de portraits
Image
Eliane Raheb
Crédits
Eliane Raheb © Miradas Doc
Portrait
Cinéma

Eliane Raheb

Les films authentiques sont faits par des cinéastes qui expriment leur vision individuelle de l’humanité avec des histoires et des expériences qui leur semblent uniques et à travers lesquelles ils questionnent la réalité.

Eliane Raheb est une réalisatrice libanaise qui utilise ses souvenirs d’enfance pour raconter l’histoire de son pays à travers ses documentaires. Guidée par sa caméra, elle s'investit aussi dans la production et l’enseignement pour défendre un cinéma engagé.

Mis à jour le 02/03/2021

2 min

Née en 1972, la cinéaste Eliane Raheb grandit au Liban jusqu’à ses 19 ans alors que la guerre civile détruit le pays. Son grand-père qui détient un cinéma à Zahlé lui transmet son amour pour le septième art. Elle commence sa carrière en tant qu’actrice avant de suivre une courte formation à la FEMIS (École nationale supérieure des métiers de l'image et du son), à Paris, en 1993 qui lui permet d’écrire et réaliser son premier court-métrage La Dernière Séance en 1996 puis Rencontre un an plus tard avant se lancer dans le genre documentaire. En 2012, Eliane Raheb réalise son premier long-métrage documentaire Nuits sans sommeil, un film sur la noirceur de la guerre et des séquelles qu’elle laisse aux habitants. En parallèle de sa carrière de cinéaste, elle enseigne le cinéma à l’Université Saint Joseph dès 2003 et s’investit dans diverses organisations culturelles du Liban en tant que directrice artistique du festival Ayam Beirut Al Cinema ou comme membre fondateur de l’association pour le cinéma Beirut DC. Au cours de ses résidences à Paris et Berlin, elle travaille sur son nouveau film Miguel’s war, qui a été présenté dans la section Panorama du Festival de Berlin en 2021.

Attirée par les histoires qui touchent le Liban et les régions du monde arabe, Eliane Raheb est connue pour ses réalisations dans le genre documentaire socio-politique. Qu’elle explore la violence de son pays dans This Is Lebanon (2008), qu’elle retrace les conséquences de l'Intifada du 6 février dans So Near Yet So Far (2002) ou qu’elle dépeigne les convictions politique d’un paysan isolé à la frontière de la Syrie dans Âme qui vive (2016), son œuvre témoigne de son passé pendant la guerre civile. Pièce maîtresse du cinéma libanais contemporain, la cinéaste s’impose une stricte objectivité dans son travail. Elle met en lumière des histoires insolites liées au destin de son pays. Forte de ces expériences dans le documentaire, Eliane Raheb s’est aussi distinguée en tant que productrice. Dans le but de soutenir des projets issus du monde arabe, elle fonde Itar Productions en 2004.

 

Persuadée que la culture est le moteur du changement social et environnemental, Eliane Raheb fonde REEF (Rencontres Environnementales Et Filmiques) en 2019. Ce festival écologique implanté au Liban et dans le monde arabe est dédié à la vie rurale et à ses représentations.

En tant que réalisatrice, Eliane Raheb a traversé plus d’une centaine de festivals internationaux pour y présenter ses films Nuits sans sommeil (2012) et Those Who Remain (2016). Si son documentaire This is Lebanon (2008) a reçu le prix de l’excellence au Festival international du documentaire de Yamagata, Suicide (2003) a été projeté au Mumbai Film Festival en Inde ainsi qu’au Cine Invisible Festival de Bilbao en Espagne où il est distingué du Human Rights Prize. Cette collection de prix qu’elle remporte aux quatre coins du monde lui permet d'asseoir un peu plus sa réputation.

 

  • 1972

    1972

    Eliane Raheb naît au Liban et grandit dans un contexte politique compliqué.

  • 1996

    1996

    Pour la première fois, Eliane Raheb passe à la réalisation avec son court-métrage La Dernière Séance.

  • 2004

    2004

    Après plusieurs réalisation, Eliane Raheb fonde sa société de production, Itar Production.

  • 2019

    2019

    Pleinement investie dans l’industrie, elle fonde REEF, un festival de cinéma prônant l'écologie.

  • 2021

    2021

    Son film Miguel’s war est sélectionné dans la section Panorama du Festival de Berlin.

L'Institut français et la réalisatrice

Pour son film Miguel’s War, Eliane Raheb a été soutenue par la Fabrique Cinéma de l’Institut français en 2015. Ce programme accompagne de jeunes cinéastes de pays du Sud pour faciliter leur insertion sur le marché international du film.

En savoir + sur La Fabrique Cinéma


 

L'institut français, LAB