Text Resize
-A A +A
Se Connecter

 
 

Sanzy Viany et Ebène, lauréates Visas pour la création 2016 (automne)

Après Darline Desca (Haïti) et Nabalüm (Burkina Faso), c’est au tour de Sanzy Viany (Cameroun) et Ebène (Mauritanie) de terminer la saison 2016 du programme de résidences Visas pour la création de l’Institut français. Saison résolument féminine pour les musiques avec ces jeunes et talentueuses artistes, qui, pour développer leur projet, sont chacune pour trois mois en résidence à la Cité Internationale des Arts de Paris.
Pendant leur résidence, les deux artistes bénéficient du dispositif "Parcours" et d’un accompagnement professionnel du Centre Fleury Goutte d'Or
 
Ebène et Sanzy Viany se produiront en showcase le 7 novembre à l'Auditorium de la Cité Internationale des Arts. Découvrez le parcours de ces deux jeunes artistes uniques et engagées !
 
 

"Ebène" (Mauritanie) – Rap Peulh

Chanteuse hors pair, Oumou Fall dite « Ébène » a accompagné, en duo ou en tant que choriste, plusieurs artistes mauritaniens (Monza, Malouma, Djoba), qui lui reconnaissent tous ses qualités musicales.
 
Après des études de comptabilité et gestion, Ebène se lance dans la musique en 2009. Sa passion étant trop forte, elle ose braver les interdits de sa famille qui, avec le temps, la voyant s’épanouir sur scène, a fini par se laisser convaincre.
 
Dès 2011, elle envisage sa carrière en solo. Auteure-compositeure-interprète, pour ses créations, Ebène travaille avec les beat-makers de Nouakchott comme Sidi Kane, Garnett ou encore Mansoul. Les thèmes de prédilection de cette artiste en évolution sont le social, l’éducation, l’amour, traités à travers le prisme de la condition féminine en Afrique.
 
Depuis 2015, Ebène est la voix mauritanienne du projet « Jokko (fusion) », une création Hip Hop au féminin, coproduite entre Dakar, Nouakchott et Casablanca. « Jokko » réunit cinq femmes artistes, rappeuses et DJ, du Sénégal, du Maroc et de Mauritanie. Ainsi Ebène amène sa touche rap-peulh aux côtés de Fatim (Sénégal), Soultana (Maroc), DJ Nina (Sénégal) et DJ Zeyna (Sénégal).
 
En résidence jusqu'à fin novembre, Ebène développe son projet rap acoustique « Black Papillon » (production Zaza Productions).
 

Suivez Ebène sur Facebook

 

Sanzy Viany (Cameroun) – Afro-fusion

La voix de Sandrine Dzinguene dite « Sanzy Viany » rayonne de décibels et d'émotions, comme son nom Viany, qui signifie « soleil ». Fortement influencée par la musique Gospel dans laquelle elle baigne dès son plus jeune âge, entre son père pasteur et sa mère chantre, Sanzy Viany fait sa première scène à l'âge de 15 ans auprès du charismatique reggaeman camerounais Sultan Oshimin. Mais c'est auprès de rappeur Krotal que sa carrière va connaitre un tournant décisif avec, en 2004, sa première participation à un festival national. Ce qui ne l’empêche pas de continuer en parallèle ses études et d’obtenir en 2008 une Maitrise de Droit des affaires.
 
L’année suivante, elle sort son premier album Akouma dont le titre « Me Teug » lui vaudra au Cameroun, le Prix de la révélation féminine du Festi-Bikutsi 2009. Suivent des concerts au Bénin, en Côte d'Ivoire, en Centrafrique, au Congo, une participation au projet hollandais « Daughters of Africa » (VDB Production), mais surtout des rencontres artistiques fondatrices avec de grands noms de la musique africaine (Manu Dbango, Bebe Manga, Amy Koita, Ismaël Lô ou Monique Seka).
 
En 2014, son deuxième album Ossu (En avant), un opus qui navigue en harmonie entre bikutsi, ewanga, afro-jazz, soul, salsa, et R'n'B, rencontre un véritable succès auprès du public camerounais. En 2015, elle est parmi les finalistes du Prix découvertes RFI.
 
Auteure-compositeure-interprète, Sanzy Viany pratique également la guitare et le balafon. Considèrant que sa musique est « faite pour soigner les cœurs, les humeurs et même les âmes...», ses chansons parlent des femmes, du monde rural, des souffrances, du pardon, du courage et de la détermination, celle qui nous fait avancer malgré les épreuves.
 
Dès son arrivée à Paris, elle est invitée par sa consœur Charlotte Dipanda, pour faire le 10 septembre sa première partie à l’Olympia, et le 23 septembre, elle réhausse de sa musicalité la soirée de clôture des rencontres économiques Africa2016. En résidence jusqu'à fin novembre, Sanzy Viany développe son projet « Ossu on stage » (production Demain au féminin).
 
Suivez Sanzy Viany sur Facebook
Tags: