de portfolioscross
Image
Plage, Brest, 2016, extrait de la série ODDS AND ENDS

portfolio

Photographie

Marie Quéau – série « Odds and Ends »

5 min

Découvrez une sélection de photographies de la série Odds and ends de Marie Quéau, qui parait au mois de janvier 2021 chez Area Books accompagnée du poème Le Chant de Lucie d'Amélie Lucas-Gary. Le livre est l’aboutissement d'une enquête débutée le 13 février 2013 à Châteauroux et achevée le 18 novembre 2018 au centre spatial de Kourou, en Guyane. 

Image
Plage, Brest, 2016, extrait de la série ODDS AND ENDS
Passez en mode paysage pour voir le portfolio en plein écran.

portfolio

2/12

Plage, Brest, 2016, extrait de la série ODDS AND ENDS

Une plage de Brest regardée comme une planète (Mars, la rouge), ou la gravure d'une ère disparue. Est-ce le fond de la mer lorsqu'elle se sera totalement évaporée ? Les couleurs étranges nous renvoient aux visions des peintres des débuts de l'ère spatiale où la couleur construisait l'étrange, l'extra-terrestre.

Marie Quéau – série « Odds and Ends » 2/12
© Marie Quéau
Image
Plateforme de démantèlement d'aéronefs, Châteauroux, 2013, extrait de la série ODDS AND ENDS
Passez en mode paysage pour voir le portfolio en plein écran.

portfolio

3/12

Plateforme de démantèlement d'aéronefs, Châteauroux, 2013, extrait de la série ODDS AND ENDS

Posé comme un œuf sur le tarmac, ce cockpit d'avion après son démantèlement semble tout juste avoir atterri. Derrière lui le fracas des pièces détachées rompt avec sa paisible présence.

Marie Quéau – série « Odds and Ends » 3/12
© Marie Quéau
Image
Entreprise Syctom, Issy-les-Moulineaux, 2017, extrait de la série ODDS AND ENDS
Passez en mode paysage pour voir le portfolio en plein écran.

portfolio

4/12

Entreprise Syctom, Issy-les-Moulineaux, 2017, extrait de la série ODDS AND ENDS

Réalisée dans l'entreprise Syctom, l'agence métropolitaine des déchets ménagers, cette photographie propose plusieurs sens de lecture. Barricades installées dans la rue pour barrer la route lors d’affrontements ? Sommet d'un volcan ? Fournaise, feu de l'enfer ?

Marie Quéau – série « Odds and Ends » 4/12
© Marie Quéau
Image
Vague, Atlantique, 2017, extrait de la série ODDS AND ENDS
Passez en mode paysage pour voir le portfolio en plein écran.

portfolio

5/12

Vague, Atlantique, 2017, extrait de la série ODDS AND ENDS

L'océan comme origine de la vie apaise les feux qui la précède. Cette vague nous parle de surface, et de choses enfouies.

Marie Quéau – série « Odds and Ends » 5/12
© Marie Quéau
Image
Agriculture sur brûlis,Cacao, 2017, extrait de la série ODDS AND ENDS
Passez en mode paysage pour voir le portfolio en plein écran.

portfolio

6/12

Agriculture sur brûlis,Cacao, 2017, extrait de la série ODDS AND ENDS

L'agriculture sur brûlis est un système agraire dans lequel les champs sont défrichés par le feu ce qui permet un transfert de fertilité. Au-delà de la technique en jeu, cette image nous montre également un champ de bataille encore fumant, laissant en suspens la nature des affrontements.

Marie Quéau – série « Odds and Ends » 6/12
© Marie Quéau
Image
Maison solaire passive, Cosswiller, 2014, extrait de la série ODDS AND ENDS
Passez en mode paysage pour voir le portfolio en plein écran.

portfolio

7/12

Maison solaire passive, Cosswiller, 2014, extrait de la série ODDS AND ENDS

Cette forme de diamant posée et prête a décoller est une maison solaire passive, un concept d'architecture héliodynamique d'Eric Wasser. Proche du vaisseau spatial, elle fait écho à d'autres images de la série où l'habitat est pensé comme une boite pour s'isoler de l'extérieur.

Marie Quéau – série « Odds and Ends » 7/12
© Marie Quéau
Image
Horizon, Pacifique, 2017, extrait de la série ODDS AND ENDS
Passez en mode paysage pour voir le portfolio en plein écran.

portfolio

8/12

Horizon, Pacifique, 2017, extrait de la série ODDS AND ENDS

Comme une représentation enfantine, cette image souhaite proposer une photographie impossible, celle de l'espace, de son immensité, sans limite.

Marie Quéau – série « Odds and Ends » 8/12
© Marie Quéau
Image
Maison à feu, Colmar, 2016, extrait de la série ODDS AND ENDS
Passez en mode paysage pour voir le portfolio en plein écran.

portfolio

9/12

Maison à feu, Colmar, 2016, extrait de la série ODDS AND ENDS

Lieu de formation des pompiers, cette maison de métal peut nous évoquer un habitat pensé pour des lieux extrêmes ou extra-terrestres. Ce feu contrôlé est le revers du feu de l'agriculture sur brûlis.

 

Marie Quéau – série « Odds and Ends » 9/12
© Marie Quéau
Image
Déflexion, Paris, 2015, extrait de la série ODDS AND ENDS
Passez en mode paysage pour voir le portfolio en plein écran.

portfolio

10/12

Déflexion, Paris, 2015, extrait de la série ODDS AND ENDS

Réalisée au Palais de la Découverte à Paris, cette image d'un artefact lumineux agrandi nous rappelle la forme de l'héliodome et évoque une trajectoire, un voyage dans la nuit de l'espace.

Marie Quéau – série « Odds and Ends » 10/12
© Marie Quéau
Image
Caveau de la paroisse Saint-Pierre-Le-Jeune, Strasbourg, 2016, extrait de la série ODDS AND ENDS
Passez en mode paysage pour voir le portfolio en plein écran.

portfolio

11/12

Caveau de la paroisse Saint-Pierre-Le-Jeune, Strasbourg, 2016, extrait de la série ODDS AND ENDS

A première vue nous ne savons pas si cette forme simplifiée de l'homme s'enfonce dans le sol ou monte vers la lumière. Proches du trou de serrure, les proportions de la tête par rapport au corps sont étranges.

Marie Quéau – série « Odds and Ends » 11/12
© Marie Quéau
Image
Caveau de la paroisse Saint-Pierre-Le-Jeune, Strasbourg, 2016, extrait de la série ODDS AND ENDS

portfolio

Arts visuels / Photographie
Photographie

L'Institut français et l'artiste

Image
Logo IF HD

La série Odds and ends de Marie Quéau parait au mois de janvier 2021 chez Area Books, accompagnée du poème Le Chant de Lucie d'Amélie Lucas-Gary.

 

Marie Quéau a été lauréate des résidences Sur Mesure de l’Institut français en 2019 pour son projet 232,8 °C mené au Brésil. Elle souhaitait documenter l'incendie du Musée National de Rio de Janeiro au Brésil survenu le 2 septembre 2018. Le projet tendait à mettre en relation la catastrophe et ses symptômes, et mesurer ce que le monde a définitivement perdu. Il y était question de succession de disparitions et de collisions temporelles.

En savoir + sur les Résidences sur mesure