Text Resize
-A A +A
Se Connecter

 
 

TalentArtes 2016 : trois artistes vidéastes boliviennes à suivre !

Le projet TalentArtes, géré par l’Alliance française de La Paz et le Goethe-Institut de Bolivie, et bénéficiant du soutien du Fonds culturel franco-allemand, a permis à de jeunes talents boliviens d’interroger la liberté d’expression dans le domaine de l’art vidéo. L'exposition « Cuerpos alterados » présente trois d'entre eux dans le cadre de la Biennale d’art contemporain de La Paz – le SIART, du 13 octobre au 11 novembre 2016.
Lancé en mars 2016 sur tout le territoire bolivien, l'appel à projets TalentArtes a permis de sélectionner 6 jeunes artistes de La Paz, El Alto, Santa Cruz et Cochabamba travaillant dans le domaine de l’art vidéo. Ces derniers ont participé du 23 mai au 2 juin à une résidence artistique dans l’espace du Sorojchi Tambo, sous la direction de Joaquín Sánchez (Fundación Cinenomada para las Artes - Bolivie) et de Jean-François Rettig (Les Rencontres Internationales - Paris/Berlin). Durant 10 jours, ils se sont appliqués à développer des projets d’art vidéo et d’images en mouvement, autour de la thématique des droits de l’Homme, et questionnant l’identité, les violences de genre ou encore l’environnement.
 
À l’issue de la résidence, trois projets réalisés par des artistes boliviennes ont été sélectionnés par Joaquín Sánchez, Jean-François Rettig et Nathalie Hénon (Les Rencontres Internationales Paris/Berlin) afin d´être exposés dans la galerie de l’Alliance française de La Paz du 13 octobre au 11 novembre, sous le titre « Cuerpos alterados » (« Corps altérés »)  dans le cadre de la programmation officielle de la Biennale d’art contemporain de La Paz, le SIART. À l’issue de la Biennale, un des trois projets se verra attribuer une aide pour la diffusion de l’œuvre hors Bolivie. 
 
Le projet de coopération TalentArtes, mis en œuvre par l’Alliance française de La Paz et le Goethe-Institut de Bolivie, a permis de proposer une forte expertise internationale dans le domaine de l’art vidéo, et de mettre en place des moyens de développement pour les acteurs culturels boliviens.
 
 

L'exposition « Cuerpos alterados » (« Corps altérés ») 

Résultat temporaire d'un long processus, cette exposition réunit trois oeuvres dans lesquelles il est question de corps altérés, ceux d’individus meurtris par la violence arbitraire, ceux fragmentés des fonctions sociales et de leurs avatars, ceux de notre désir inextinguible de liberté.
 
Jean-François Rettig (Les Rencontres Internationales - Paris/Berlin) présente ainsi les trois artistes exposées à l'Alliance française de La Paz :
 
« Serena Liliana Vargas Camacho interroge la possibilité d’une réparation et d’une réappropriation du corps individuel atteint par la violence. Il est question ici d’une relation transactionnelle, d’un échange de regard et de parole entre l’artiste et trois femmes. Le son et les images sont ceux de corps-réceptacles nous introduisant au suspens de l’intime. Il s’agit de redonner voix et corps à ce qui a été altéré.
 

Eloisa Larrea Montaño propose quant à elle une introspection critique sur nos représentations sociales et la prédétermination des images qu’elles véhiculent. A l’immobilité de l’instant fragmentaire des images documentaire, répond la temporalité de la bande son, faite de fragments mixés, qui redonnent corps à l’ensemble et désignent, en creux, la possibilité d’identités multiples et l’aspiration à un corps social dans lequel chaque individu pourrait s’affranchir des déterminations et de l’arbitraire.

Nancy Cronen a recours quant à elle à une stratégie de confrontation symbolique et au registre de la performance. Son interrogation des dispositifs d’aliénation dépasse la critique nécessaire des pratiques psychiatriques d’enfermement, et se déploie comme une allégorie de la folie du monde. Le dispositif met à nu l’arbitraire des valeurs morales, la violence inhérente des systèmes, en même temps que l’ambivalence de notre action, appelant de notre part une résolution radicale qui brise cet enchainement.

Les corps altérés de cette exposition questionnent nos identités multiples et notre altérité, et soulignent la nécessité d’une réappropriation de notre liberté. »

Retrouvez le projet TalentArtes sur Facebook

Images
  •   « Sumergida » de Nancy Cronen  
  •   « Abigarrado » d'Eloisa Larrea Montaño  
  •   « Cuerpo de Afecto » de Serena Liliana Vargas Camacho