de portraits
Portrait
Cinéma

Un premier long-métrage pour la réalisatrice malaisienne Amanda Nell Eu

La puberté, c’est un peu un ‘body horror’ en soi, surtout quand on ne comprend pas ce qui nous arrive.

Réalisatrice, écrivaine et scénariste malaisienne, Amanda Nell Eu a frappé fort dès son premier long métrage, Tiger Stripes, qui a reçu le Grand Prix de la Semaine de la Critique au Festival de Cannes en 2023. Attachée aux mondes horrifiques et surnaturels, mais aussi aux traditions populaires, elle s’est emparée du body horror pour un film puissant sur la puberté, distribué dans les salles françaises depuis le 13 mars. Le film a bénéficié de l’Aide aux cinémas du monde, co-gérée par l'Institut français et le CNC.  

Publié le 26/03/2024

2 min

Née le 26 novembre 1985 à Kuala Lumpur, Amanda Nell Eu déménage, à l’âge de 11 ans, en Grande-Bretagne, d’où est originaire sa grand-mère. Elle intègre l’internat de High Wycombe avant d’étudier le graphisme à Central Saint Martins, puis de fréquenter la London Film School. Durant sa formation, elle obtient une maîtrise et se lance ensuite dans la réalisation de ses premiers courts métrages. En 2012, elle dirige Pasak, où elle suit une jeune femme prisonnière d’une famille dyfonctionnelle, qui, lorsqu’elle découvre qu’elle est enceinte, part en quête d’une vie meilleure.

Dans Seesaw, en 2015, elle s’intéresse, cette fois, aux conséquences d’une rupture et à l’impossibilité de réparer ce qui ne peut pas l’être. Par la suite, elle se tourne vers les traditions populaires de son pays avec deux courts métrages basés sur des personnages issus de ces traditions. Le premier d’entre eux, It’s Easier to Raise Cattle, est présenté en compétition au Festival international du film de Venise et reçoit une mention spéciale au Festival international du court métrage de Clermont-Ferrand.

En 2018, Amanda Nell Eu développe son premier long métrage, Tiger Stripes, lauréat du South East Asian Film Lab in Singapore en 2017, dans le cadre de LIM | Less is More. Elle y parle de la puberté à travers la vie de Zaffan, douze ans, qui est horrifiée de voir son corps se transformer à une vitesse hallucinante. La cinéaste aborde ce sujet épineux par le prisme du body horror et bientôt d’une crise d’hystérie collective, qui frappe l’école de son héroïne. Finalement, c’est toute une exploration de l’identité féminine qui est réalisée entre rage et trash. 

Amanda Nell Eu explique avoir voulu retracer les changements physiques traversés dans une vie, mais aussi mettre en avant une période de transition parfois compliquée de l’enfant à l’adulte. Elle s’est, par exemple, inspirée de son expérience personnelle, tout en souhaitant dévoiler, en toile de fond, les problèmes d’égalité des sexes en Malaisie, sur le plan politique et social. Le film prend également son ancrage dans le genre horrifique, de manière à mêler fantastique et ludisme : la réalisatrice avoue, par ailleurs, sa passion pour la croyance dans le surnaturel au sein des cultures d’Asie du Sud-Est. 

Présenté à la Semaine de la Critique du Festival de Cannes en 2023, Tiger Stripes a reçu le Grand Prix. Premier long métrage malaisien diffusé à Cannes depuis de nombreuses années, il représente également la première incursion d’une femme cinéaste du pays sélectionnée au festival. Amanda Nell Eu est ainsi devenue la première réalisatrice malaisienne à recevoir un prix au Festival de Cannes, remis par le jury d’Audrey Diwan.

Tiger Stripes a également été salué au Neuchâtel International Fantastic Film Festival (NIFFF), où il a remporté le prix Narcisse H. R. Giger. Il a été sélectionné comme le représentant de la Malaisie dans la catégorie meilleur film étranger lors des Oscars 2024. Sorti le 19 octobre 2023 en Malaisie, il a été censuré tandis qu’Amanda Nell Eu a expliqué que le film diffusé n’était, par conséquent, pas celui qui a été récompensé au Festival de Cannes.

  • 2012

    2012

    Amanda Nell Eu réalise Pasak, son premier court métrage.

  • 2015

    2015

    Elle dirige son second court métrage, Seesaw.

  • 2018

    2018

    Elle développe son premier long métrage, Tiger Stripes, lauréat du South East Asian Film Lab in Singapore l’année passée.

  • 2023

    2023

    Son premier long métrage, Tiger Stripes, remporte le Grand Prix de la Semaine de la Critique au Festival de Cannes.

L'institut français, LAB