de portraits
Portrait
Numérique

Christophe Galati

On a du mal à voir le jeu vidéo comme un média artistique avec des démarches réfléchies. C'était donc important pour moi que le jeu vidéo intègre l'univers de l'art.

À 25 ans, Christophe Galati est un créateur de jeux vidéos indépendant. Entre références vintage et partenariats avec des institutions, il travaille à faire bouger les lignes d’une industrie souvent formatée, et à faire reconnaître sa pratique comme un art à part entière.

Publié le 18/11/2019

2 min

Christophe Galati se définit comme game designer, développeur et pixel artiste. Né en 1994, il découvre les jeux vidéo, et notamment la Game Boy, par l’intermédiaire de l’un de ses frères aînés. Adepte du logiciel RPG Maker, il apprend à construire de petits jeux avant de rejoindre, après le bac, l’école parisienne de jeux vidéo et d’animation Isart Digital. Il participe alors à des game jam, hackathons dédiés à la création de jeux vidéos.

Quatre ans plus tard, il développe la version de démonstration d'un jeu qui fera sa renommée, autour d'un personnage emblématique : un poulpe nommé Tako.

Dans un monde où les poulpes et les humains sont en guerre, Tako est un poulpe qui ne veut pas se battre. Ses armes et son but ? Cracher de l’encre pour paralyser ses ennemis et traverser le monde des humains afin d’empêcher la guerre.

Né dans un restaurant de la rue Saint-Anne à Paris, devant des takoyaki (spécialité japonaise d’Osaka à base de pâte et de poulpe), le jeu phare de Christophe Galati Save me Mr Tako: Tasukete Tako-San rend hommage à l’imagerie 8 bits de la Game Boy, esthétique véhiculée par les consoles et ordinateurs “première génération”, reconnaissable notamment par ses pixels de grande taille.

Sur des musiques composées par Marc-Antoine Archier, le jeu décrit un monde à première vue binaire, où gentils et méchants se livrent une guerre sans merci, avant de découvrir des rapports de pouvoir plus subtils.

Sélectionné au Tokyo Game Show en 2016, Christophe Galati y présente une version avancée de son jeu démo Tako à l’éditeur américain Nicalis. Parallèlement à la signature de son contrat d’édition, il est retenu à la sélection des lauréats de la résidence à la villa Kujoyama au Japon en 2019. Il figure ainsi parmi les premiers créateurs de jeux vidéo à participer à un programme de résidence artistique.

Après la sortie et le succès de Save me Mr. Tako, il développe un nouveau jeu 16 bits (deux fois plus performant que le 8 bits), rendant cette fois-ci hommage à l'esthétique de la Super Nintendo et de la Game Boy Advance, petites soeurs de la Game Boy.

  • 2012

    2012

    Fan de culture nippone, il commence les cours de japonais en dehors du lycée.

  • 2014

    2014

    À l’occasion des 25 ans de la console portable de jeux vidéo Game Boy développée par Nintendo, Christophe Galati lance une version de démonstration de son jeu Tako, qu’il signera trois ans plus chez l’éditeur américain indépendant Nicalis.

  • 2018

    2018

    Sortie et succès de son jeu Save me Mr Tako: Tasukete Tako-San sur la console Nintendo Switch.

  • 2019

    2019

    Lauréat du programme de résidence à la Villa Kujoyama, Christophe Galati séjourne au Japon.

L'Institut français et le projet

Christophe Galati a bénéficié du soutien de l’Institut français en 2019 à travers le programme de résidence à la Villa Kujoyama. En savoir + sur les programmes de résidence de l’Institut français

L'institut français, LAB