de portraits
Portrait
Pluridisciplinaire

Afif Riahi

Nous arrivons dans une ville, faisons une cartographie de ce qui existe et de ce qui pourrait exister en travaillant avec les acteurs locaux : c’est ça, l’importance du dialogue.

Il a lancé plusieurs entreprises, ouvert un restaurant, créé un festival de cultures numériques : le couteau suisse Afif Riahi s’est lancé depuis deux ans dans un projet de médiation hors normes, qui traverse la Tunisie pour en montrer la richesse culturelle : No Logo.

Publié le 25/05/2020

2 min

Né en 1971 à Paris, Afif Riahi étudie l’informatique et devient technicien durant trois ans avant de renoncer, définitivement, à l’idée de travailler dans un bureau. Il se lance alors dans l’entreprenariat et monte une société de transport international, avant d’ouvrir un bar-restaurant au bord du canal Saint-Martin à Paris, où il aime à inviter des artistes pour la Fête de la Musique.

En 2003, Afif Riahi retourne en Tunisie et créer une société de production, Afka Prod, puis en 2007 l’association Echos Electrik et le festival de musique électronique Le Fest.

En 2018, Afif Riahi lance un nouveau format itinérant, No Logo.

Si Afif Riahi conserve, au fil des expériences, un goût pour l’informatique, le numérique et l’électronique, son approche culturelle se veut profondément spontanée et transdisciplinaire. Son projet No Logo en est l’incarnation parfaite : cette « action de coopération culturelle décentralisée » crée chaque année, depuis 2018, pour une ville tunisienne, un espace culturel d’environ 260 mètres carrés, en collaboration avec le collectif français La Bulle, qui conçoit des structures gonflables.

L’équipe s’adapte à chaque ville traversée en contactant ses associations, ses artistes et ses étudiants, et formule un projet inspiré de la culture locale – poésie, danse, musique, etc. – avec des ateliers, des spectacles, des rencontres, dont le programme n’est jamais établi à l’avance, mais pensé sur place, au fil des recherches.

L’objectif ? Mieux abolir les frontières entre des publics éloignés de la culture et des propositions artistiques adaptées.

Depuis sa création, le projet No Logo et ses espaces en forme de bulles se déplacent à travers la Tunisie – Gabes, Kef, Gafsa, Kairouan puis Bizerte.

2020 devait être l’année de leur passage en France, à Reims, dans le quartier Croix-Rouge, en partenariat avec La Comédie-Centre dramatique national au mois de juin – l’événement sera sans doute reporté au printemps 2021 du fait de la crise sanitaire liée au Coronavirus Covid-19.

En 2021, No Logo fera également escale en Algérie grâce au soutien de la fondation libanaise Arab Fund for Arts and Culture, dans le cadre d’un projet de deux ans à travers le Maghreb, jusqu’au Maroc, avant un retour en Tunisie en 2022.

  • 2007

    2007

    Afif Riahi crée l’association Echos Electrik à Paris ; la même année, il pense le festival de musique électronique tunisien Le Fest, aujourd’hui devenu E-FEST, festival des cultures numériques.

  • 2012

    2012

    Il monte l’association Echos Electrik en Tunisie.

  • 2018

    2018

    Le projet No Logo voit le jour en Tunisie.

  • 2020

    2020

    Passage de No Logo programmé à Reims et en Tunisie, à Ghomrassen, Gabes, Mehdia et Tunis.

L'Institut français et l'artiste

Le Festival E-Fest et le projet No Logo ont bénéficié du soutien de l’Institut français et de la Ville de Paris pour leur développement en Tunisie.

 

L’Institut français s’associe aux collectivités territoriales pour le développement des échanges artistiques internationaux.

En savoir + sur les programmes d'aide à projet en partenariat avec les collectivités territoriales

L'institut français, LAB