de portraits
Portrait
Pluridisciplinaire

Cecilia Szalkowicz

Je suis artiste, designer éditoriale, photographe non photographe, éditrice, DJ amateur...

Cecilia Szalkowicz construit une œuvre transversale où tout prend sens : le sujet de l’image, l’élaboration de cette dernière, l’exposition qui en est faite. Elle élabore un message artistique comme on mène une expérience.

Mis à jour le 27/02/2020

2 min

Née en 1972 en Argentine, diplômée en design graphique de l’Université de Buenos Aires, Cecilia Szalkowicz est graphiste, photographe et éditrice.

Membre du collectif interdisciplinaire Suscripción de 1999 à 2005, elle intervient également lors d’ateliers auprès d’un public d’artistes en formation à l’université Tocuato Di Tella (2009-2011) ou encore édite Script, magazine consacré à la culture contemporaine diffusé à Madrid et Buenos Aires, depuis 2007.

Elle expose en solo dès 1998 (« ArtsPot », Galeria Bond Street à Buenos Aires) mais, surtout, se joint ou initie de nombreux événements collectifs lors desquels elle explore les utilisations possibles des images et leur participation à la construction d’un récit. À l’instar de « Mariano, Gaston, Cecilia », à la fois exposition, publication et lecture en public réalisées en 2005 avec ses acolytes Mayer et Persico et qui met en scène une année entière de conversations téléphoniques.

Cecilia Szalkowicz donne à voir une œuvre où la mise en scène a autant à dire que le sujet, où l’histoire est narrée tant à travers les images que leur production et leur mise en exposition.

Ainsi avec Approaches To A Movie (2008), elle délivre à travers l’installation de trois imprimantes jet d’encre le processus de fabrication d’un film non pas sur pellicule mais sur des feuilles de papier ; et ici ce ne sont pas tant les images qui comptent que le visionnage en temps réel d’une création imprimée in situ.

Avec Todo es posible (2007), l’artiste nous livre une réflexion sur les possibilités du temps qui passe : elle conçoit des posters géants, composés de deux instantanés du quotidien à quelques jours d’intervalles.

Un questionnement sur le récit artistique qu’elle poursuit avec Cosmos (2019), installation abstraite composée d’objets, d’images, de sons et de lumières pour donner une trame à l’histoire.

Si ses expositions individuelles ont été montrées à Buenos Aires, Cecilia Szalkowicz a également participé à diverses expositions collectives en Espagne – à la Bibliothèque Nationale à Madrid (2017) ou au Centro Parraga de Murcia (2019) —, en Allemagne — qui l’a accueillie à plusieurs reprises notamment lors de sa première Biennale d’art contemporain de 2010 à Berlin —, ou aux États-Unis – sur Hollywood Boulevard à Los Angeles en 2017 ou à la Johannes Vogt Gallery de New York en 2013.

Le public américain avait aussi pu observer son travail en 2007, à Miami, lors de sa participation au programme de la Cisneros Fontanals Art Foundation, engagée dans la promotion de l’art contemporain latino-américain. Enfin, c’est à Paris, dans le cadre de sa résidence à la Cité internationale des arts, qu’elle développe son dernier projet, Cosmos.

  • 1999

    1999

    Cecilia Szalkowicz intègre le collectif d’artistes Suscripción.

  • 2003

    2003

    Elle participe, durant deux ans, aux ateliers d’arts visuels du CCR Rojas de l’Université de Bue-nos Aires.

  • 2007

    2007

    Elle se lance, aux côtés de Gastón Pérsico et Mariano Mayer, dans l’édition de Script, magazine consacré à la culture contemporaine.

  • 2019

    2019

    Lauréate du Prix Georges Braque, Cecilia Szalkowicz est en résidence pour 6 mois à la Cité inter-nationale des arts à Paris.

L'Institut français et le projet

Lauréate du Prix Braque en Argentine et du programme de résidences de l'Institut français à la Cité internationale des arts, Cecilia Szalkowicz a effectué sa résidence à Paris en 2019.

En savoir + sur le programme de résidences à la Cité internationale des arts

L'institut français, LAB