Text Resize
-A A +A
Se Connecter

 
 

Les conseillers curatoriaux pour la 11e édition des Rencontres de Bamako

Sammy BALOJI
Artiste et Cofondateur des Rencontres Picha - Biennale de Lubumbashi, RDC

© Dieter Telemans - Sammy Baloji
 

Sammy Baloji est né à Lubumbashi au Katanga, province de la République démocratique du Congo connue pour ses richesses minières. Il étudie les Sciences de l'Informatique et de l'Information et la Communication à l'Université de Lubumbashi. Avec un appareil photo emprunté, il réalise ses premières photographies sur lesquelles il se base pour créer des bandes dessinées. Très vite, il s’inscrit à des cours de photographie en RDC.
Élevé à Lubumbashi, Sammy Baloji est sensibilisé à l'histoire coloniale et au déclin postcolonial de cette région minière autrefois prospère et aujourd’hui exploitée par les entreprises chinoises.
Il juxtapose des réalités photographiques, combinant le passé et le présent, le réel et l'idéal, à des tensions historiques et culturelles flagrantes. Il explore l'architecture et le corps humain en tant que traces de l'histoire sociale, que sites de mémoire et que témoins des opérations de pouvoir.
En 2008, il co-fonde les Rencontres Picha, une biennale dédiée à la photographie et à l’art vidéo qui se tient à Lubumbashi.
 

 
Olfa FEKI
Architecte, Commissaire d'exposition/Consultante indépendante et Représentante régionale Afrique/Europe de l’agence NOOR images, Amsterdam, Pays-Bas
© Zied Ben Romdhane - Olfa Feki
 
L’intérêt d’Olfa Feki pour la photographie a commencé quand elle était encore étudiante en architecture. Elle passe de la promotion de la photographie à l'échelle nationale en co-fondant la plateforme Shutter Party, à l'échelle internationale à travers ses collaborations avec des institutions et fondations internationales telles que World Press Photo, l’agence Magnum, NOOR Images, le Goethe Institut, l’Institut Français...
Elle co-fonde également La Maison de l'Image en Tunisie, première et unique institution dédiée à l'image où elle organise plusieurs ateliers de discussions et expositions avec des artistes internationaux, et qu'elle dirige jusqu'en 2015. Par la suite, elle s'installe en Égypte pour accompagner la Biennale d'art contemporain 2015 / Something Else, avec Simon Njami en tant que commissaire principal et huit autres commissaires internationaux.
Olfa Feki est passée de la représentation d’artistes à membre de jury, tout en produisant des documentaires, des reportages photographiques et en organisant des expositions au sein de galeries dans le monde et de festivals tels que World Nomads New York 2013, Dak'art 2014, Something Else Le Caire 2015 et la Biennale des photographes du monde arabe contemporain à l’IMA et à la MEP, à Paris en 2017.
Parmi ses projets en cours en Tunisie figure #Kerkennah01, la première édition d’un festival de photographie et d’art multimédia qui sera organisée par plusieurs commissaires internationaux.
 

 


 
 
Rébecca LAMARCHE-VADEL
Commissaire d'exposition au Palais de Tokyo, Paris, France
 © Thomas Jeppe – Rebecca Lamarche-Vadel
 
Rebecca Lamarche-Vadel est commissaire d’exposition au Palais de Tokyo à Paris. Ses projets récents sont la Carte Blanche de Tino Sehgal (2016), l’exposition de Marguerite Humeau FOXP2 présentée au Palais de Tokyo (2016) puis à Nottingham Contemporary (Grande-Bretagne, 2016), ainsi que les expositions Bastards d’Ed Atkins (2014), Mo’Swallow de David Douard (2014), Evian Disease d’Helen Marten (2013). En 2015, elle a réalisé le commissariat de l’exposition Le bord des mondes, rassemblant vingt-cinq créateurs du monde entier autour de l’extension des territoires de l’art, d’après la question de l’artiste Marcel Duchamp : " Peut-on faire des œuvres qui ne soient pas d’art ? ".
Rebecca Lamarche-Vadel a également collaboré à plusieurs reprises avec des institutions internationales, au travers de programmes performatifs au MoMa PS1 (New-York), 72 hours of truce : exploring immediate signs (2013) et Bright intervals (2014), l’exposition Landscape de Fouad Bouchoucha avec le Stedelijk Museum (Amsterdam) et Trouw (2014) ou Des présents inachevés en résonnance de la Biennale de Lyon (2013). Elle prépare actuellement la carte blanche à l’artiste argentin Tomás Saraceno qui aura lieu au Palais de Tokyo en Octobre 2018.
 

