d'oeuvrescross
Atlantique, de Mati Diop
Cinéma

#338

Oeuvre

2 min

Atlantique, de Mati Diop

Grand Prix du Festival de Cannes 2019, Atlantique illustre le talent de Mati Diop, jeune cinéaste franco-sénégalaise prometteuse, qui livre un récit onirique pour dépeindre la condition de la jeunesse africaine désœuvrée.

© Ad Vitam
cross

Une cinéaste incontournable

Née en 1982 à Paris, Mati Diop développe, adolescente, sa passion du cinéma au côté de son oncle cinéaste, Djibril Diop Mambety. Avec ses amis, elle fait du théâtre et se charge plus particulièrement du son. Ensemble, ils réalisent en 2004 leur premier court métrage, Last Night.

En 2008, Mati Diop décroche son premier rôle au cinéma dans 35 Rhums de Claire Denis et poursuit sa carrière d’actrice avec notamment Sleepwalkers (2010) ou encore Simon Killer (2012).

En tant que réalisatrice, elle brille au Festival de Cannes en 2008 avec son moyen métrage 1000 Soleils,un documentaire sur Touki Bouki, film réalisé par son oncle. En attendant la sortie du film en 2013, Mati Diop signe plusieurs courts métrages tels que Atlantiques (2009) ou Slow Canon (2011) et abandonne sa carrière d’actrice au profit de la réalisation. 

cross

Une fable fantastique et politique

Avec Atlantique, Mati Diop s’intéresse aux difficultés de jeunes ouvriers exploités par leur patron à Thiaroye, banlieue populaire de Dakar. Révoltés par leurs conditions de travail, ils décident de quitter, dans le plus grand des secrets, le Sénégal pour l’Europe.

Parmi les nombreux personnages qui peuplent cette fable politique, la réalisatrice suit Ada, promise à un homme qu’elle n’aime pas, Omar. Son cœur appartient à un des ouvriers qui émigrera sans la prévenir et qu’elle ne reverra jamais. Après son mariage arrangé et la disparition de son amant en mer, la jeune héroïne est hantée par des spectres féminins réclamant les salaires des travailleurs.

Entre onirisme et fantastique, le récit de Mati Diop dénonce la violence de la réalité d’une Afrique estropiée par les migrations périlleuses.

cross

Une fiction féminisée

Dix ans avant Atlantique, Mati Diop avait réalisé dans le cadre de ses études au Fresnoy un court métrage qui portait le même titre à un « s » près (Atlantiques, 2009). Également tourné au Sénégal, ce documentaire de 16 minutes relatait le destin d’un jeune homme désœuvré après sa traversée avortée vers l’Europe.

En réutilisant les thématiques de l’exil, de la mer et de l’espoir d’un monde meilleur, mais inaccessible, Mati Diop a transposé ce témoignage en fiction pour son premier long métrage. Pour appuyer son scénario sur des problématiques contemporaines, elle a aussi pris le parti de s’intéresser aux femmes abandonnées au pays par les hommes en quête d’une vie nouvelle. 

cross

La renaissance du cinéma sénégalais

Grand Prix du Festival de Cannes en 2019, Atlantique a fait de Mati Diop — première femme noire en lice pour la Palme d’or — l’une des réalisatrices contemporaines désormais considérées comme les plus influentes.

Le film a connu un parcours international prestigieux en concourant à l’Oscar du Meilleur film en langue étrangère et en passant dans plus d’une vingtaine de festivals aux quatre coins du monde. Acheté par Netflix, il est diffusé partout dans le monde.

Grâce à cette exposition mondiale inattendue, Atlantique a permis au cinéma sénégalais de retrouver une place éminente sur la scène internationale.

cross
L'Institut français et le projet

Le film Atlantique (2019) de Mati Diop est diffusé à l'international par l'Institut français. Son court métrage Atlantiques (2009) fait aussi partie du catalogue cinéma de l'Institut français.

 

L’Institut français propose un catalogue de plus de 2 500 titres permettant au réseau culturel et à ses partenaires de diffuser des films français dans le monde. En savoir + sur le catalogue cinéma