d'oeuvrescross
Cher futur moi
Numérique

#285

Oeuvre

2 min

Cher futur moi, d'Irvin Anneix

La websérie documentaire dresse le portrait de la génération Z, âgée de 15 à 25 ans et qui a grandi avec le numérique. Un documentaire riche en émotions, entre questionnements, conseils, appréhensions et espoirs.

© DR
cross

Un créateur de lien social

Graphiste et artiste multimédia, Irvin Anneix a étudié l’art et le design multimédia à l’École nationale supérieure des arts appliqués et des métiers d'art Olivier de Serres à Paris. Il a réalisé un grand nombre de projets multimédia : Photo de classe en 2014, L’Amour à la plage en 2015, Mots d’ados en 2016. Leurs sujets récurrents : la diversité, l’adolescence, le numérique et ses usages.

cross

Dialogues d’entre-deux temps

Documentaire insolite, Cher futur moi dessine les contours de la jeunesse française. Il en dresse un portrait sociologique multiple et complexe, et illustre la diversité des territoires et des milieux sociaux ainsi que la diversité des sujets évoqués et des personnalités.

Sous forme de vidéos postées sur internet, chaque adolescent s’adresse à son « moi du futur », en s’imaginant recevoir l’enregistrement 10 ans plus tard. Il utilise le tutoiement, un « tu » employé envers son « moi futur » mais aussi vers l’internaute. À la manière d'un journal intime, la websérie dépeint les interrogations, mais aussi les espoirs de ces jeunes de la génération Z. Les thématiques abordées sont à la fois universelles et intimes – passions, travail, sexualité, vie familiale, etc. –, faisant presque oublier le caractère public du support.

cross

Une websérie collaborative

Le projet Cher futur moi naît entre 2016 et 2017 : Irvin propose à des jeunes qu’il a rencontrés lors des tournages de ses précédents films de se filmer en adressant un message à leur « moi du futur ». En découlent six premières vidéos qui, sous leurs dehors de grande spontanéité, résultent en réalité d’un réel travail préparatoire – de la formation au matériel de tournage au choix des thématiques ou encore à l’agencement du décor.

En septembre 2018, Irvin Anneix pousse le projet encore plus loin et poste sur sa chaîne You Tube un appel à participation. À peine plus âgé que les protagonistes de son œuvre, l’artiste connaît comme eux la puissance des réseaux sociaux. Les six premières vidéos sont le premier noyau d’une communauté. Irvin reçoit une centaine de candidatures spontanées et en retient 34 pour sa « Saison 1 ».

cross

Une exposition phygitale

Cher futur moi est présentée en septembre 2019 à la Maison de la culture de Seine-Saint-Denis Bobigny, accompagnée d’une exposition temporaire, et diffusée sur YouTube, Facebook et, en plus petit format, sur Instagram. Une exposition de l’œuvre est programmée en juin 2020 à la Maison des Métallos à Paris, puis en septembre 2020 à la Biennale de la danse de Lyon, qui l’a co-produite.
 

Irvin Anneix prévoit déjà une saison 2, cette fois-ci, internationale avec des participants venus d’Europe, du Canada, d’Afrique et aussi de l’outre-mer français. Sa diffusion prévue en septembre 2020.

Cher futur moi
cross
L'Institut français et le projet

Cher futur moi, de Irvin Anneix, réalisé avec le soutien du CNC (Centre National du Cinéma et de l'Image Animée), figure parmi les oeuvres regroupées sur Futurimage, une plateforme offrant un riche panorama de nouvelles narrations sous toutes ses formes. 

Futurimage a été créé à l’initiative de l’Institut Français, en collaboration avec Producteurs d'Expériences Numériques.

En savoir + sur Futurimage.

 

L’œuvre sera présentée aux participants du Focus Arts et créations numériques, organisé dans le cadre de Chroniques, la Biennale des imaginaires numériques (12 novembre 2020 – 17 janvier 2021). 

En savoir + sur le Focus Arts et créations numériques.