Text Resize
-A A +A
Se Connecter

 
 

Tournée Visas pour la création en afrique : Nabalüm et Sanzy Viany

Nabalüm (Burkina Faso) et Sanzy Viany (Cameroun), lauréates du programme Visas pour la création 2016, se produiront en concert dans 10 pays, du 12 octobre au 10 novembre 2017. 
Une tournée qui permettra aux publics de découvrir ces deux talents féminins d’Afrique de l’ouest et d’Afrique centrale, particulièrement prometteurs et dont les voix se lèvent pour dire le courage des femmes et le vécu de la jeunesse africaine.
 
12 octobre – Alliance française - Accra / Ghana
14 octobre – Centre Culturel Franco-Guinéen – Conakry / Guinée
17 octobre – Institut français – Lomé – Togo
19 octobre – Institut français – Cotonou – Bénin
21 octobre – Alliance française – Addis Abeba – Ethiopie
23 & 26 octobre – Institut français – Khartoum – Soudan
28 octobre – Institut français – Kigali – Rwanda
31 octobre – Alliance française – Djibouti – Djibouti
4 novembre – Institut français – Bujumbura – Burundi
10 novembre – Institut français – Tananarive – Madagascar
 
 

Nabalüm – afro-soul

Autodidacte, cette jeune burkinabè a une voix veloutée, profonde et généreuse en émotions. Auteure-compositeure-interprète, Nabalüm chante surtout en mooré, malinké et français, et ses thèmes d'inspiration sont la vie de la jeunesse africaine, des femmes ou des faits de société en Afrique. Très attachée à ses racines, elle tente de leur donner de nouvelles ailes. Elle tient sa passion du chant depuis l'enfance car toute petite déjà elle imitait les musiques qu'elle entendait ou inventait les mélodies nées de son inspiration. Ayant grandi à Abidjan, dans le quartier populaire de Koumassi, son penchant pour la musique a fait de Nabalüm une bizarrerie aux yeux de sa famille et de ses parents comptables. A dix-neuf ans elle remporte localement des concours de chant et écume les cafés-concerts de la capitale ivoirienne, se forgeant les armes du métier d'artiste. Nabalüm a fait partie de la sélection des showcases de Visa for Music 2016, le marché des musiques d’Afrique et du Moyen-Orient au Maroc. Son premier EP de 5 titres "Nabalüm" est sorti le 15 avril 2016 au Burkina Faso et son premier album "Saké" paraitra au printemps 2018 (production La Cour du Naaba). Nabalüm a été primée « meilleur révélation 2017 » de la musique au Burkina, lors des KUNDE (les victoires de la musique au Burkina Faso).
 
 

Sanzy Viany – afro-fusion

La voix de Sanzy Viany rayonne de décibels et d'émotions, comme son nom Viany, qui signifie "soleil". Fortement influencée par la musique Gospel dans laquelle elle baigne dès son plus jeune âge, entre son père pasteur et sa mère chantre, Sanzy Viany fait sa première scène à l'âge de 15 ans auprès du charismatique reggaeman camerounais Sultan Oshimin. Mais c'est auprès du rappeur Krotal que sa carrière va connaitre un tournant décisif avec, en 2004, sa première participation à un festival national. Ce qui ne l’empêche pas de continuer en parallèle ses études et d’obtenir en 2008 une Maitrise en Droit des affaires. L’année suivante, elle sort son premier album " Akouma" dont le titre "Me Teug" lui vaudra au Cameroun, le Prix de la révélation féminine du Festi-Bikutsi 2009. Suivent des concerts au Bénin, en Côte d'Ivoire, en Centrafrique, au Congo, une participation au projet hollandais "Daughters of Africa" (VDB Production), mais surtout des rencontres artistiques fondatrices avec de grands noms de la musique africaine (Manu Dibango, Bebe Manga, Amy Koita, Ismaël Lô ou Monique Seka). En 2014, son deuxième album "Ossu" (En avant), un opus qui navigue en harmonie entre bikutsi, ewanga, afro-jazz, soul, salsa, et R'n'B, rencontre un véritable succès auprès du public camerounais. En 2015, elle est parmi les finalistes du Prix découvertes RFI. Auteure-compositeure-interprète, Sanzy Viany pratique également la guitare et le balafon. Considérant que sa musique est "faite pour soigner les cœurs, les humeurs et même les âmes...", ses chansons parlent des femmes, du monde rural, des souffrances, du pardon, du courage et de la détermination, celle qui nous fait avancer malgré les épreuves. En 2016, elle est invitée par sa consœur Charlotte Dipanda, pour faire le 10 septembre sa première partie à l’Olympia, et le 23 septembre, elle rehausse de sa musicalité la soirée de clôture des premières rencontres économiques Africa2016 au CESE à Paris.
 
 
Images