d'oeuvrescross
Mammalian Fantasies, de Daniel Dewar & Grégory Gicquel
Arts visuels

#262

Oeuvre

2 min

Mammalian Fantasies, de Daniel Dewar & Grégory Gicquel

Dans la série d’œuvres en bois « Mammalian Fantasies » (Fantaisies mammifères), le duo franco-britannique formé par Daniel Dewar & Grégory Gicquel explore des techniques anciennes de sculpture du bois, à travers des œuvres murales et du mobilier ornés de figures organiques, humaines et animales.

Daniel Dewar & Grégory Gicquel, Installationsansicht, Mammalian Fantasies, Kunsthalle Basel, 2019. Foto: Philipp Hänger / Kunsthalle Basel
cross

Sculpteurs expérimentaux

Daniel Dewar (né en 1976) et Grégory Gicquel (né en 1975) se sont rencontrés sur les bancs de l’école des Beaux-Arts de Rennes en 1998. Ensemble, ils créent des objets sculpturaux, parfois de taille monumentale, qui marient techniques traditionnelles et motifs figuratifs variés : corps humains, voitures, animaux, mais aussi cabinets de toilette, éviers, pulls tricotés…

Année après année, le duo élargit le champ de possibles : ils multiplient les références à l’histoire de l’art et à l’artisanat, et développent leurs propres motifs et techniques de création. En 2012, ils reçoivent le prix Marcel Duchamp.

cross

Cohabitation des êtres

Un lièvre, des dizaines d’escargots, un énorme poisson, des cochons, un homme allongé à la manière d’un gisant rappelant l’art funéraire chrétien… Les sculptures de Mammalian Fantasies font émerger du bois brut des hommes et des animaux. Parfois, un simple détail émerge de la matière, comme un pouce, par exemple, ou un impressionnant réseau de tuyaux organiques, intestins de bois réalistes jusqu’au dégoût.

 

À travers leurs sculptures, Daniel Dewar & Grégory Gicquel déploient un univers étrange, où le grotesque se mêle au sensuel.

cross

À l’assaut du bois

« Il n'y a pas de différence entre le processus de fabrication et l'objet », soulignent Daniel Dewar et Grégory Gicquel. Pour chaque exposition ou chaque série d’œuvres, les deux artistes choisissent un matériau et s’en emparent totalement. Depuis leur début, le duo a travaillé l’argile, la pierre, le tissage… Pour Mammalian Fantasies ils s’attaquent au bois.

 

Quels que soient les matériaux, Daniel Dewar et Grégory Gicquel recourent à des techniques traditionnelles de fabrication. Certaines pièces particulièrement ambitieuses ou monumentales nécessitent des semaines entières de travail.

cross

Voyage des œuvres

Pensée pour leur toute première exposition en Suisse à la Kunsthalle de Bâle, Mammalian Fantasies est exposée à la Biennale d'art contemporain de Lyon dès le 18 septembre 2019, au sein du musée d’art contemporain de la ville.

cross
L'Institut français et le projet

« Mammalian Fantasies », de Daniel Dewar & Grégory Gicquel, exposition monographique présentée à la Kunsthalle de Bâle en 2019, a été soutenue par l’Institut français dans le cadre du dispositif dédié aux expositions individuelles, qui est l’une des priorités pour les arts visuels.