 


 
 
Lekgetho James MAKOLA
Artiste, Cinéaste et Directeur du Market Photo Workshop, Johannesburg, Afrique du Sud
© Phumzile Khanyile - Lekgetho James Makola
 
Lekgetho James Makola est né à Ga-Sekhukhune, Limpopo, en Afrique du Sud. Il est diplômé des Beaux-Arts (1999) de l'Université de Technologie de Durban en Afrique du Sud. Il a travaillé dans des musées et galeries d'art pendant plus de 10 ans, ainsi que sur des activités communautaires de sensibilisation aux arts et à la culture. Il a occupé un poste de direction pour la conservation et la recherche du patrimoine au Musée Robben Island, site du patrimoine mondial qui comprenait la très cruciale collection photographique anti-apartheid des Archives Mayibuye.
Il est boursier international de la Fondation Ford pour la Justice Sociale (2009) et détient une maîtrise en Beaux-Arts (MFA) de l'Université Howard, Washington DC, aux États-Unis, où il se spécialise en Etudes cinématographiques (2013). En mars 2012, il cofonde Kali TV, une organisation médiatique en ligne indépendante basée aux Etats-Unis dont la mission est d'engager, d'informer et de divertir les téléspectateurs avec l’actualité des Africains issus de la diaspora à travers les images.
Lekgetho James Makola est actuellement le directeur de l'atelier de photographie Market Photo à Newtown, une organisation dynamique et reconnue qu'il a rejointe en 2013 en tant que gestionnaire des programmes et des projets.
 
 

 
 
Aida MULUNEH
Artiste, Fondatrice/Directrice Générale d’Addis Foto Fest et de DESTA For Africa Creative Consulting PLC (DFA), Addis-Abeba, Ethiopie
 © Aron Simeneh – Aida Muluneh
 
Née en Ethiopie en 1974, Aida Muluneh passe son enfance entre le Yémen et l'Angleterre. Après l’internat à Chypre, elle s'installe au Canada en 1985. En 2000, elle obtient un diplôme en cinéma du Département de la Communication de l'Université Howard à Washington DC. Elle travaille ensuite en tant que photojournaliste au Washington Post et contribue à de nombreuses publications internationales.
Ses œuvres ont été exposées dans le monde et se trouvent dans les collections permanentes du Smithsonian’s National Museum of African Art, du Hood Museum et du Museum of Biblical Art aux Etats-Unis. Elle est la récipiendaire 2007 du Prix de l'Union Européenne des Rencontres de Bamako et la lauréate 2010 du Prix International de Photographie CRAF.
En tant qu'experte en photographie en Afrique, elle a été membre du jury lors de plusieurs concours de photographie, notamment le Sony World Photography Awards 2017 et le World Press Photo Contest 2017. Elle a également participé à diverses tables rondes dans des événements tels que le Sommet culturel de l'Union africaine, Art Basel et Tedx/Johannesburg.
Elle a fondé et dirige l’Addis Foto Fest (AFF), le premier festival international de photographie en Afrique de l'Est accueilli depuis 2010 par la ville d'Addis-Abeba. Elle éduque, organise et développe des projets culturels avec des institutions locales et internationales par l'intermédiaire de sa société DESTA (Developing and Educating Society Through Art) pour African Creative Consulting PLC (DFA) à Addis Abeba, en Éthiopie.
 

 
Azu NWAGBOGU
Fondateur/Directeur de l’African Artists’ Foundation et du LagosPhoto Festival, Lagos, Nigéria, Directeur/Editeur-en-chef d’Art Base Africa et Commissaire d’exposition
 © Paul Odigie – Azu Nwagbogu
 
Azu Nwagbogu est le directeur d’African Artists’ Foundation (AAF), un organisme à but non lucratif basé à Lagos, Nigéria, qu'il a fondé en 2007. Il dirige également LagosPhoto, un festival international annuel d’art et de photographie qu'il a créé en 2010. En outre, il est le directeur et rédacteur en chef de Art Base Africa, un journal en ligne qui met l'accent sur l'art contemporain d'Afrique et de la Diaspora.
Il a été le commissaire de nombreuses expositions internationales dont Dey Your Lane! Lagos Variations à BOZAR (Bruxelles, Belgique) en 2016, Tomorrows/Today co-organisé avec Ruth Simbao à Cape Town Art Fair (Cape Town, Afrique du Sud) en 2016, et Tear My Bra aux Rencontres d'Arles (Arles, France), en 2016. Il est conservateur extraordinaire pour la photographie au musée Zeitz MOCAA à Cape Town.
Azu Nwagbogu a également contribué aux textes de plusieurs publications, dont Martin Roemers : Metropolis, Berlin, Allemagne, Hatje Cantz, 2015, Hââbré, La dernière génération par Joana Choumali et Making Africa : A Continent of Contemporary Design, Vitra Design Museum, Weil am Rhein, Allemagne, 2015.
Il est un juré pour le Prix de la Photographie Africaine Contemporaine (CAP) et a été juré pour World Press Photo, le prix de photographie Prisma (2015), Greenpeace Photo Award (2016) et plusieurs autres prix liés à l'art et à la photographie.