d'oeuvrescross
Des hommes, d’Alice Odiot et Jean-Robert Viallet
Cinéma

#321

Oeuvre

2 min

Des hommes, d’Alice Odiot et Jean-Robert Viallet

Présenté au Festival de Cannes en mai 2019, dans la sélection de l’ACID, Des hommes invite le spectateur dans les antres de la prison des Baumettes, à Marseille.

© Rezo Films
cross

Un duo prestigieux

D’abord journaliste, Alice Odiot est devenue cinéaste en se formant au côté du réalisateur et journaliste Jean-Robert Viallet. En 2009, elle devient son assistante-réalisatrice sur sa trilogie La Mise à mort du travail, qui vaut au cinéaste le Prix Albert-Londres.Trois ans plus tard, c’est au tour d’Alice Odiot de décrocher ce prix prestigieux pour son film Zambie, à qui profite le cuivre ? (2011). 

Les deux réallisateurs se retrouvent en 2015 pour Jusqu'à ce que la mort nous sépare où ils dépeignent le destin carcéral d’une femme victime de violences conjugales. En 2019, ils posent leur caméra au sein de la prison des Baumettes, et signent Des hommes, un documentaire présenté en première mondiale au Festival de Cannes la même année. 

cross

Se défaire des clichés

C’est plus aux détenus qu’aux conditions de détention, si souvent dénoncées, qu’Alice Odiot et Jean-Robert Viallet ont choisi de s’intéresser. Les réalisateurs donnent la parole à de jeunes adultes, souvent récidivistes,qui livrent leur témoignage et racontent l’origine de leur incarcération. 

Le duo de cinéastes opte pour la sobriété et filme le quotidien des prisonniers, entre promenades, sport et ennui profond, apportant ainsi un regard authentique sur la prison, loin des clichés qui persistent bon nombre de fictions. 

 

cross

Immersion aux Baumettes

Quand ils travaillent sur Jusqu'à ce que la mort nous sépare, Alice Odiot et Jean-Robert Viallet rencontrent une ancienne détenue des Baumettes qui leur dépeint ses deux années d’incarcération. Frappés par la violence de son témoignage, ils décident de faire un documentaire sur cette prison connue pour ses conditions d’insalubrité. 

Dès 2013, ils demandent l’autorisation de filmer les entrailles de la prison. S’en suit un long bras de fer avec le ministère de la Justice et la Direction de l’Administration pénitentiaire. Au bout de deux ans, les cinéastes réussissent enfin à pénétrer au sein de la prison pour faire les premiers repérages. Ils commencent à filmer en 2016. 

Cette plongée immersive dans le milieu carcéral interroge le système judiciaire actuel et dénonce le mauvais traitement de détenus qui sont déshumanisés.

cross

Première mondiale à Cannes

Le documentaire d’Alice Odiot et Jean-Robert Viallet, soutenu par le Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC), a fait sa grande première au Festival de Cannes en 2019 dans la sélection de l’ACID. 

Le film sillonne ensuite la France, du Festival Premiers Plans à Angers où il est distingué, au Festival international du film politique de Carcassonne. 

cross
L'Institut français et le projet

Dans le contexte de la pandémie du Coronavirus Covid-19, l’Institut français souhaite continuer à vous proposer des portraits, rencontres avec des créateurs de toutes origines, œuvres, portfolios. Nous espérons que ces pages vous apporteront une respiration dans un quotidien confiné.

 

Le documentaire Des hommes d’Alice Odiot et Jean-Robert Viallet, soutenu par le Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC) a fait sa grande première au Festival de Cannes en 2019 dans la sélection de l’ACID.Vous pouvez dès à présent retrouver ce documentaire au sein du catalogue cinéma de l’Institut français. 

 

L’Institut français propose un catalogue de plus de 2 500 titres permettant au réseau culturel et à ses partenaires de diffuser des films français dans le monde. 

En savoir + sur IFcinéma