d'oeuvrescross
Chambre noire, de la Cie Plexus Polaire
Théâtre
Cirque

#63

Oeuvre

1 min

Chambre noire, de la Cie Plexus Polaire (Yngvild Aspeli)

Marionnettes à taille humaine, vidéos et musique live : Yngvild Aspeli et la compagnie Plexus Polaire mettent en scène les dernières heures de Valerie Solanas, féministe radicale qui tenta d'assassiner Andy Warhol le 3 juin 1968.

© Benoit Schupp
cross

Yngvild Aspeli et Plexus Polaire

Metteure en scène, comédienne et marionnettiste norvégienne, Yngvild Aspeli est arrivée en France en 2003 pour se former à l’École internationale de théâtre Jacques Lecoq à Paris, puis à l’Ecole nationale supérieure des arts de la marionnette de Charleville-Mézières.

 

En 2008, Yngvild Aspeli crée la compagnie Plexus Polaire, avec laquelle elle met en scène quatre spectacles de théâtre visuel : Signaux (2011), Opéra Opaque (2013), Cendres (2014) et Chambre noire (2017), qui mêlent jeu d’acteurs, marionnettes à taille humaine et vidéos. Elle poursuit en parallèle ses collaborations auprès de différentes compagnies en France (Fastoche, avec Pierre Tual), en Norvège (le spectacle pédagogique pour jeune public Vrakgods) et en Angleterre (au sein de la compagnie Jammy Voo, dont elle est cofondatrice).

cross

Le lit de mort de Valerie Solanas

Chambre noire raconte la fin de Valerie Solanas, féministe, prostituée, comédienne, auteure du pamphlet féministe radical SCUM Manifesto et surtout célèbre pour sa tentative d’assassinat contre Andy Warhol en 1968. Dévorée par la colère, la solitude et la maladie, elle agonise dans la chambre obscure d’un hôtel de San Francisco.

 

Autour de son lit apparaissent des souvenirs et des personnages marquants de son existence, sous la forme de marionnettes à taille humaine, de projections vidéo (néons, lumières de la ville) et musique live (standards américains des années 50 à 80, manipulations sonores et percussions d’Ane Marthe Sørlien Holen).

cross

La chambre obscure, espace de projections

Chambre noire s’inspire du roman de l’auteure suédoise Sara Stridsber, La Faculté des rêves (2007), fantaisie littéraire autour de la vie de Valerie Solanas. Yngvild Aspeli a été touchée par la personnalité paradoxale de cette femme – féministe et prostituée, psychologue et elle-même régulièrement internée en hôpital psychiatrique – et sa lutte pour trouver sa place dans la société.

 

Fidèle à son approche centrée autour de la double présence de l’acteur et de la marionnette, Yngvild Aspeli joue sur le trouble qui se crée quand la marionnette, objet mort, semble plus vivante que l’acteur qui lui donne vie.

 

cross

Une production franco-norvégienne

Norvégienne résidant en France, Yngvild Aspeli crée ses spectacles entre ces deux pays. Chambre noire est ainsi soutenu par l’Arts Council Norway / Kulturradet comme par la DRAC Bourgogne-Franche-Comté. Yngvild Aspeli a travaillé son spectacle dans le cadre d’une résidence de création dans les Îles Lofoten.

 

Les premières représentations de la pièce en France se sont tenues au Festival mondial des théâtres de marionnettes de Charleville, en septembre 2017, avec une équipe pour moitié norvégienne et pour moitié française.

 

La compagnie Plexus Solaire tourne à l’international (Belgique, Suisse, Allemagne, Danemark, Norvège, Canada). Elle était à New York pour le Festival Under the radar en 2011. Chambre noire a été présentée à Stuttgart en janvier 2018.

Black Room ("Chambre noire"), by Compagnie Plexus Polaire ( extracts)
cross
L'Institut français et le projet

La compagnie Plexus Polaire est soutenue à l’international par l’Institut français.

 

Après Opéra Opaque et Pitch en 2018 au Canada, ce sera au tour de Cendres d’être présenté aux États-Unis au Center for Puppetry Arts d’Atlanta en mars 2019.