d'oeuvrescross
Ordesa, de Nicolas Pelloille-Oudart
Ordesa, de Nicolas Pelloille-Oudart
Cinéma

#403

Oeuvre

2 min

Natural light, de Dénes Nagy

Avec son premier film Natural light, Dénes Nagy entre par la grande porte dans le cinéma. Le cinéaste hongrois a remporté l’Ours d'Argent de la Meilleure réalisation à la Berlinale 2021 pour son film de guerre.

© LUXBOX
cross

Un cinéaste émergent

Né en 1980 en Hongrie, Dénes Nagy étudie le cinéma à l’Université d’Art Dramatique et Cinématographique de Budapest avant de compléter sa formation à la Berlin Film Academy. Nourri de sa double culture hongroise et allemande, il se démarque au cinéma avec des propositions originales, accordant une grande place à l’image et au scénario. Il passe pour la première fois derrière la caméra en 2004 quand il signe son court-métrage November 2003, et se fait remarquer avec Russian Playground, un court-métrage présenté à la Semaine de la critique du Festival de Cannes en 2009.

Cinéaste prolifique, Dénes Nagy réalise une dizaine de fictions et de documentaires remarqués avant de faire son premier film, Natural Light. Présenté en avant-première au Festival de Berlin en 2021, ce film de guerre obtient l’Ours d’argent de la meilleure réalisation, lui assurant un avenir radieux dans l’industrie.

cross

Un récit initiatique

Avec Natural Light, Dénes Nagy embarque sa caméra au cœur de la Seconde Guerre mondiale. Le réalisateur suit le caporal István Semetka, un fermier enrôlé dans l’armée, aux côtés d’autres soldats hongrois. Chargée d’éradiquer les partisans dans les territoires occupés de l'Union soviétique, la compagnie traverse de nombreux villages dans sa quête, en vivant dans la peur constante de croiser l’ennemi. Lors d’une altercation, le commandant du bataillon est tué, obligeant István Semetka à prendre les commandes de la troupe et prouver ses capacités de leader. Plus qu’un film de guerre, Natural Light ausculte la résistance des hommes à travers un scénario survivaliste.

cross

Des contraintes extérieures

Natural Light accorde une place importante aux éléments extérieurs, entre la forêt marécageuse et les routes partiellement enneigées et boueuses. Dénes Nagy a entamé son tournage en octobre 2019 en Lettonie, alors que l’ensoleillement est de moins de huit heures à cette période de l’année. Contraint par le froid, l’humidité et le temps, le cinéaste a dû faire face à un tournage difficile, mettant chaque scène à l’épreuve de la météo. Pour ce premier film, Dénes Nagy s’est également lancé le défi de ne travailler qu’avec des comédiens amateurs, repérés dans une vraie communauté de fermiers.

cross

Une diversité culturelle

C’est en s’associant avec d’anciens étudiants de sa promotion de la faculté de cinéma à Budapest que Dénes Nagy a pu trouver des financements pour son premier film. Grosse coproduction internationale, Natural Light a bénéficié du soutien de la Hongrie, de la Lettonie mais aussi de la France et de l’Allemagne. Si cette association promeut la diversité culturelle des professionnels du monde entier, cette collaboration a conduit le film en compétition à la Berlinale, au cours de laquelle Dénes Nagy s’est vu distingué de l’Ours d’argent de la meilleure réalisation. 

cross
L'Institut français et l'oeuvre

Natural light, de Dénes Nagy, a été soutenu en 2018 dans le cadre de l’Aide aux cinémas du monde.

Ce programme de l’Institut français apporte son soutien à des cinéastes étrangers sur des projets de films en coproduction avec la France, qu’il s’agisse de longs métrages de fiction, d’animation ou de documentaires de création. 

En savoir + sur l’Aide aux cinémas du monde