Text Resize
-A A +A
Se Connecter

 
 

Programme Stendhal 2015

Les missions Stendhal permettent de soutenir des écrivains pour un projet d'écriture nécessitant le séjour pendant un mois dans un pays déterminé. En contrepartie de ce soutien, les auteurs apportent leur concours aux actions de rayonnement et d’échanges culturels menés par le réseau culturel français à l’étranger. Retrouvez les projets d'écriture des lauréats 2015.
 

Projets d’écriture des lauréats 2015

 
François BON, États-Unis
Lovecraft en France, une réactualisation.
Engagé depuis 4 ans dans une retraduction des fictions et essais de H.P. Lovecraft tenant compte du travail critique et des enjeux littéraires tels que déplacés ces dernières années aux USA, et accompagnant ce travail d'un projet d'essai biographique, l’auteur souhaite pouvoir travailler directement sur des archives et manuscrits déposés à la John Hay Library de Providence et se rendre sur les lieux réels évoqués par ses textes ou dans sa biographie.
 
Olivier BRUNHES, Canada
Le jour qu'on attend
Un couple de jeunes français s’engage dans un écologisme radical. Leur passion amoureuse et leur révolte les mènent dans une impasse implacable.
Elle est issue d’un milieu bourgeois, lui vient des cités. Écœurés par l’indifférence générale vis-à-vis de l’exploitation désastreuse des ressources naturelles, ils focalisent leur révolte sur l’exploitation du gaz de schiste. Fascinés par une forme de « djihad écologique » (à l’image de Paul Watson, des actions Tolérance Zéro), ils partent à Banff (Canada), prennent contact avec des groupes radicaux, projettent de commettre un attentat sur un site d’exploitation bitumineuse à fragmentation hydraulique en Alberta (Canada). Exaltés, ils finissent par se perdre, leur amour et leurs convictions se vident de substance. Restent la dérive et la violence. Le jeune homme se fera interpeller à Montréal.
Le roman s’ouvre sur son procès. Fin de cavale et fin d’amour fusionnel. Le roman reconstituera leur parcours durant une dizaine d’année
 
François-Henri DÉSÉRABLE, Italie
Trilogie vénitienne
Après deux romans historiques (l’un – Tu montreras ma tête au peuple – sur les derniers instants de quelques illustres condamnés à mort pendant la Révolution, l’autre – Évariste – sur un mathématicien de génie mort en duel, en 1832, à seulement vingt ans), l’auteur souhaite écrire une histoire dans laquelle il pourrait enfin placer le mot « téléphone portable », une histoire, donc, qui n’aurait lieu ni au XVIIIe ni au XIXe siècle, mais de nos jours, principalement à Venise.
 
David FAUQUEMBERG, Argentine
Yupanqui
Le projet est un récit argentin sur les traces du grand poète-chanteur-compositeur Atahualpa Yupanqui. L’auteur, pour mener à bien son projet, doit explorer des villes, des campagnes et des sierras argentines dans les pas du poète-chanteur et musicien Atahualpa Yupanqui (1908-1992), à la lumière de son œuvre : plus de 1500 chansons, recueils poétiques, romans… L’homme et l’artiste, dans le cas de Yupanqui, inspirent l’auteur depuis toujours une admiration fraternelle. Il n’avait pas encore vingt ans quand la rencontre de la célèbre anthologie de ses plus grands succès, publiée par le Chant du Monde, l’amena à partir en voyage pour l’Argentine…
 
Alice RIVIÈRES, Italie
Mutando
Recherches, enquêtes et écriture de parties de Mutando, roman « huntingtonien » dont le sujet principal est la mutation génétique à l’origine de la maladie de Huntington – maladie rare, neurodégénérative et incurable affectant l’adulte au milieu de sa vie.
Mutando est un roman autobiographique, l’auteur sachant qu’elle porte cette mutation génétique, mais c’est surtout un roman d’enquête existentielle autant que scientifique. Qu’est-ce que signifie le fait de vivre une vie de mutant(e) ? Et qu’est-ce que cela fait au monde d’accueillir de tels êtres ?
Il s’agira de prendre au sérieux la piste de cette mutation telle qu’elle est notamment en ce moment explorée par une chercheuse Italienne (Milan), depuis ses origines il y a 800 millions d’années jusqu’à aujourd’hui, avant d’explorer les chemins sciences-fictifs qui prolongeraient ces fondements.
 
Mohamed HMOUDANE, Maroc
Le nègre et la barbouze
Halim Beg, critique littéraire mégalomane, paranoïaque et cynique, exerçant à Paris, prend sa retraite. Il décide alors de rentrer au Maroc, son pays natal, pour y vivre et écrire enfin le « chef-d’œuvre » dont il rêvait depuis longtemps. Or, quelques mois après son installation à Casablanca, il reçoit des menaces de mort de la part de fanatiques religieux qui jugent « subversives » des conférences qu’il donne dans une université. Dès lors, il fait appel à Haj Toubba, ancienne barbouze, désormais PDG d’une société de sécurité et notable d’un parti politique, qui lui assure pendant un certain temps une garde rapprochée. C’est le frère de Halim Beg, autrefois militant gauchiste, à présent homme d’affaires et notable du même parti, qui le lui a présenté, dès son retour au pays, pour un « deal » : rédiger les Mémoires de l’ancienne barbouze. Aventures amoureuses, mensonges, faux-semblants, trahisons se succèdent sur fond de luttes pour le pouvoir dans une ville à la dérive.
 
