d'oeuvrescross
Lumière d’été, de Jean Grémillon
Cinéma

#267

Oeuvre

2 min

Lumière d’été, de Jean Grémillon

Œuvre singulière d’une grande maîtrise formelle, Lumière d’été de Jean Grémillon scrute l’âme humaine avec sagacité, sens du tragique et de l’héroïsme ordinaire.

© DR
cross

Jean Grémillon ou le tragique moderne

Né en 1901, Jean Grémillon exerce sa première passion, la musique, au piano dans les salles de cinéma. Rapidement il devient documentariste avant de réaliser son premier long-métrage Maldone en 1928.


Jean Grémillon fait partie de ces grands réalisateurs français trop méconnus, contemporain de Jean Renoir et de Marcel Carné, qui dirigea d’illustres comédiens dans de grands films, tels que Jean Gabin dans Remorques (1941), Raimu dans L’Étrange Monsieur Victor (1938) ou encore Michèle Morgan dans L’Étrange Madame X (1951).

Durant sa carrière, il alternera films de commande et grands classiques du cinéma dont Lumière d’été, sorti en mai 1943, fait assurément partie.

cross

Une ronde à trois prétendants

L’intrigue se déroule à l’auberge « L’Ange-Gardien » alors que Michèle vient retrouver son amant Roland, un peintre sans talent qui noie son échec dans l’alcool. Julien, jeune ingénieur travaillant sur un barrage en construction, tombe amoureux d’elle. Patrice, châtelain désœuvré qui souhaite se séparer de Christiane dite Cri-Cri, la tenancière de l’auberge, ne restera pas lui non plus insensible au charme de Michèle.

 

S’ensuit un jeu de séduction et de rapport de force où chaque lâcheté est mise au grand jour, à l’exception de Julien, dont la pureté des sentiments sert de contrepoint narratif au marivaudage des uns et aux manipulations des autres.

cross

Au cœur des passions

Réalisé en 1942 en France dans les Alpes-de-Haute-Provence en pleine Occupation nazie, Lumière d’été s’impose comme un film majeur de Jean Grémillon. Ce long-métrage écrit par Jacques Prévert et Pierre Laroche, est une comédie tragique sur fond de conflits de classe. Entre bourgeoisie oisive et travailleurs unis dans l’adversité, ce jeu d’amour n’est pas sans rappeler La Règle du jeu de Jean Renoir.

 


La mise en scène de ce drame mélancolique mêle à la sophistication des plans dans l’auberge ou au château, un naturalisme proche du cinéma de Marcel Pagnol dans les scènes en décor naturel comme celles au barrage de l’Aigle où fut tournée une partie du film.

cross

Une œuvre de résistance

En 1942, la France est sous occupation allemande. Jean Grémillon, à l’instar d’un certain nombre de ses pairs, n’adhère pas au projet cinématographique nazi officiel et décide d’aller filmer en zone libre, au pied du barrage de l’Aigle alors encore en construction, qui accueillera plus tard des résistants ou d’anciens prisonniers de guerre.

 

Au-delà d’une œuvre de haut vol, Lumière d’été possède une dimension de résistance politique évidente à l’égard de l’Occupation et du régime de Vichy qui tenta, en vain, d’interdire le film.

cross
L'Institut français et le film

Lumière d’été de Jean Grémillon fait partie du Cycle Grands classiques restaurés du cinéma français.

 

Ce cycle de films restaurés propose un parcours à travers l’histoire du cinéma français mais aussi à travers les genres et les époques, en rendant hommage aux plus grands cinéastes des années 1920 aux années 1990. En savoir + sur le Cycle Grands classiques restaurés du cinéma français