineau, Directrice générale déléguée de l’Institut français