Text Resize
-A A +A
Se Connecter

 
 

Aide aux cinémas du monde

L'aide aux cinémas du monde est une aide sélective réservée à des projets de longs-métrages de fiction, d'animation, ou de documentaire de création destinés à une première exploitation en salle de spectacle cinématographique. Elle peut être accordée avant réalisation (aide à la production). Les projets non retenus pour une aide avant réalisation peuvent être présentés pour une aide après réalisation (aide à la finition).
 
L'aide aux cinémas du monde offre un point d'entrée unique aux cinéastes du monde entier. Elle vise à rendre plus ouverte, plus attrayante et plus simple l'association des cinéastes et professionnels du monde entier, en vue de coproduire ensemble les œuvres qui contribueront à promouvoir la diversité culturelle.
 
Chaque année, quatre sessions sont organisées et 40 à 60 projets sont soutenus. Depuis sa création en 2012, ce sont 208 films de 72 nationalités différentes qui ont été soutenus, et notamment Winter Sleep de Nuri Bilge Ceylan (Palme d’Or à Cannes en 2014), The Lunchbox de Ritesh Batra, Le procès de Viviane Amsalem de Ronit et Shlomi Elkabetz, Mustang de Deniz Gamze Ergüven (nommé à l’Oscar du meilleur film en langue étrangère en 2016), Ixcanul de Jayro Bustamante » (Ours d’Argent à Berlin en 2015), À peine j’ouvre les yeux de Leyla Bouzid et Les Délices de Tokyo de Naomi Kawase. Par ailleurs, 78 films soutenus par l’Aide aux Cinémas du Monde (soit plus de la moitié des films tournés à ce jour) ont été sélectionnés dans l’un des trois festivals internationaux les plus prestigieux (Cannes, Berlin, Venise). 12 films étaient présents dans les différentes sélections du festival de Cannes en 2016.
 
Après Abderrahmane Sissako en 2015, Charles Tesson est le Président de la commission d’aide aux cinémas du monde 2016.
 
​​- 4e commission (23 mars et 1er avril 2016)
3e commission (1er et 4 décembre 2015)
2e commission (6 octobre 2015)
1ère commission (23 juillet 2015)
 
 
 
 

Éligibilité

  • L’œuvre doit être à la fois coproduite entre une société de production établie hors de France et une société de production établie en France, réalisée par un ressortissant étranger (ou français par exception) et tournée hors de France ;
  • La langue de tournage pourra être la ou les langue(s) officielle(s) ou en usage dans le ou les pays étrangers dont le réalisateur est ressortissant ou sur le territoire desquels ont lieu les prises de vues ;
  • L’aide avant réalisation doit être demandée avant le début des prises de vues ;
  • L’aide après réalisation doit être présentée par la société de production française et ne concerne que les projets non retenus en commission plénière pour une aide avant réalisation.
 
 

Sélection des projets

  • Les projets sont sélectionnés par une commission de professionnels pour leur qualité artistique, leur capacité à présenter au public des regards différents et des sensibilités nouvelles, ainsi que de la fragilité relative du tissu professionnel dans lequel ces projets s’inscrivent ;
  • La commission siège en deux collèges, présidés par deux vice-présidents, l’un ouvert aux premiers et seconds films, l’autre aux projets portés par des réalisateurs confirmés ;
  • L’examen des projets s’organise en trois temps: comité de lecture / commission plénière / comité de chiffrage.
 
 

Montant de l’aide

Le montant accordé est plafonné à 250 000 € pour l’aide avant réalisation et à 50 000 € pour l’aide après réalisation. Il ne peut excéder 50 % des financements apportés par le coproducteur français ; toutefois, ce taux est porté à 80 % pour les premiers et seconds longs métrages d’un réalisateur, les films au budget inférieur à 1 250 000 € et les films coproduits avec les pays à faibles ressources.
 
 

Obligations de dépenses

Une part comprise entre 50 % et 75 % de l’aide doit être engagée par l’entreprise de production établie en France. En outre, une part additionnelle de 25% de l’aide doit être engagée par l’entreprise de production étrangère, pour les oeuvres coproduites avec les pays aux cinématographies les plus fragiles.
Enfin, les films dont le budget final excède 2 500 000 € doivent répondre aux conditions de l’agrément du CNC.
 
 

Gestion du dispositif et informations pratiques

L’aide aux cinémas du monde est cogérée par l’Institut français, pour le compte du ministère des Affaires étrangères et du Développement international, et par le CNC, qui apporte une part déterminante de son financement. L’Institut français assure notamment le secrétariat et l’organisation du premier collège.
 
 

Calendrier des commissions 2017

 
 
À télécharger (PDF)
 
Plus d'informations et inscription sur le site du CNC.
 
Lire aussi
 
 

Contacts

 
au CNC (Direction des affaires européennes et internationales) Magalie Armand (01 44 34 38 82), Béatrice Rodenbour (01 44 34 35 46)
 
 
 
à l’Institut français : Nathalie Streiff  (tél : 01 53 69 39 79)
 
 
 
 

Photo : I'm not a witch de Rungano Nyoni © DR
 
Et aussi: 

Le site officiel du Pavillon les Cinémas du monde

plus de 3000 références en DVD et 35 mm

Inclure dans la liste des rubriques: