d'oeuvrescross
To Live To Sing, de Johnny Ma
Cinéma

#231

Oeuvre

2 min

To Live To Sing, de Johnny Ma

Un avis de démolition plane sur un théâtre traditionnel chinois. Sa directrice entame alors un combat pour protéger sa troupe, et son art. Inspiré par une histoire vraie, To Live To Sing, de Johnny Ma, illustre une Chine traditionnelle dont la culture et les valeurs les plus ancestrales sont aujourd’hui menacées par des logiques financières sans visage.

© DR
cross

De la Chine au Canada

Né à Shanghai en 1982 sous le nom de Nan Ma, Johnny Ma émigre au Canada à l’âge de 10 ans. Après un passage par le monde des affaires et de la mode, il étudie le cinéma à la Columbia University School of the Arts aux États-Unis. Il signe alors ses premiers courts-métrages programmés dans plusieurs festivals américains.

 

Soutenu par le Festival du film de Sundance, Johnny Ma réalise en 2016 son premier long-métrage, Old Stone, qui raconte la descente aux enfers d’un chauffeur de taxi. La même année Old Stone remporte le prix du Meilleur premier film canadien au Festival international du film de Toronto.

 

 

To Live To Sing a permis à Johnny Ma de tourner à nouveau en Chine, où il développe la majeure partie de son cinéma. 

cross

Aimer, vivre et chanter

Quelle place pour les traditions dans la Chine contemporaine ? To Live To Sing raconte la menace qui pèse sur une troupe d’opéra du Sichuan qui vit et joue dans la banlieue de Chengdu, l’une des mégalopoles les plus peuplées de Chine intérieure avec plus 18 millions d’habitants.

 

Quand Zhao Li reçoit l’avis de démolition du théâtre qu’elle dirige, elle se met à la recherche d’un nouveau lieu, engagée dans une lutte pour la survie de son art.

cross

Quels temps modernes ?

L’opéra de Sichuan est une forme de théâtre populaire associant comédies et acrobaties. Inspiré par un documentaire et donc d’une histoire vraie, To Live To Sing est né de l’idée d’une productrice, Jing Wang, elle-même fille de comédiens, qui la souffla à Johnny Ma. Pour son adaptation cinématographique, le réalisateur est allé chercher la troupe d’origine pour la faire rejouer sa propre histoire dans son propre quartier.

 

En injectant une part de surnaturel dans le récit, les frontières du réel et de l’imaginaire s’estompent au profit d’une réflexion sur l’avenir des formes artistiques traditionnelles. La Chine ancestrale y est montrée dans une transition économique d’autant plus brutale que rapide, ne laissant aucun sursis, ni au temps du spectacle, ni au temps de la transmission.

cross

Un film indépendant chinois

Présenté en 2019 à la Quinzaine des Réalisateurs, à Cannes, To Live To Sing a bénéficié d’une production sino-française et du soutien, entre autres, du Centre national du cinéma et de l'image animée et de l’Institut français.

 

Tourné en Chine, sur les lieux réels de l’histoire, le film de Johnny Ma a été monté et postproduit à l’étranger. Une manière, selon lui, de protéger l’indépendance de son cinéma.

cross
L'Institut français et le film

En 2018, To Live To Sing de Johnny Ma a bénéficié du soutien de l’Aide aux cinémas du monde.

 

Ce programme de l’Institut français apporte son soutien à des cinéastes étrangers sur des projets de films en coproduction avec la France, qu’il s’agisse de longs métrages de fiction, d’animation ou de documentaires de création. En savoir plus sur l’Aide aux cinémas du monde