d'oeuvrescross
L’Inhumaine, de Marcel L’Herbier
Cinéma

#66

Oeuvre

1 min

L’Inhumaine, de Marcel L’Herbier

Kaléidoscope de formes et de mouvements, L’Inhumaine donne corps à l’ambition immense de Marcel L’Herbier : faire du cinéma un art total et flamboyant.

© Lobster Films
cross

Marcel L’Herbier

D’abord poète, Marcel L’Herbier décide de tenter l’aventure du cinéma en 1915 après avoir vu Forfaiture de Cecil B. DeMille. Fasciné par les possibilités offertes par cet art nouveau, il conçoit une œuvre marquée par la recherche esthétique. Proche de l’avant-garde incarnée par Germaine Dulac et Louis Delluc, L’Herbier invente l’impressionnisme au cinéma dans ses films muets – Eldorado (1921), L’Argent (1928) – , puis poursuit ses expériences formelles avec l’arrivée du cinéma parlant.

 

Voulu comme une synthèse de l'art français des années 20, L'Inhumaine reste l'un de ses films les plus audacieux.

cross

Amour fatal

Entre science-fiction et romance cruelle, L’Inhumaine raconte l’histoire d’une cantatrice envoûtante, Claire Lescot, qui éconduit violemment tous ses prétendants. Parmi eux, Einar Norsen, un savant disciple d’Einstein, élabore ce qui ressemble à une vengeance et simule un accident mortel. Insensible, Claire entre en scène, mais son public la rejette. Elle apprend alors que le jeune homme est vivant et s'éprend de lui. Mais leur idylle est interrompue par la jalousie d’un autre soupirant qui empoisonne Claire. Dans un geste fou, Einar la porte jusqu’à son laboratoire pour la ressusciter.

 

cross

La synthèse de tous les arts

En réalisant L’Inhumaine, Marcel L'Herbier veut aller au bout de ses recherches formelles sur le cinéma muet. L'intrigue du film n'est qu'un prétexte aux inventions visuelles les plus folles : coloration de la pellicule, mouvements de caméra enivrants et, surtout, effets de flou dont il reste le spécialiste.

 

L'Herbier réunit également une équipe prestigieuse où se côtoient le décorateur Alberto Cavalcanti, le peintre Fernand Léger et le compositeur Darius Milhaud.

 

La restauration du film, réalisée à partir du négatif original en 2014 par Lobster Films, a permis de redonner à L'Inhumaine son éclat et ses couleurs initiales.

cross

Taillé pour l’international

Dès le début de la production, L’Inhumaine a vocation à conquérir la scène internationale, notamment les États-Unis. Le film est cofinancé par Georgette Leblanc, cantatrice particulièrement populaire de l’autre côté de l’Atlantique, qui joue le rôle principal de Claire Lescot. La présence au générique de grands noms du monde de l’art de l’époque ajoute au prestige de l’œuvre.

 

Si le public français boude L’Inhumaine, le film de L’Herbier voyage de New York à Tokyo et suscite l’admiration de différentes personnalités, notamment l’architecte autrichien Adolf Loos.

 

The Inhuman Woman (“L’Inhumaine”), film's extract
cross
L'Institut français et le projet

L'Inhumaine (1923) est diffusé à l'international par l'Institut français au sein du cycle « Grands classiques restaurés ».

 

L’Institut français propose un catalogue de plus de 2 500 titres permettant au réseau culturel et à ses partenaires de diffuser des films français dans le monde.

 

En savoir + sur le catalogue cinéma.