d'oeuvrescross
Espaece, d'Aurélien Bory

#29

Oeuvre

1 min

Espaece, d'Aurélien Bory

Présentée lors du Festival d'Avignon 2016, Espaece d'Aurélien Bory invite le théâtre au théâtre. Les cinq interprètes de cette œuvre hybride, hommage à Georges Perec, nous invitent à observer le plateau sous toutes ses coutures.

© Christophe Raynaud de Lage
cross

Du scientifique au metteur en scène

Après avoir commencé des études de physique, Aurélien Bory décide en 1995, à 23 ans, de rejoindre le Lido, Centre des arts du cirque, à Toulouse. Au Théâtre Garonne, il rencontre le metteur en scène serbe Mladen Materic, auprès duquel il se forme et dont il intègre la troupe, Théâtre Tattoo. En 2000, Aurélien Bory décide de monter à Toulouse sa propre troupe, la Compagnie 111.

 

Mêlant jonglage et acrobatie, le metteur en scène crée une première trilogie de spectacles (IJK, 2000 ; Plan B, 2003 ; Plus ou moins l'infini, 2005), où la scénographie tient une place centrale. Dans Plan B,, une paroi verticale entrave le plateau, obligeant les interprètes à composer avec cette contrainte. Cette création, en collaboration avec l'artiste new-yorkais Phil Soltanoff, pose les bases du travail d'Aurélien Bory.

 

cross

Théâtre dans le théâtre

Espaece est une métaphore de l'écriture. Le plateau nu n'a pour seul décor qu'une imposante paroi modulable sur roulettes, sorte de scène de théâtre sur la scène de théâtre, qui n'est pas sans rappeler le tableau noir du professeur et, par extension, la feuille blanche de l'écrivain. Aurélien Bory matérialise ainsi l'idée que le plateau est la page vierge du metteur en scène qui y compose ses œuvres.

 

Face à ce colosse en perpétuel mouvement, les cinq interprètes d'Espaece redoublent de talent à chaque séquence. Pour s'adapter et réussir à évoluer sur cette scène contraignante, ils font appel à toutes sortes de langages corporels, littéraires ou encore lyriques, explorant et repoussant les limites de l'espace où se concrétise l'écriture théâtrale.

cross

La matrice du spectacle

Le spectacle a été construit autour de la paroi modulable de 7,2 mètres de hauteur et 2,5 tonnes. Pendant trois mois, les comédiens ont improvisé sur le plateau autour de ce « rien », comme l'explique le comédien Olivier Martin-Salvan. Quelques jours avant la première représentation, les contours d'Espaece n'étaient toujours pas définis.

 

Aurélien Bory a fait de cette structure une contrainte inspirante, à l'image de Georges Perec, connu pour avoir fondé ses œuvres sur des contraintes littéraires, comme La Disparition, roman qui ne comprend aucun « e », et auteur également d’Espèces d'espaces auquel le titre du spectacle se réfère : Espaece superpose « espèce » et « espace ». 

 

Arpentant le vide du plateau et faisant appel à l'espace qui l'entoure, le metteur en scène se conforme ainsi à la première phrase de l'ouvrage : « L’objet de ce livre n’est pas exactement le vide, ce serait plutôt ce qu'il y a autour ou dedans. »

cross

Un succès international

Présenté en 2016 dans le cadre du Festival d'Avignon, Espaecey a rencontré un fort succès. Les critiques ont fait l'éloge de la virtuosité de la scénographie, qui renoue avec le premier triomphe d'Aurélien Bory, Plan B

 

Le spectacle a entamé en octobre 2017 au Festival Romaeuropa, en Italie, une tournée européenne, terminée en juin 2018 à Leeuwarden-Fryslân, aux Pays-Bas.

cross
L'Institut français et le projet

Espaece a tourné aux États-Unis en octobre et novembre 2018 avec le soutien de l’Institut français, en partenariat avec la ville de Toulouse, la région Occitanie et la région Pyrénées-Méditerranée.

 

L’Institut français s’associe à 21 collectivités territoriales pour le développement des échanges artistiques internationaux.