d'oeuvrescross
La Performance des Saints-Simoniens, de Louise Hervé et Chloé Maillet
Arts visuels

#56

Oeuvre

1 min

La Performance des Saints-Simoniens, de Louise Hervé et Chloé Maillet

Les artistes françaises Louise Hervé et Chloé Maillet mêlent film, conférence et chants révolutionnaires dans une performance consacrée à la secte parisienne des Saint-Simoniens.

© Maxime Bersweiler, courtesy Marcelle Alix, Paris
cross

Un duo érudit

Nées toutes les deux à Paris en 1981, Louise Hervé et Chloé Maillet se rencontrent pendant leurs études d'histoire de l'art, que Chloé complètera par une thèse en anthropologie historique.

 

Avant même d'obtenir leurs diplômes, les deux artistes unissent leurs connaissances dès 2001 au sein de l'International Institute for Important Items où, en duo, elles proposent des performances décalées. À mi-chemin de la reconstitution historique et de la conférence, elles truffent leurs performances de références farfelues. Vite repérées, elles participent en 2010 à l'exposition « Dynasty » au Palais de Tokyo de Paris.

 

En 2012, Louise Hervé et Chloé Maillet sont nominées pour le prix de la Fondation d'entreprise Ricard pour leur installation Le nouveau mur qui saigne.

 

cross

Une plongée dans l'utopie

En 2015, dans le cadre du festival Hors Pistes au Centre Georges Pompidou, Louise Hervé et Chloé Maillet réalisent La Performance des Saints-Simoniens, une œuvre mêlant chants, conférence et film.

 

La performance retrace l'histoire de la fondation du groupe des Saints-Simoniens en 1830 par Barthélémy Prosper Enfantin. Près de Ménilmontant, ces adeptes de la doctrine du comte de Saint-Simon vont vivre deux ans en communauté en imaginant un futur où les hommes seraient frères, libres et égaux.

 

Les disciples d’Enfantin n'hésitent pas à donner des représentations publiques de leur vie quotidienne pour montrer l'exemple, ce que le film illustre au moyen d'un diaporama historique et de chants d'époque, interprétés en direct par l'ensemble vocal Camerai Sei.

cross

Une archéologie de la performance

 

À sa réalisation en 2015, La Performance des Saint-Simoniens constitue un premier état des lieux des recherches de Louise Hervé et Chloé Maillet sur l'utopie et sa capacité à changer la vie.

 

Le film qu'elles projettent lors de cette performance va ensuite constituer la troisième et dernière partie de Spectacles sans objet, constitué d'un film et d'un livre présentés pour la première fois en 2016 à Chatou, en région parisienne.

 

Les deux artistes y racontent notamment l'histoire des disciples du peintre Jacques-Louis David, des révolutionnaires radicaux prêts à pousser jusqu'au bout, en 1789, la reconstitution historique d'un monde antique qui les fascine : ils abandonnent alors la peinture pour revêtir la toge en plein Paris.

 

Comme avec les Saint-Simoniens, Louise Hervé et Chloé Maillet y voient la trace d'une performance artistique avant l'heure.

Spectacles sans objet
cross

Les Saint-Simoniens au Danemark

Accompagnant le film Spectacles sans objets produit en 2016, La Performance des Saint-Simoniens s'exporte à l'étranger. Ainsi la même année, Louise Hervé et Chloé Maillet embarquent pour Aarhus au Danemark où, après Marseille et Paris, elles représentent avec la même expertise leur réflexion sur une histoire alternative de la performance artistique.

 

À cette occasion très spéciale, elles proposent sur place un enregistrement vinyle inédit où l'ensemble vocal Camera Sei reprend des chants écrits pour les fêtes révolutionnaires, ainsi que des chants Saint-Simoniens composés par Félicien David, l'un des membres de la secte parisienne.

cross
L'Institut français et le projet

La Performance des Saint-Simoniens obtient en 2012 le Prix de la Fondation d’entreprise Ricard.

 

L’œuvre circule à l’international avec le soutien de l’Institut français.