Text Resize
-A A +A
Se Connecter

 
 

« Djazaïr, une Année de l’Algérie en France »

Organisée durant toute l’année 2003, avec un temps fort durant le printemps et l’été, « Djazaïr, une Année de l’Algérie en France », s’est clôturée le 30 décembre au Palais Omnisports de Paris-Bercy par un grand concert qui a rassemblé plus de 15 000 spectateurs.
 
Au total, ce sont 4 000 manifestations qui se sont déroulées à travers toute la France, parfois en dehors de l'Hexagone, et même dans quelques capitales étrangères. Près de 3 500 artistes, créateurs, universitaires et professionnels algériens se sont rendus en France, souvent pour la première fois, tandis que 300 professionnels français de la culture avaient voyagé en Algérie pour rencontrer leurs pairs et préparer avec eux les manifestations.
Plusieurs expositions et colloques ont notamment traité des arts et des cultures de l’Algérie au travers de son histoire. Le Sahara a été à l’honneur au Muséum d’histoire naturelle de Paris, tandis que l’Algérie antique a fait l’objet de la présentation d’une centaine d’objets au Musée d’Arles : mosaïques, céramiques, mobiliers métalliques. Une grande exposition « Le XXe siècle dans l’art algérien », présentée à l’Orangerie du Sénat à Paris, a mis en avant les œuvres de grands peintres et plasticiens, de l’art « miniatural » des années 1900 à l’abstraction des années 1970. 
Dans le domaine littéraire deux soirées de lectures ont été consacrées à Kateb Yacine à la Comédie Française. Les textes, joués par des comédiens français et accompagnés par les chants d’Houria Aïchi, ont permis au public français de découvrir le célèbre romancier et poète, disparu en 1989. Autre hommage : la présentation, à l’Institut du monde arabe (IMA) du travail d’ethnologie que le sociologue Pierre Bourdieu a mené sur le ritualisme kabyle dans les années 60. Nombre de ses photographies n’avaient jamais été montrées en France. Toujours à l’IMA, une vaste rétrospective a présenté les classiques du cinéma algérien.
Enfin, les grandes manifestations traditionnelles culturelles françaises se sont ouvertes à la création algérienne : la Fête de la musique en juin, les Francofolies de La Rochelle et Paris Quartier d’été. Une présence importante de l’édition algérienne a eu lieu au Salon du livre de Paris, en plus de la saison « Belles étrangères » qui a invité les Lettres algériennes. 
 

« Djazaïr, une année de l'Algérie en France » a été organisée et mise en œuvre :
 
  • pour l'Algérie: par le Commissariat général algérien de l'Année de l'Algérie en France
Commissaire général : M. Mohamed Raouraoua
 
  • pour la France : par le Commissariat général français et l'Association française d'action artistique (AFAA, aujourd’hui Institut français), le ministère des Affaires étrangères, et le ministère de la Culture et de la Communication.
Président du Comité d’organisation : M. Hervé Bourges
Commissaire générale : Mme Françoise Allaire