Image
Dima Matta
Crédits
© Chafic Labaki

DIMA MATTA

Théâtre

  • Liban
From 14 March 2022 to 30 June 2022
Dima Matta est lauréate du programme NAFAS, 100 résidences d’artistes libanais en France. Elle a été sélectionnée dans le cadre du dispositif de l’Institut français, conçu avec le soutien de la Région Sud, et sera accueillie en résidence aux Rencontres à l’échelle – B/P (Marseille) du 14 mars au 10 avril 2022 puis du 15 mai au 30 juin 2022.

La structure hôte

LES RENCONTRES À L’ÉCHELLE – B/P

Les Rencontres à l’échelle – B/P, structure résidente de la Friche Belle de Mai à Marseille, développe un projet artistique et culturel dédié à la création contemporaine internationale et émergente. Soutenant des démarches et des formes artistiques en prise avec la société et porteurs d'un récit d'altérité, le projet déploie un imaginaire ouvert sur le monde à partir des résonances locales. L'accompagnement des projets artistiques- par la production, l'accueil en résidence et la programmation- se fait en coopération avec un réseau d'opérateurs internationaux.

La lauréate

DIMA MATTA - Théâtre

Dima Matta est écrivaine, actrice et metteuse en scène basée à Beyrouth. Elle est diplômée l'université Rutgers en écriture créative en tant que boursière du programme Fulbright. Elle coproduit des festivals et des ateliers centrés sur le théâtre arabe, mettant en avant les voix des femmes et de la communauté LGBTQ : "Arab Voices : Stories of Palestine" (coproduit avec Catherine Coray et Aliya Khalidi, 2018 ; "Women Theatremakers : Playwriting Workshop (coproduit avec Aliya Khalidi, Sahar Assaf et May Adra, 2021). En 2018, Dima Matta commence à écrire sa première pièce "Ce n'est pas un script mémorisé, c'est une histoire bien répétée", une performance autobiographique sur la queerness et sa relation avec Beyrouth. Elle achève cette pièce en février 2020 au Zoukak Theatre à Beyrouth, et la joue à l'université de New York, au festival Shubbak et au festival Outburst Queer Arts.

Le projet de résidence

AN UNCURATED WORLD

"An Uncurated World" (titre provisoire) est une pièce sur deux femmes qui ont vécu une relation toxique et abusive. Cette pièce n'est pas un dialogue. Les deux personnages s'adressent au public, et ne s'adressent jamais l'un à l'autre. Elles racontent chacune une histoire, mais pas toujours la leur. L'une d'elles est un amalgame de deux autres personnages, et nous ne savons jamais quand elle est laquelle. Est-ce important ? Cela changerait-il la façon dont nous pensons à elle/ils ? Cela nous rendrait-il plus ou moins sympathiques ? À qui faisons-nous confiance ? Ces deux femmes sont-elles des narrateurs fiables si elles se contredisent toutes les deux parfois ? Qui dit la vérité ? Est-ce important ? Plus précisément peut-être, il ne s'agit pas d'une enquête sur la fiabilité des narrateurs, mais plutôt sur celle de la mémoire. C'est la mémoire qui fait d'eux des menteurs honnêtes. Nous vivons un événement. Lorsque nous nous en souvenons, nous évoquons le souvenir de cet événement. La deuxième fois que nous nous en souvenons, ce sera le souvenir du souvenir de l'événement, et ainsi de suite, jusqu'à ce que les faits cèdent la place aux impressions, et que la vérité devienne ce qui convient au récit. Mais ces personnages ne nous demandent jamais de leur faire confiance, ils ne sont peut-être même pas sûrs de demander quoi que ce soit au public, sauf peut-être d'écouter. Cette pièce est une histoire queer, tant par son contenu que par sa structure. Elle refuse la linéarité, démonte les attentes et remet en question les définitions hétéro-patriarcales de la violence entre partenaires intimes. Michelle Tea, dans son livre "Against Memoir", écrit : "Aimer les pédés, c'était aimer les dégâts. [...] Pendant un certain temps, il n'était pas possible d'avoir un amour homosexuel qui ne soit pas d'une certaine manière endommagé ou défini par les dommages subis, même s'il luttait désespérément contre ces dommages." Il pourrait s'agir d'une pièce qui tente de lutter contre les dommages, ou d'une pièce qui raconte l'histoire de quelques moments d'amour homosexuel, et qui se demande comment nommer les moments intermédiaires. 

En images

Le Toit-terrasse de la Friche la Belle-Mai, Marseille © Caroline Dutrey
Untitled © Carly Fuglei, Sarouna Mushasha, and edited by Madonna Adib, Beirut, 2022
Performance of This is not a memorized script, this is a well-rehearsed story, written and performed by Dima Mikhayel Matta, directed by Yara Bou Nassar, Beirut 2020 © Madonna Adib
Performance of This is not a memorized script, this is a well-rehearsed story, New York City, 2021 © The Criminal Queerness Festival