de portraits
Portrait
Numérique

Éric Chahi

Mon point de départ, c’est le vivant.

Pionnier de la « French Touch » vidéoludique, Éric Chahi se sert de ses voyages et de ses expériences pour donner vie à ses jeux vidéo. Vétéran du secteur, il aime aussi expérimenter les nouvelles technologies, comme en atteste son prochain titre en réalité virtuelle : Paper Beast (2019).

Mis à jour le 03/12/2019

2 min

Né en 1967 en région parisienne, Éric Chahi sort son premier gros succès en 1991 : Another World. Se déroulant dans un univers de science-fiction, ce jeu impressionne par ses graphismes et ses animations. Quelques années plus tard, en 1998, naît un autre jeu culte, Heart of Darkness, qui met en scène un garçon partant à la recherche de son chien dans un monde de ténèbres. Alors que l’époque ne jure que par la 3D, l’œuvre se contente de visuels en 2D, et surprend par son univers et ses musiques dignes d’un film hollywoodien

Au début des années 2000, passionné de photographie, Éric Chahi parcourt le monde à la recherche de volcans en activité. L’Indonésie, Hawaï, l’Etna… autant de destinations qui le mèneront, en 2011, à son nouveau jeu, From Dust qui fait incarner une entité divine guidant une tribu. Pour aider les personnages, il faut prendre du sable, de l’eau, de la lave… et modeler l’environnement pour créer des chemins et éviter des catastrophes naturelles. Après avoir conçu un simulateur de volcans pour La Réunion en 2014, Éric Chahi fonde le studio Pixel Reef et sort Paper Beast à la fin de l’année 2019.

Deux aspects définissent le style d’Éric Chahi. Premièrement, une fascination pour le cinéma : tandis qu’Another World a été inspiré par Star Wars, Heart of Darkness a marqué une génération de joueurs grâce à sa cinématique d’introduction en images de synthèse rappelant le film Toys Story. En témoigne l’anecdote, en 1995, de la rencontre, au détour d’un salon, avec Steven Spielberg qui aurait demandé à l’équipe derrière Heart of Darkness si elle se sentait capable d’en concevoir une adaptation cinématographique. Le jeu étant alors en plein développement, l’histoire n’est finalement pas allée plus loin.

Autre dimension importante aux yeux d’Éric Chahi : les animations et leur réalisme. En leur temps, Another World et Heart of Darkness ont séduit par les mouvements réalistes de leurs personnages. Encore aujourd’hui, à l’approche de la sortie de Paper Beast, ce rapport à la simulation et à la nature reste prépondérant : alors que From Dust faisait contrôler au joueur des éléments naturels, Paper Beast le plonge virtuellement au sein d’un écosystème regorgeant de vie.

Éric Chahi a eu une influence indéniable sur le jeu vidéo. De nombreux joueurs voient Another World comme un tournant graphique et narratif pour le médium.

Et ce n’est pas tout : de grands créateurs ont avoué s’en être inspirés. C’est le cas du Japonais Fumito Ueda (Ico, 2001, Shadow of the Colossus, 2005, The Last Guardian, 2016), lui aussi attaché à la nature et aux animations réalistes. Encore aujourd’hui, Éric Chahi est considéré comme un créateur français singulier de la scène vidéoludique.

  • 1991

    1991

    Sortie du jeu d’action-aventure Another World.

  • 1998

    1998

    Sortie du jeu d’aventure Heart of Darkness.

  • 2011

    2011

    Sortie du jeu de simulation divine From Dust.

  • 2014

    2014

    Éric Chahi réalise un simulateur de volcans interactif pour La Cité du Volcan.

  • 2016

    2016

    Éric Chahi fonde le studio Pixel Reef.

  • 2019

    2019

    Sortie du jeu en réalité virtuelle Paper Beast.

L'Institut français et le projet

Paper Beast d'Éric Chahi est présenté sur la plateforme de l’Institut français dédiée au jeu vidéo indépendant culturegamer.fr, en ligne fin novembre 2019.

L'institut français, LAB