d'oeuvrescross
What is not visible is not invisible, de Julien Discrit
Arts visuels

#61

Oeuvre

1 min

What is not visible is not invisible, de Julien Discrit

À travers une installation simple, Julien Discrit interroge avec beaucoup de poésie la relation entre ce qui, dans nos vies, se montre et ce qui reste caché.

 

© Julien Discrit
cross

Un géographe artiste

Né en 1978 en Champagne, Julien Discrit commence des études de géographie à Reims avant de faire un master en beaux-arts à l'École supérieure d'art et de design de Saint-Étienne.

 

Ce parcours l'amène à s'interroger à travers de nombreuses œuvres sur la relation entre espaces réels et espaces imaginaires, entre la carte et le territoire, comme dans Never Neverland (2005) qui relie avec ironie l'île mercantile de Gorda Cay aux Bahamas, halte des croisières Disney, à l'île fictive de Peter Pan qui évoque l'enfance éternelle.

 

Artiste aux multiples techniques – de la vidéo à la sculpture en passant par des installations –, Julien Discrit n'hésite pas à mélanger des savoirs et des techniques souvent complexes.

cross

Jouer avec les apparences

L'installation What is not visible is not invisible propose une suite de mots écrits sur un mur avec une encre invisible révélée sous l’action de spots de lumière noire, que déclenche le mouvement du public.

 

Interactive, l'installation est aussi simple qu'efficace. Comme un bon mot qui reste dans la tête, elle provoque une expérience indélébile, vécue et par l'esprit et par le corps. Avec un message : l'art offre une vision enrichie du réel et permet d'y percevoir ce qui semblait jusqu'alors invisible.

cross

Une œuvre pas si simple

What is not visible is not invisible a été créée en 2008 pour l'exposition « La consistance du visible », organisée à l'occasion des 10 ans du prix de la Fondation d’entreprise Ricard. L'exposition, sous le commissariat de Nicolas Bourriaud, cherchait à mettre en avant la notion de « fétiche » développée par l'anthropologue Claude Lévi-Strauss.

 

Sous une apparence très simple, l'installation de Julien Discrit, comme un fétiche, évoque une pensée complexe. Elle fait ici appel à un jeu de questions et réponses qui remettent en cause l'existence même du statut d'œuvre d'art.

cross

De la Lorraine à l'Asie

En 2016-2017, What is not visible is not invisible s'exporte en Asie et donne même son titre à une exposition présentée au National Museum de Singapour.

 

Intégrée à la collection du Fonds régional d'art contemporain de Lorraine, elle poursuit son voyage asiatique – notamment en Thaïlande et en Corée du Sud – dans le cadre d'une tournée des collections des FRAC françaises. Elle s'intègre parfaitement à une suite d’œuvres et d'installations parmi lesquelles on trouve les travaux de Louidgi Beltrame ou Richard Fauguet. Des œuvres qui interrogent notre perception : celle du réel mais aussi celle de l'art présent autour de nous mais parfois invisible dans notre quotidien.

cross
L'Institut français et le projet

What is not visible is not invisible est présenté dans une exposition du même nom au Musée national de Singapour en 2016, au Song Eun Artspace à Séoul en mai 2017 et au BACC Bangkok Art Culture Center à Banghok en juillet 2017, avec le soutien de l'Institut français.