Emmelene LANDON, Australie
La Baie de la Rencontre
Un couple français part en voyage de noces à Kangaroo Island en Australie. Pour se rendre sur cette île au Sud de l’Australie, ils passent par la Baie de la Rencontre, nommée d’après les commandants Nicolas Baudin et Matthew Flinders, français et anglais, en 1802, qui se sont retrouvés paisiblement là, à partager leurs découvertes scientifiques, quand leurs deux pays étaient en guerre.
Pourquoi les Aborigènes ont-ils toujours appelé cette île « Karta », ou l'île des Morts ? (Un endroit de passage, avant d’entrer dans le monde des esprits, « Waieruwar ».)
Il s’agira d’explorer les frontières extrêmes de ce monde du Sud, d’interroger l’identité d’un pays et d’aborder ses taches aveugles. Et surtout, de célébrer cet événement qu’est la Rencontre, que ce soit entre deux explorateurs scientifiques de pays ennemis en temps en guerre, entre amoureux, entre amis, entre mère et fille, entre civilisations, entre terre et mer.
 
Simon LIBERATI, États-Unis
Eany meany miney mo
Ce projet sera consacré à la reconstitution des attaques du 8 et du 9 août 1969 perpétrées par les membres d'une secte californienne, la famille Manson,contre l'actrice Sharon Tate-Polanski et six autres victimes. Ces attaques se sont soldées par la mort d'au moins sept personnes. Une enquête préalable menée par l’auteur depuis deux ans lui a permis d'établir le déroulé minutieux de ces crimes. La plupart des témoins encore vivants de l'affaire résident encore aujourd'hui en Californie.
 
Céline MINARD, États-Unis
Les empresarios du Texas
Roman autour de deux personnages historiques de la colonisation du Texas : le français Henri Castro et le prince allemand Carl von Solms-Braunfel. Leurs différences, leur concurrence, la guerre stratégique, diplomatique et idéologique qu'ils se sont livrée entre 1842 et 1844 pour des terres désertes et prometteuses.
Les archives de Castro (lettres et journaux manuscrits) sont conservées à la bibliothèque de l'université du Texas à Austin, ainsi que de nombreux témoignages et rapports autour de l'Adelsverein, la société de colonisation alllemande que dirigeait Solms-Braunfel.
 
Vincent RAVALEC, Grèce
La lecture du monde
L’auteur a choisi la Grèce pour une plongée dans les soubassements d’une partie de la littérature –mythes, tragédies, Homère - comme dans des œuvres plus récentes –Joyce entre autre - mais aussi d’anticipation, Ilium/Olympos de Dan Simmons par exemple – avec un certain nombre de question: comment on se réapproprie de la mémoire en la transformant par le jeu de la création, comment des histoires ont façonné notre civilisation, comment elles ont sculpté le monde, et comment elles ont nourri son travail d’écrivain. Avec la clef plusieurs projets de livres et un site interactif littéraire.
 
Marianne RUBINSTEIN, États-Unis
Détroit
Détroit est à la fois un fantasme (celui d’une ville fantôme, vidée de ses habitants) et l’épicentre urbain des violentes transformations du capitalisme depuis plus d’un siècle. De fait, c’est à Détroit que se sont installés, à l’orée du 20ème siècle, Ford et General Motors et que s’est ébauché un nouveau type de capitalisme : le fordisme. Avant qu’il ne soit balayé par le capitalisme financier, que la ville incarne aussi, dans tous ses excès. Mais que raconte cette histoire dans les interstices ? Comment la mettre en perspective avec des parcours individuels, des histoires collectives ? Que nous renvoie-t-elle de notre propre capitalisme financiarisé français ? C’est ce que l'auteur voudrait écrire, dans un texte qui articulerait dans une sorte de patchwork des éléments hétérogènes (l’économie, l’histoire de Ford et de General Motors, les récits de vie des personnes qu'il rencontrera et son désir de littérature) — sans occulter sa propre subjectivité et la résonance intime de ce projet.
 
 
Carole ZALBERG, Israël
Pourquoi Israël ?
Travailler sur ce que l’auteure sait ou croit savoir d'Israël sans y être retournée depuis 30 ans, sur le lien complexe qu’elle entretient avec cet État, puis confronter cette vision et ce lien à la réalité en construisant une fiction qui mêlerait son regard avant/pendant/après et les trajectoires emblématiques de ses trois cousins nés en Israël entre 1955 et 1963.
 
 
 
 
 
 

Photo : Bénéficiaires d'une mission Stendhal en 2015.
 
Images
  •   François Bon, mission Stendhal 2015 aux États-Unis © Grasset  
  •   Olivier Brunhes, mission Stendhal 2015 au Canada © Julie Coustarot  
  •   François-Henri Désérable, mission Stendhal 2015 en Italie © Catherine Helie  
  •   David Fauquemberg, mission Stendhal 2015 en Argentine © Christine Tamalet  
  •   Alice Rivières, mission Stendhal 2015 en Italie © Siouffi  
  •   Mohamed Hmoudane, mission Stendhal 2015 au Maroc © Laurent Denimal  
  •   Emmelene Landon, mission Stendhal 2015 en Australie © Cgaizka Iroz  
  •   Simon Liberati, mission Stendhal 2015 aux États-Unis © Eva Ionesco  
  •   Céline Minard, mission Stendhal 2015 aux États-Unis © Elizabeth Carecchio  
  •   Vincent Ravalec, mission Stendhal 2015 en Grèce © Les films du garage  
  •   Marianne Rubinstein, mission Stendhal 2015 aux États-Unis © DR  
  •   Carole Zalberg, mission Stendhal 2015 en Israël © Philippe Matsas