d'oeuvrescross
Jurassic Web, une websérie d’Arte
Jurassic Web, une websérie d’Arte
Numérique

#413

Oeuvre

plus min

Jurassic Web, une websérie d’Arte

En sept épisodes, la websérie Jurassic Web nous plonge dans la préhistoire des réseaux sociaux et nous dévoile la genèse de la communication par internet. 

© ARTE
cross

Les ancêtres du web

Dès les années 60, bien avant l’apparition des réseaux sociaux tels que nous les connaissons aujourd’hui, des bidouilleurs ont détourné les technologies de l'époque pour communiquer, partager leurs passions et créer des communautés à distance. En sept épisodes, la web-série Jurassic Web, réalisée par le documentariste Chris Eley, ressort du placard ces geeks de la première heure, et explore la préhistoire des réseaux sociaux. Cette co-production d’Arte et de la société Darjeeling, disponible gratuitement sur arte.tv et YouTube, esquisse ainsi en une quarantaine de minutes une véritable contre-histoire des usages sociaux de l’informatique.   

cross

Anticonformistes

« Voici, chers internautes, l’histoire de vos ancêtres oubliés ». C’est sur cette accroche que s’ouvrent chacun des sept épisodes de Jurassic Web. Une websérie qui fait la part belle aux infographies et aux témoignages. Se succèdent ainsi des figures comme Devra Langsam, l’éditrice de Spockanalia, un fanzine dédié à Star Trek, Lee Felsenstein, cofondateur du premier système d’ordinateurs partagés à distance en 1973, ou encore Laurent Chemla dit « Joe Le Dingue », un bidouiller qui trafiqua le Minitel pour créer ses propres salons de discussion clandestins. Autant de protagonistes qui, d’après le réalisateur Chris Eley, « sont tous des outsiders, par-delà leurs différences ». Et qui partagent la même méfiance envers l’ordre établi, et un même esprit de contradiction qui les pousse à détourner des outils préexistants.

cross

Communication à distance

A l’origine de Jurassic Web, il y a chez Chris Eley le constat que « les réseaux sociaux ont pris une importance prépondérante dans nos vies. Mais on a tendance à penser qu'ils ont été inventés par Mark Zuckerberg et les fondateurs des sites actuels alors que les outils que l’on utilise quotidiennement existaient déjà dans les années 1970 ! ». Dès les années 60, une bande de très jeunes hackers, dont certains sont malvoyants, piratent ainsi le réseau téléphonique américain pour créer des salons vocaux ouverts à tous, qui préfigurent nos visio-conférences modernes. Ils inaugurent ainsi une des premières communautés de partage pour diffuser leur passion et mettre leur savoir à disposition du plus grand nombre. Une initiative qui déplaît au gouvernement américain, qui mettra rapidement fin à une expérience sur laquelle il n’exerce aucun contrôle.  

cross

Génération Minitel

Si l’histoire fait souvent la part belle aux ingénieurs et aux étudiants de la Silicon Valley, Jurassic Web n’oublie pas pour autant les autres pays, et offre un panorama international des usages précurseurs de l’informatique. On découvre ainsi des ingénieurs IBM qui, en Islande, parviennent à détourner de ses fonctions l’imposant IBM 1401 en lui faisant jouer la Symphonie Islandaise, grâce à une petite radio AM placée sur l’unité centrale. Un autre épisode s’arrête aussi longuement sur le Minitel, distribué gratuitement à la population par le gouvernement français, et qui constitue le premier grand réseau social à grande échelle de l’histoire.

cross
L'Institut français et l'oeuvre

La websérie Jurassic Web est présentée dans l'exposition Escape, voyage au coeur des cultures numériques. En circulation dans le réseau culturel français à l'étranger à partir de juillet 2021, cette exposition légère et modulable questionne les grands enjeux des cultures numériques à travers un corpus d'œuvres de la création numérique : œuvres d’art numérique, web documentaires, jeux vidéo, expériences en réalités augmentée et virtuelle… 

En savoir + sur Escape