Text Resize
-A A +A
Se Connecter

 
 

Safirlab 2017 : une nouvelle dimension

Pour son édition 2017, le programme Safirlab fait peau neuve : après leur venue à Paris, l’accompagnement des 25 jeunes porteurs de projet du monde arabe se poursuivra durant toute l’année, au plus proche de leurs initiatives entrepreneuriales et associatives.
L’objectif est, plus que jamais d’accompagner dans leurs engagements et leurs projets, les jeunesses qui contribuent à améliorer la situation de leurs pays.
 
 
Né en 2012 dans la foulée du Partenariat de Deauville, qui affirmait l’appui de la France à l’élan démocratique traversant alors les sociétés du sud de la Méditerranée, le programme Safirlab soutient chaque année la démarche de jeunes entrepreneurs sociaux qui interviennent dans de nombreux domaines : environnement, santé, droit des femmes et des minorités, éducation à la citoyenneté, nouveaux médias, culture… Véritable incubateur de projets d’innovation sociale, Safirlab permet à ses participants de bénéficier, sur une dizaine de mois, de l’expertise d’acteurs éminents des sociétés civiles française et du monde arabe, de mettre en partage les expériences locales réussies et d’imaginer de nouvelles étapes à leurs actions.
 
Porté conjointement par l’Institut français et CFI, Safirlab s’adresse aux jeunes de 20 à 30 ans de 9 pays d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient (Algérie, Maroc, Tunisie, Egypte, Lybie, Yémen, Jordanie, Liban, Territoires Palestiniens). Pour cette nouvelle édition, l’accompagnement des lauréats sera confié à un consortium de partenaires clefs sur les questions de nouveaux médias et d’innovation sociale : le Groupe SOS, première entreprise sociale d’Europe, Mediapart, acteur de référence pour les médias en ligne, OuiShare, La Netscouade et MakeSense, plateformes avec des communautés internationales de plusieurs milliers d’entrepreneurs, BondInnov, incubateur dédié aux pays du Sud et en première ligne du dispositif « La France s’engage ».
 
Sélectionnés parmi 350 candidatures, les 25 lauréats (d’une moyenne d’âge de 24 ans) se verront proposer du 6 au 10 novembre des ateliers – conduite de projet, communication digitale, mesure d’impact… – ainsi qu’un diagnostic personnalisé de leur démarche. Leur séjour parisien sera ponctué par une cinquantaine de rencontres avec des professionnels français spécialistes de leur domaine d’intervention (Arte, Amnesty International, MediaLab93, La Croix Rouge, Le Comptoir de l’Innovation…), ainsi qu’avec de grandes personnalités françaises telles que Jean-Marc Borello, Président du Groupe SOS.
 
Accompagner ainsi dans leurs engagements et leurs projets, les jeunesses du monde arabe s’inscrit pour l’Institut français au croisement de plusieurs priorités : Dialoguer avec les personnalités d’avenir, en nouant des liens avec celles et ceux qui jouent un rôle moteur de la vie culturelle et sociale de leurs pays ; renforcer et renouveler les liens avec l’Afrique du Nord et de Moyen-Orient (dynamique à laquelle concourent les nombreux débats d’idées organisés dans cette zone, traitant de questions migratoires en Irak, de développement urbain en Egypte, de géopolitique au Soudan ou de parité au Maroc) ; Décloisonner les domaines de la culture et de l’innovation sociale en faisant appel à des acteurs de tous horizons : économie sociale et solidaire, chargés de plaidoyers, dirigeants d’institutions…
 
En savoir + sur Safirlab 2017
 
 
 

Découvez quelques-uns des lauréats de Safirlab 2017

 
Tateh Lehbib (Algérie) construit en Algérie des maisons pour les réfugiés sahraouis à partir du recyclage du plastique. Ces habitations durables résistent aux intempéries et permettent de lutter pour la réduction de la pollution. Il a déjà construit, avec son équipe, 25 maisons en recyclant 15 600 bouteilles.
 
Tala Al Sharif (Palestine) travaille à Nisaa FM, une station de radio palestinienne exclusivement conçue et dirigée par et pour les femmes. Tala souhaite faire évoluer la radio en plateforme d’expression pour toutes celles qui sont victimes de violences ou d’inégalités, et proposer des ateliers de renforcement de compétences.
 
Mustafa Benaddi (Maroc) milite pour le renforcement des droits sanitaires et la sensibilisation aux grands enjeux de santé des populations défavorisées d’Inezgane au Maroc. Son équipe a mis en place des caravanes sanitaires, journées de sensibilisation et de dépistage de certaines maladies, dons de matériels paramédicaux…
 
Nadia Masri (Jordanie) est coordinatrice du projet Rawak Al Ordoun (le couloir de la Jordanie), une résidence d’artistes inaugurée à Salt en Jordanie qui organise de nombreuses activités : réalisation d’un documentaire sur le cinéma qui existait à Salt en 1946, création de la Chorale de Balka et d’un orchestre populaire, exposition des artistes en résidence notamment.
Tags: