d'oeuvrescross
Bombay Rose, de Gitanjali Rao
Cinéma
#287
Oeuvre

2 min

Bombay Rose, de Gitanjali Rao

Animation colorée et onirique, Bombay Rose croise le destin de plusieurs habitants de Bombay, en Inde, une ville fourmillante où l'amour persiste et se chante, avec une touche bollywoodienne.

© DR
cross

Une cinéaste autodidacte

À la fois scénariste, monteuse, réalisatrice et productrice, Gitanjali Rao s'est fait connaître grâce à son court-métrage Printed Rainbow, présenté à Cannes en 2006 et éligible à l'oscar du Meilleur court-métrage en 2008.

 

Formée à l'école des beaux-arts de Bombay, la cinéaste est réputée pour la confection de ses courts-métrages, peints plan par plan. Après cinq films d'animations – Orange (2002), Printed Rainbow (2006), Girgit (2011), Chai (2013) et TrueLoveStory (2014) –, Gitanjali Rao dévoile son premier long-métrage, Bombay Rose, en 2019.

 

cross

Histoires d'amour interdites

Dans la ville effervescente de Bombay, Gitanjali Rao a imaginé plusieurs histoires et croisé plusieurs destins.

 

L'histoire principale se concentre sur le personnage de Kamala qui, âgée de 21 ans, s'est enfuie de son village pour échapper à une union non désirée. Pour survivre dans la capitale, la jeune hindoue vend des fleurs le jour et danse dans les bars la nuit. Salim, un migrant venu du Cachemire va lui déclarer sa flamme, quitte à transgresser les traditions.

 

À côté de cette idylle impossible, la cinéaste aborde aussi les thématiques de l'amour de deux femmes, du fanatisme religieux, du mariage forcé et de l’exploitation des enfants.

cross

Un film peint à la main

Entre l'écriture du film, la peinture des plans, l'animation et le montage, Gitanjali Rao a mis six ans à réaliser Bombay Rose. Dès 2013, elle trouve son inspiration en observant les nombreux passants de Bombay et commence à écrire le scénario. La réalisatrice alterne les couleurs et le noir et blanc selon les époques et les lieux dans lesquels se déroulent ses récits.

 

En plus de l'animation artisanale et colorée, Bombay Rose intègre de très nombreuses séquences musicales. Les chansons ont été écrites par Swanand Kirkire, mais Bombay Rose n'est ni porté par de grands noms, ni destiné aux enfants, ce qui a rendu son financement très compliqué.

 

Après plusieurs collaborations avec la Semaine internationale de la critique, la sélection lui propose d'intégrer Next Step en 2014, un programme visant à aider les jeunes réalisateurs à développer leur premier long-métrage.

cross

Un conte féminin qui traverse les pays

Bombay Rose est une coproduction entre la France, l'Inde, le Qatar et le Royaume-Uni. Grâce à cette collaboration internationale, cette carte postale représentative des rues animées de Bombay a été présente dans plusieurs festivals prestigieux : après avoir ouvert la Semaine internationale de la critique à la Mostra de Venise, le film a reçu une belle visibilité au Festival international du film de Toronto en 2019.

 

Le film a démarré sous les meilleurs auspices, qui permettent à Gitanjali Rao de se distinguer au dans une industrie encore souvent dominée par les hommes et au sein de l’animation indienne, rarement utilisée jusqu’ici pour raconter des histoires engagées.

cross
L'Institut français et le film

Bombay Rose, de Gitanjali Rao, a été soutenu en 2013 dans le cadre de l’Aide aux cinémas du monde. Ce programme de l’Institut français apporte son soutien à des cinéastes étrangers sur des projets de films en coproduction avec la France, qu’il s’agisse de longs métrages de fiction, d’animation ou de documentaires de création. En savoir + sur l’Aide aux cinémas du monde

 

Le film avait également reçu, en 2011, le soutien de la Fabrique Cinéma de l'Institut français. Ce programme accompagne de jeunes cinéastes de pays du Sud pour faciliter leur insertion sur le marché international du film. En savoir + sur La Fabrique Cinéma