d'oeuvrescross
Punkovino, de Tina Meyer et Yoann Le Gruiec
Gastronomie
Musique
Numérique

#401

Oeuvre

2 min

Punkovino, de Tina Meyer et Yoann Le Gruiec

En dix épisodes ultra-vitaminés, la web-série Punkovino déploie une galerie de portraits de vignerons qui ne jurent que par le vin naturel. Pour rendre hommage à leur état d’esprit résolument punk, une dizaine de musiciens ont été invités à réinterpréter leurs cuvées. 

Punkovino © IKO
cross

Gastronomies alternatives

Punkovino a été imaginée par Tina Meyer, journaliste spécialisée en gastronomie et en vins passée par le Fooding, France 5 ou encore Marie Claire. Accompagnée par la boîte de production Iko et par Arte Creative, elle en confie la réalisation à Yoann Le Gruiec. Ensemble, ils ont tourné en Belgique, en Géorgie, aux Baléares et dans plusieurs régions de France. Leur pari : faire le lien entre des portraits de vignerons farouchement anticonformistes, et des synesthésies musicales improvisées par des musiciens comme Flavien Berger ou Arnaud Rebotini. Chacun à leur façon, ils réinterprètent ainsi des crus de vins naturels pour en créer la bande son.

cross

Des vins vivants

Chacun des dix épisodes de Punkovino s’ouvre sur une question en forme de provocation : peut-on faire du vin en ville ? Vigneron, c’est pour les bourgeois ? Pour les femmes ? En guise de réponse, un casting de punks qui fabriquent du vin naturel, vivant et sans filtres, et qui refusent résolument les diktats de l’œnologie traditionnelle. « Moi je suis pas vigneron, je suis pificulteur », déclare ainsi l’anarchiste Alban Michel, qui vendange dans les Corbières. Le Tarragonais Eloi préfère lui renoncer à une prestigieuse appellation locale et parler de « vin de table » à propos de son précieux Château Paquita. Montés avec un rythme frénétique, les épisodes de Punkovino, qui durent à peine sept minutes, se terminent toujours immuablement en musique. Chaque bouteille de vin est ainsi goûtée puis réinterprétée par un groupe ou un musicien en forme de réjouissante « vinesthésie ».

cross

Ni dieu, ni maître

Le tournage de Punkovino, un projet que la journaliste Tina Meyer mûrissait depuis plusieurs années, s’est étalé sur trois mois. Pendant cette période très resserrée, l’équipe est allée à la rencontre de dix vignerons français, géorgiens, belges, ou italiens. Ce rythme endiablé se retrouve dans les épisodes, très courts, et qui ont nécessité un important travail au montage, pour capturer l’énergie punk qui traverse ces vins et leurs créateurs. A travers cette rencontre entre le vin et la musique, Tina Meyer a voulu souligner l’état d’esprit libertaire et la recherche de spontanéité qui est commune à tous les acteurs qu’elle a rencontrés. Le titre de la série, Punkovino, est d’ailleurs un hommage au film Mondovino, de Jonathan Nossiter, qui portait déjà un regard ironique et désabusé sur le monde du vin.

cross

Internationale du pif

Loin de se limiter aux terroirs français, la websérie Punkovino ouvre sur la diversité des techniques utilisées aux quatre coins de l’Europe pour obtenir des vins « sauvages », à rebours de l’industrialisation de la filière. En Géorgie, c’est la vigneronne Keti qui s’impose dans un monde d’hommes, en reprenant à son compte les kvevri ancestrales, des énormes amphores qui sont enterrées pour faire macérer le vin. En Bavière, c’est du guano de chauve-souris que Michael Voelker utilise comme engrais pour obtenir sa cuvée « Batman ». Servaas Blockeel, lui, est le seul producteur de vin naturel de Belgique, et il n’hésite pas à entourer ses vignes de grandes futaies pour éloigner les pesticides des voisins. Tous radicalement différents, les protagonistes de Punkovino sont pourtant portés par une même passion : le vin dans tous ses états, sans états d’âmes. 

 

Accéder aux épisodes de la série Punkovino 

cross
L'Institut français et l'oeuvre

Punkovino, de Tina Meyer et Yoann Le Gruiec, figure parmi les oeuvres regroupées sur Futurimage, une plateforme offrant un riche panorama de nouvelles narrations sous toutes ses formes. 

 

Futurimage a été créé à l’initiative de l’Institut Français, en collaboration avec Producteurs d'Expériences Numériques. En savoir + sur Futurimage.