d'oeuvrescross
Seuls, de David Moreau
Cinéma

#139

Oeuvre

1 min

Seuls, de David Moreau

Adapté d’une bande dessinée à succès, Seuls plonge un groupe d’adolescents dans un monde sauvage privé d’adultes. Entre épouvante et teen movie, David Moreau s’essaie ici au thriller initiatique.

© Studio Canal
cross

David Moreau

Spécialiste du cinéma de genre, David Moreau devient un pilier de la « French Frayeur », une vague qui met à l'honneur le film d’horreur à la française et qui envahit les salles au milieu des années 2000, grâce au succès inattendu de son premier long-métrage, Ils, coréalisé avec Xavier Palud.

 

Ce coup d’éclat lui permet de mettre un pied à Hollywood où il réalise un remake du film asiatique The Eye. Après un bref passage par la comédie (20 ans d’écart), l’univers post-apocalyptique de Seuls offre à ce fan absolu d’Alien l’occasion de se confronter à son genre favori, la science-fiction.

 

cross

Quand le familier devient hostile

Seuls s’ouvre sur une scène presque banale : le réveil d’une adolescente, Leïla, qui se presse pour aller à l’école. Tout semble normal, à l’exception d’un détail : famille, amis, passants, le monde qu’elle connaît a été vidé de ses habitants.

 

Au fil de ses errances, la jeune fille rencontre quatre autres compagnons : Dodji, Yvan, Camille et Terry. Chacun pense être le dernier survivant d’une catastrophe. Pourtant, ils ne sont pas seuls. Des ennemis rôdent et ce petit groupe soudé par la peur va bientôt découvrir la raison de la disparition soudaine des humains.

cross

Une trahison nécessaire

Au cinéma, l’adaptation reste un exercice périlleux. Si David Moreau a mis du temps à convaincre Fabien Vehlmann et Bruno Gazzotti, les deux auteurs de la bande dessinée originale Seuls, il a pris quelques libertés avec leur récit. Dodji, personnage central de la B.D., passe ainsi au second plan au profit de la jeune Leïla, héroïne qui suscite une forte empathie.

 

Pas de quoi froisser Fabien Vehlmann qui affirme même que « la trahison est inhérente à l’adaptation si l’on veut éviter de faire un mauvais film ». Une première tentative d’adaptation pour la télévision avait d’ailleurs échoué en 2008.

cross

Entre Spielberg et Lost

Si la série Seuls est rapidement devenue une saga culte chez les lecteurs (1,5 millions d’exemplaires vendus à ce jour), elle le doit à son univers, essentiellement puisé dans le monde anglo-saxon. Vehlmann et Gazzotti citent volontiers Sa Majesté des mouches, mais aussi la série Lost, comme sources d’inspiration.

 

Pour sa version cinéma, David Moreau lorgne quant à lui du côté des années 1980. Seuls doit ainsi autant à un film de bande comme Stand by Me qu’à l’esprit à la fois ludique et inquiétant du cinéma de Steven Spielberg. Autant de références qui ont pu plaire aux publics anglais ou thaïlandais lors de la sortie du film en salles.

Alone (“Seuls”) ( bande-annonce)
cross
L'Institut français et le projet

Seuls (2016) est diffusé à l'international par l'Institut français.

 

L’Institut français propose un catalogue de plus de 2 500 titres permettant au réseau culturel et à ses partenaires de diffuser des films français dans le monde.

 

En savoir + sur le catalogue cinéma.