Image
Ludivine Gragny
Crédits
© DR

Ludivine Gragy

  • Japon
Ludivine Gragy est lauréate 2021 du programme de résidences de l’Institut français à la Villa Kujoyama.

Biographie

C’est hors de France que Ludivine Gragy commence à exercer le métier de paysagiste, en Allemagne dans un premier temps puis au Japon et en Suisse.

Des études à l’ensaama Olivier de Serres ainsi qu’à l’École Nationale Supérieure du Paysage de Versailles ont contribué à façonner son approche dans laquelle design et pratique sur le terrain sont étroitement liés.

Ayant établi son studio éponyme à Berlin, elle place la spécificité du site au coeur du projet valorisant l’analyse approfondie du végétal et de son environnement.

Dans ses projets actuels, elle se confronte à diverses échelles de territoires : la régénération du parc du Kranichmuseum en Poméranie, l’étude d’aménagement d’un monastère en Suisse thématisant le passage du profane au sacré et plus récemment la réhabilitation d’une cité-jardin à Bruxelles.

Projet de résidence

Satoyama ou le jardin d’eau

Le Satoyama est une membrane vivante dans laquelle l’homme et le sol sont en étroite corrélation. Dans ce complexe écosystème rural, différentes typologies paysagères fonctionnent en symbiose. 

En constante évolution, le Satoyama connaît la répétition du cycle de l’eau qui à chaque saison permet l’irrigation des cultures et change son milieu en modifiant sa végétation.

Sa résidence a pour objet l’étude de ces espaces de production sous le prisme de l’eau, élément naturel difficile à restituer car mouvant.

En explorant la notion de cycle, Ludivine Gragy souhaite documenter les phénomènes d’interdépendance entre ces paysages et leurs acteurs.

Maquette vivante, Berlin 2010 © Ludivine Gragy
Maquette vivante, Berlin 2010 © Ludivine Gragy
Plan en mouvement, Kranichmuseum, 2020 © Ludivine Gragy
Plan en mouvement, Kranichmuseum, 2020 © Ludivine Gragy
Garden happening, Kranichmuseum, 2019 © Paul Rohlfs
Piscine du Locle, Berlin 2016 © Ludivine Gragy