de portraits
Portrait
Cinéma

Claire Simon

Il faut raconter ce qu’on vit comme si on était des étrangers à nous-mêmes.

De questionnements universels en tranches de vie, l'ethnologue et cinéaste Claire Simon explore la poésie du quotidien à travers un œil réaliste qu'elle promène entre œuvres documentaires et films de fiction.

Publié le 08/05/2019

2 min

Née à Londres en 1955, Claire Simon grandit dans le Var et entame des études d'ethnologie tout en s'initiant à la langues arabe. Autodidacte, elle se forme au montage et réalise ses premiers courts-métrages dans les années 1970, avant d'intégrer les Ateliers Varan, où elle se familiarise avec la captation réaliste du cinéma direct.

Après plusieurs films courts (La Police, Scènes de ménage) et documentaires (Récréations, Coûte que coûte), elle réalise en 1997 son premier long-métrage de fiction, Sinon, oui.

Au cours de son œuvre prolifique, la cinéaste mêle récit authentique et fictionnel, comme l'illustrent ses films Les Bureaux de Dieu (2008), Ça brûle (2005), ou encore Récréations (1992), un documentaire qui révèle la vie en société des enfants dans une cour d'école maternelle.

En 2019, la cinéaste termine, après trois ans de tournage, Le Village. Cette série documentaire de 18 épisodes de 30 minutes est présenté au Festival international Séries Mania, à Lille, en mars 2019.

Dans ses œuvres documentaires comme dans ses films de fiction pure, Claire Simon ancre sa caméra dans le réel pour en extraire toutes les facettes, de la banalité des choses à la poésie universelle qui se cache dans l'histoire singulière de chacun.

Qu'elle s'aventure dans la vie souterraine d'une grande gare parisienne (Gare du Nord, 2013), sillonne les allées féériques de la forêt de Vincennes (Le Bois dont les rêves sont faits, 2015) ou explore les rêves et les doutes des candidats à la Fémis (Le Concours, 2016), elle s'attache à décrire le monde tel qu'il est, en mettant en scène des personnages plutôt que des acteurs. Une liberté de ton qui amène la réalisatrice à collaborer avec de grands noms du cinéma français comme Reda Kateb et Nathalie Baye.

Depuis son premier long-métrage de fiction, Sinon, oui, projeté en 1997 à Cannes dans le cadre de la Quinzaine des Réalisateurs, Claire Simon présente nombre de ses films dans des festivals internationaux prestigieux qui participent à la diffusion de son travail au-delà des frontières de la France.

Le Festival international du film de Thessalonique 2013 et le Festival international du film de Rio de Janeiro 2013 ont ainsi dédié une rétrospective à son œuvre. En 2016, son film Le Concours remporte le prix Venezia Classici du meilleur documentaire lors de la 73e édition de la Mostra de Venise.

Saluée par les critiques du monde entier, la cinéaste reçoit en 2014 la distinction honorifique d'Officier des Arts et des Lettres pour sa contribution au rayonnement de la culture française à l'étranger.

Gare du Nord ( trailer)
Gare du Nord ( bande-annonce)
  • 1988

    1988

    Claire Simon reçoit le Grand Prix du court-métrage au Festival Entrevues de Belfort pour La Police.

  • 1995

    1995

    Son documentaire Coûte que coûte reçoit les faveurs de la critique pour sa chronique réaliste de la faillite d'une petite entreprise française.

  • 2008

    2008

    Les Bureaux de Dieu, fiction documentée, reçoit le prix SACD de la Quinzaine des réalisateurs au Festival de Cannes.

  • 2013

    2013

    Son film Gare du Nord, fruit de plusieurs années en immersion dans la gare parisienne, est nommé quatre fois en sélection officielle du Festival du Film de Locarno.

  • 2016

    2016

    Claire Simon obtient le prix du meilleur documentaire à la Mostra de Venise avec Le Concours.

  • 2018

    2018

    Avec Premières Solitudes, Claire Simon dessine un portrait drôle et malicieux qui bat en brèche tous les clichés sur les ados d’aujourd’hui. Il est présenté au Forum de la Berlinale.

L'Institut français et la réalisatrice

Quatre films de Claire Simon sont diffusés par l'Institut français à l'international : Récréations (1992), Coûte que coûte (1995), Gare du Nord (2012), Le bois dont les rêves sont faits (2015).

 

L’Institut français propose un catalogue de plus de 2 500 titres permettant au réseau culturel et à ses partenaires de diffuser des films français dans le monde. 

En savoir + sur le catalogue cinéma

 

Du 9 au 16 mai 2019, Claire Simon accompagne une rétrospective de 6 de ses villes en Roumanie, présentée dans le cadre du Festival du film français et de la Saison France-Roumanie 2019.

L'institut français, LAB