de portraits
Image
Agnès Rosse présente en 2019 une exposition en ligne rassemblant textes et dessins réalisés sous un pont à Sète : www.dans-un-lieu-tenu-secret.com.
Crédits
Agnès Rosse présente en 2019 une exposition en ligne rassemblant textes et dessins réalisés sous un pont à Sète : www.dans-un-lieu-tenu-secret.com. © Hélène Tilman
Portrait
Pluridisciplinaire

Agnès Rosse

J’utilise la réalité qui m'entoure pour coller au présent, adhérer au monde et l’honorer à ma manière.

Plasticienne, mais aussi poète, Agnès Rosse défie les frontières entre les disciplines pour mieux capter la diversité du règne animal.

Mis à jour le 10/12/2019

2 min

Diplômée de l’École supérieure des Arts décoratifs de Strasbourg avec les félicitations du jury, Agnès Rosse remporte le Grand Prix Poésie RATP en 1998 (« Quand j’étais petite je ne voulais jamais me tuer le lundi parce que j’avais cheval le mercredi »). En 2000, paraissent un album de littérature jeunesse, Le Cahier des plus (Éditions Rue du Monde), et un jeu graphique entre mots et images, Les Images en cage (Éditions Les Quatre Mers).

L’année d’après, Agnès Rosse participe à une caravane à dos d’éléphants au Laos. Depuis, éléphants et autres grands mammifères terrestres peuplent son quotidien artistique.

La pluridisciplinarité est au centre de la pratique d’Agnès Rosse. Son œuvre, plurielle, associe textes, photographies, dessins, vidéos et objets poétiques : petites machines tirées par des escargots, livres découpés ou encore morceaux de macadam avec des roues. 

Particulièrement fascinée par l’étrangeté de la relation entre l’homme et les autres mammifères sur le territoire de l’animal, Agnès Rosse intègre également les mots et la théorie à son art pour appréhender la richesse du monde animal. Parmi ses récents projets, L'Éléphant dans la classe (2018) mêle ainsi science, art, histoire, géographie et littérature autour de la figure de l’éléphant. Dans son atelier, elle organise des « résidences artistiques » d’animaux. En 2000, les escargots deviennent les protagonistes d’une de ses vidéos alliant fantaisie et délicatesse, intitulée « Résidence d'escargots-été 2000 », présentée pour l'inauguration de la Nanno Galerie rue Louise Weiss à Paris.

Résidences et voyages en Afrique ou en Asie alimentent en profondeur l’œuvre d’Agnès Rosse. En 2009, elle commence à explorer le bâtiment des éléphants du zoo de Vincennes, fermé au public dans le cadre d’un réaménagement. Cette exploration devient un projet, Le Zoo vidé (2009-2013), qui la mène de Paris et son Muséum national d’histoire naturelle, à l’Association de sauvegarde des girafes du Niger, au ZooParc de Beauval et au Centre de conservation de l’éléphant du Laos ou à l’Hôpital des éléphants en Thaïlande.

À l’étranger, toujours, Agnès Rosse participe en 2007 à l’exposition « 27 artistes pour un projet », organisée à Casablanca par La Source du lion au Maroc. Elle effectue en outre une résidence avec l’Institut français de Saint-Louis-du-Sénégal en 2015.

La France reste un territoire où ses œuvres ont été et sont particulièrement exposées, que ce soit à La Grande Serre de La Villette (1998-2000), au Musée des Arts Décoratifs (2011), à la Cité des sciences et de l’industrie (2012), ou plus récemment au Musée de la chasse et de la nature de Paris (2016).

  • 1970

    1970

    Agnès Rosse naît à Paris.

  • 1998

    1998

    Elle remporte le Grand Prix Poésie RATP.

  • 2011

    2011

    L’artiste débute une résidence au Muséum national d'histoire naturelle.

  • 2016

    2016

    Agnès Rosse est lauréate du programme de résidence Hors Les Murs de l’Institut français pour son projet Je n'ai pas de nom.

  • 2018

    2018

    Son travail L'Éléphant dans la classe bénéficie d’une bourse des Ateliers Médicis dans le cadre du programme « Création en cours ».

  • 2019

    2019

    Agnès Rosse présente avec le plasticien, poète et écrivain Pierre Tilman l’exposition Remplacer Artiste par Poète au Musée du vêtement provençal de Solliès-Ville (France).

L'Institut français et l'artiste

Agnès Rosse a été lauréate en 2016 du programme de résidence Hors Les Murs pour son projet de création Je n'ai pas de nom, mené au Centre de conservation de l’éléphant de Sayabouli (Laos). Hors les murs est devenu Sur Mesure. En savoir + sur le programme Sur Mesure

 

L'institut français, LAB