d'oeuvrescross
Ô nuit, ô mes yeux, de Lamia Ziadé
Livre
Bande dessinée

#121

Oeuvre

1 min

Ô nuit, ô mes yeux, de Lamia Ziadé

De la chanteuse et actrice égyptienne Oum Kalthoum, à la chanteuse libanaise Fayrouz, Ô nuit, ô mes yeux retrace, sous forme de roman graphique, les destins des plus grandes artistes du Proche-Orient.

 

© POL éditeur
cross

Ecrivaine et illustratrice

Née en 1968, Lamia Zadié, grandit à Beyrouth dans un Liban bouleversé par la guerre civile. À 18 ans, elle part à Paris pour intégrer l'École supérieure d'arts graphiques de Penninghen. Après avoir travaillé pour Jean-Paul Gaultier, elle devient illustratrice indépendante pour la mode, la presse, l'édition et le cinéma. Également artiste, elle commence en 2001 à exposer ses peintures érotiques à la galerie Kamel Mennour.

 

Lamia Zadié publie Bye bye Babylone en 2010, un roman sur son enfance et la guerre civile libanaise, et Ô nuit, ô mes yeux en 2015.

cross

Portraits de grandes artistes

Dans Ô nuit, ô mes yeux, Lamia Zadié dresse un portrait des plus grandes artistes qui ont fait vibrer le Proche-Orient, du début du XXe siècle au milieu des années 1970.

 

Racontant leurs destins grandioses, elle rend hommage dans son roman graphique à la chanteuse égyptienne Oum Kalthoum, jeune fille issue d'une famille modeste qui fit ses débuts musicaux habillée en garçon et devint par la suite la plus grande chanteuse de l'Orient, la princesse druze et chanteuse syro-libanaise Asmahan, la chanteuse libanaise Fayrouz ou encore la danseuse du ventre et actrice égyptienne Samia Gamal.

 

Un roman magistral sur l'âge d'or de la chanson et du cinéma, du Caire jusqu'à Beyrouth.

cross

Un roman inspiré du réel

Lamia Zadié souhaitait consacrer son roman à la chanteuse Asmahan. Ses recherches l'ont poussée finalement à élargir son roman à toutes les grandes artistes proche-orientales. Elle a également nourri son livre des souvenirs rapportés par ses deux grands-pères, notamment la visite impromptue de la belle Fayrouz dans le magasin de tissus du premier ou le concert d'Oum Kalthoum vécu par le second.

 

Pour accompagner le texte, 400 des 576 pages du roman sont composées de magnifiques illustrations dessinées à la gouache, où se côtoient princesses, émirs, diplomates, poètes, banquiers, généraux et producteurs de toutes religions et nationalités.

cross

Un voyage dans l'Histoire

Ô nuit, ô mes yeux transporte le lecteur dans un monde aujourd'hui disparu, pour un voyage dans les plus grandes villes du Proche-Orient : Beyrouth, Le Caire, Damas ou encore Jérusalem.

 

Outre les descriptions d'une atmosphère artistique riche et incroyable, Lamia Zadié s'intéresse également à la toile de fond historique. L'exil du roi Farouk, la création d'Israël, la nationalisation du canal de Suez, la lutte contre les Anglais et les Français et la mort de Nasser en 1970 sont autant d'événements importants qui ont changé le cours de l'Histoire du Proche-Orient.

 

Ô nuit, ô mes yeux a été traduit en arabe et publié au Liban, aux éditions Hachette-Antoine en 2016.

cross
L'Institut français et le projet

Ô nuit, ô mes yeux a été traduit en arabe avec le soutien de l'Institut français.

 

Par ses programmes d'appui à la traduction, l'Institut français participe à la diffusion de la littérature de langue française dans le monde entier.

 

 En savoir + sur les programmes d'appui à la traduction.