d'oeuvrescross
Yann Toma
Arts visuels

#206

Oeuvre

2 min

Transmission Roumanie, de Yann Toma

Dans le cadre de l’année d’échanges culturels de la Saison France-Roumanie, l’artiste français Yann Toma a présenté Transmission Roumanie, un projet interactif décliné en quatre interventions dans les villes de Bucarest, Cluj-Napoca, Iaşi et Timișoara. L’idée est d’éclairer la question écologique grâce à la transmission de messages lumineux et à une exposition végétale à Cluj.

© Yann Toma / Photographies Malina Moncea
cross

Un savant un peu fou

Il est de ces artistes qui réenchantent le monde en lui insufflant de la poésie. Yann Toma, né en 1969, crée peu d’œuvres plastiques mais invente des moments interactifs, engageant le public.

 

En 1991, il reprend de façon symbolique une ancienne entreprise d’électricité qu’il fait sienne : Ouest-Lumière. Son obsession ? L’« énergie artistique ». En témoigne son intervention au Grand Palais en 2011 : Dynamo Fukushima avait pour but de redonner symboliquement de l’énergie aux Japonais, éprouvés par la catastrophe nucléaire récente. Le temps d’un week-end, les visiteurs étaient ainsi invités à enfourcher des dizaines de vélos disposés autour d’un grand ballon qui s’illuminait selon l’intensité de leurs coups de pédales.

cross

De la lumière et des mots d’amour

Transmission Roumanie tient autant du rituel que de la performance artistique. Comme si, par son geste collectif, Yann Toma avait le pouvoir de panser les douleurs du monde.

 

Le projet constitue une réponse, en quatre étapes, au désastre écologique que subit la Terre. Les habitants des villes de Bucarest, Cluj-Napoca, Iaşi et Timișoara sont invités à suivre des parcours, à envoyer des messages et à accueillir chez eux des machines nommées « modules-morses », qui diffusent des messages en signaux lumineux. L’idée est donc de faire rayonner, à travers toute la ville, les rayons symboliques — mais aussi, le temps d’une soirée, les rayons physiques — de l’amour et du vivre-ensemble. Une exposition de « plantes-cerveaux » a également été présentée au Centrul de Interes de Cluj.

cross

Quatre étapes itinérantes

Le 17 avril 2019, le premier rendez-vous de Transmission Roumanie a été donné à Bucarest, capitale de la Roumanie. Des mots d’amour ont été recueillis auprès du public, et retransmis en « morse-lumière » : tout un bâtiment a été investi, les salles s’illuminant et s’éteignant au gré des messages.

 

Un mois plus tard, le 16 mai, des habitants répartis dans toute la ville de Cluj-Napoca ont reçu chez eux des messages en « morse-lumière », transcriptions de pensées recueillies par l’artiste sur les murs d’un centre d’art. Le 8 juin à Iaşi et le 13 juin à Timișoara, Yann Toma a organisé des « marches-rituel » dans la ville, ainsi que des « transmissions-morses » et des « rituels secrets ».

cross

Retransmission mondiale

Yann Toma a l’habitude de se rendre au siège de l’Organisation des Nations unies en qualité d’« observateur artistique ». Son œuvre Transmission Roumanie est programmée dans le cadre de l’assemblée générale des Nations Unies en septembre 2019. Un livre et un film devraient également voir le jour prochainement.

cross
L'Institut français et le projet

Transmission Roumanie de Yann Toma a été présentée dans le cadre de la Saison France-Roumanie 2019. 

 La Saison France-Roumanie 2019 (novembre 2018-juillet 2019) est mise en œuvre par l’Institut français et, pour la Roumanie, par le ministère des Affaires étrangères, le ministère de la Culture et de l’Identité nationale, l’Institut culturel roumain, avec le soutien des ambassades de France et de Roumanie, des Alliances françaises et des autres ministères impliqués dans les deux pays.