d'oeuvrescross
Head-to-head, hidden head, Light, de Julien Creuzet
Arts visuels

#116

Oeuvre

1 min

Head-to-head, hidden head, Light, de Julien Creuzet

À travers cette vidéo mêlant danses, musique électronique et images ethnographiques, Julien Creuzet propose une réflexion poétique et politique sur la réappropriation postcoloniale du récit historique africain et caribéen.

© DR
cross

Julien Creuzet

Né en 1986 au Blanc-Mesnil, Julien Creuset a passé une partie de son enfance avec sa famille en Martinique. Dans son travail, il recycle l’imaginaire colonial occidental pour proposer une réappropriation subjective et collective du récit historique antillais.

 

Diplômé de l’École nationale supérieure des beaux-arts de Lyon et du Fresnoy, cet artiste plasticien et poète explore les géographies et les héritages caribéens, à travers des installations composites.

 

Ses « œuvres-îles » ou « opéras-archipels », agrégeant objets usuels, sculptures-tableaux, photographies, textes et vidéos, ont été présentées à la Kampala Art Biennale (2016), la Biennale de Lyon, le festival Hors Pistes au Centre Pompidou (2017) et à la Fondation d’entreprise Ricard (2018).

cross

Danses et mémoire

 

Head-to-head, hidden head, Light (2017) est une vidéo de 10 minutes associant divers éléments : sur une musique de transe électronique, des danseurs aveuglent le spectateur avec des lampes torches, puis projettent leurs faisceaux lumineux sur des images fixes de peuples africains. Un texte poétique s'inscrit sur l'écran, faisant des corps les supports d’une réflexion sur la mémoire des origines.

 

Nourrie par les travaux du penseur Édouard Glissant et du poète Aimé Césaire, cette transe poétique est comme un miroir tendu aux jeunes générations, ouvertes aux musiques de la modernité mais ignorantes de leurs riches traditions culturelles africaines.

 

Littérature, poésie, danses et chants se mêlent ici dans une ondulante quête identitaire et initiatique.

cross

Une création composite

 

Head-to-head, hidden head, Light questionne les défaillances de la transmission mémorielle en un collage visuel et sonore de corps dansants, d'inscriptions poétiques, de références à la culture africaine et à la culture pop occidentale.

 

Julien Creuzet s'est filmé lui-même s'adonnant à une transe qui semble vouloir réveiller les esprits ancestraux. Comme en un soudain champ-contrechamp, apparaissent ensuite des images classant les habitants d’Afrique par régions, entre cartes postales touristiques et documents ethnographiques.

 

L'artiste ausculte ces figures anciennes avec une lampe torche, dont l’éclat lumineux, au lieu de les éclairer, les efface, illustrant la mort picturale, spirituelle ou symbolique, des individus pris dans le flash de l'appareil photographique, ou du regard occidental.

cross

Hommage à la francophonie

La vidéo de Julien Creuzet Head-to-Head, Hidden Head, Light, a été présentée en 2017 lors d'Afrotopia, la 11e édition des Rencontres de Bamako, co-organisées par le ministère de la Culture du Mali et l’Institut français, sous le commissariat de Marie-Ann Yemsi.

 

À cette occasion, l’Organisation internationale de la Francophonie a décerné à Julien Creuzet un prix d’une valeur de 3 000 euros, pour récompenser son travail en tant que jeune photographe francophone.

 

cross
L'Institut français et le projet

Head to Head a reçu le Prix de l'Organisation internationale de la francophonie aux Rencontres de Bamako 2017.

 

L'Institut français est co-producteur des Rencontres de Bamako – Biennale africaine de la photographie avec le ministère de la Culture du Mali.