Text Resize
-A A +A
Se Connecter

 
 

« Rêvolutions » pour la Biennale de Venise 2015

Le projet « Rêvolutions » proposé par Céleste Boursier-Mougenot et Emma Lavigne a été choisi pour représenter la France à la Biennale d’art contemporain de Venise 2015.
 
 

Actualisation : retrouvez les informations mises à jour sur « rêvolutions »

 
Deux projets de binômes artiste / commissaire avaient été retenus par le comité de pré-sélection : celui de Céleste Boursier-Mougenot associé à Emma Lavigne, et celui de Tatiana Trouvé associé à Élie During. C’est finalement le premier, « Rêvolutions », qui a été choisi pour représenter la France à la Biennale d’art de Venise 2015 : un projet salué par le comité de sélection pour son association de l’imaginaire et de la contemplation à une réflexion subtile sur les systèmes de contrôle de l’homme et de la nature, des notions d’hybridation et de vivre ensemble.
 
L’appel à projets pour le Pavillon français de la 56e Biennale internationale d’art de Venise 2015, lancé le 28 janvier 2014 par l’Institut français, opérateur du Pavillon français, en collaboration avec le ministère des Affaires étrangères et du Développement international, et celui de la Culture et de la Communication, a donné lieu à une pré-sélection sur la base d’un avant-projet, suivi d’un projet détaillé et d’une audition des candidats.
 
 

Le projet « Rêvolutions »

Le Pavillon français est transformé en une vision onirique, partiellement recouvert d’une écume, qui sous l’effet de la gravité, s’écoule lentement du haut du bâtiment, transformant son architecture néoclassique en un organisme mouvant, vivant, qui se développe au gré du « bruit », notion étendue à des perturbations ou flux d’informations captés et détournés. Des arbres mobiles, dont le métabolisme détermine le déplacement, oscillent lentement sur eux-mêmes dessinant une chorégraphie animiste à l’intérieur et à l’extérieur du Pavillon et inventent leur propre partition sonore à partir des courants électriques basse tension qu’ils génèrent. Les visiteurs peuvent s’immerger ou se laisser flotter dans le continuum harmonique de cet océan de sons, se lover dans de vastes sofas, traversés par les images inversées du monde produites par des camera obscura. Le passage des nuages dans le ciel, le frémissement des feuillages des arbres se confondent alors, bousculant nos modes de perception du réel en une perte des repères propice à la contemplation, à la rêverie et à l’écoute. L’îlot organique et sonore inventé par Céleste Boursier-Mougenot ravive notre goût pour le merveilleux des jardins maniéristes italiens tout en réaffirmant sa contemporanéité et la dimension politique qui le sous-tend. Il s’agit de s’emparer des systèmes de contrôle des êtres vivants et de leurs déplacements, pour composer une œuvre poétique où l’humain sensible peut habiter des espaces de liberté et de beauté déviante.
 
 

Céleste Boursier-Mougenot

Céleste Boursier-Mougenot est né en 1961 à Nice. Il vit et travaille à Sète. Après avoir été, de 1985 à 1994, le compositeur de la compagnie Side One Posthume Théâtre de l'auteur et metteur en scène Pascal Rambert, Céleste Boursier-Mougenot, musicien de formation, entreprend de donner une forme autonome à sa musique en réalisant des installations. À partir de situations ou d'objets les plus divers, dont il parvient à extraire un potentiel musical, il élabore des dispositifs qui étendent la notion de partition aux configurations hétérodoxes des matériaux et des médias qu'il emploie, pour générer le plus souvent en direct, des formes sonores qu'il qualifie de vivantes. Déployé, en relation avec les données architecturales ou environnementales des lieux d'exposition, chaque dispositif constitue le cadre propice à une expérience d'écoute en livrant, au regard et à l’entendement du visiteur, le processus qui engendre la musique. Depuis quelques années, il étend sa pratique à la chorégraphie, en appliquant à des objets en mouvement sa démarche compositionnelle. Il est aujourd’hui une figure majeure dans le paysage de l’art contemporain international et expose ses œuvres dans le monde entier. Céleste Boursier-Mougenot travaille depuis 1999 avec la Galerie Paula Cooper à New York, avec la Galerie Xippas à Paris, depuis 2006 et la Galerie Mario Mazzoli à Berlin depuis 2013.
 
 

La commissaire Emma Lavigne

Emma Lavigne est née en 1968. Elle vit et travaille à Paris. Elle est depuis 2008 conservatrice pour l’art contemporain au musée national d’Art moderne/Centre de Création industrielle du Centre Pompidou, Paris. Elle est spécialisée dans les liens entre les arts visuels, la musique, la danse et la performance. Elle a été auparavant conservatrice à la Cité de la Musique à Paris, où elle a été commissaire de nombreuses expositions consacrées aux relations entre la musique et l’art contemporain, telles que Electric Body ou Espace Odyssée, Chen Zhen, Saâdane Afif ou Christian Marclay. Elle a également organisé des expositions associées à la scène musicale rock, telles que Jimi Hendrix Backstage, Pink Floyd Interstellar, John Lennon Unfinished Music, ou I am a cliché, sur l’esthétique punk, aux Rencontres internationales de la photographie à Arles. Elle a été co-commissaire en octobre 2008 de l’exposition Warhol Live et d’Imagine Peace avec Yoko Ono en avril 2009 au musée des Beaux-Arts de Montréal, puis de l’exposition Danser sa vie (avec Christine Macel) qui étudiait les liens entre la danse et les arts visuels. Elle a été commissaire de la rétrospective Pierre Huyghe au Centre Pompidou actuellement présentée au Ludwig Museum de Cologne avant de l’être au Lacma de Los Angeles. Elle est, depuis décembre 2014, directrice du Centre Pompidou Metz.
 

Photo : Céleste Boursier-Mougenot (© Eliot Wyman 2010) et Emma Lavigne (© Hervé Véronèse)