de portraits
Portrait
Arts visuels
Danse

Éric Minh Cuong Castaing

L’humain trouve sans cesse de nouvelles stratégies pour lutter contre ou jouer avec la technologie

Venu du cinéma d’animation, le chorégraphe Éric Minh Cuong Castaing mêle dans ses œuvres, danseurs et nouvelles technologies, interrogeant nos perceptions des corps et leur appréhension face à ces outils.

Mis à jour le 07/10/2020

2 min

Diplômé de l’école de l’image des Gobelins à Paris en 2004, Éric Minh Cuong a d’abord travaillé dans l’animation. La danse vient à lui par le hip-hop et la danse contemporaine qu’il découvre en 1997, entre autres avec Nacera Belaza, puis le butô où il se forme auprès de Carlotta Ikeda et Gyohei Zaitsu. En 2011, il décide de mêler l’animation et la danse en montant sa première pièce, Kaiju /, qui mélange danseurs et réalité augmentée. Il ne cesse depuis de poursuivre ce travail autour de pièces chorégraphiques, films ou performances, que ce soit avec sa compagnie Shonen (le court-métrage Kid birds for camera, 2014), en tant qu’artiste associé au Ballet de Marseille (School of Moon, 2016, mêlant danseurs et robots) ou avec de jeunes chorégraphes comme Silvia Costa ou Alessandro Sciarroni (Aurora, 2015).

En faisant se rencontrer les corps de danseurs et les nouvelles technologies, Éric Minh Cuong Castaing veut explorer les nouvelles perceptions des corps, augmentés ou transformés. Il interroge notre vison du réel face au virtuel, du geste organique face au mouvement artificiel.

Le chorégraphe s’intéresse à tous les types de corps pour comprendre leur résonance avec les outils technologiques. Il met ainsi en scène des enfants avec des robots humanoïdes dans sa pièce School of Moon (2016), ou des personnes avec un handicap moteur interagissant avec des danseurs grâce à la réalité virtuelle dans L’âge d’or (2016). Sa dernière création Phoenix (2018) mêle des danseurs à des drones, et des artistes sur scène à des artistes de Gaza à travers un système de vidéos en direct.

Dès le début de sa carrière chorégraphique en 2011, Éric Minh Cuong Castaing a insufflé à son travail en France des expériences internationales. Il part ainsi en résidence de recherche au Circuit-Est de Montréal au Canada en 2015, propose des actions culturelles et des conférences à Düsseldorf en Allemagne en 2018 tout en se faisant remarquer à l’Oklahoma Dance Film Festival aux États-Unis.

Phoenix, sa création montée en 2018, part d’un voyage à Beyrouth au Liban où Éric Minh Cuong Castaing s’interroge sur les corps du Moyen-Orient. Pour ce faire, il travaille avec des artistes de la bande de Gaza comme Mumen Khalifa ou le Myuz GB Crew. Cette pièce — composée de danseurs en scène, de vidéos et de drones — a été représentée dans plusieurs pays notamment au festival belge Charleroi Danse ou au Dublin Dance Festival en Irlande.

  • 2011

    2011

    Éric Minh Cuong Castaing monte sa première pièce, Kaiju, où les danseurs se mêlent à la réalité augmentée.

  • 2014

    2014

    Son court-métrage Kid birds for camera fait le tour des festivals en Roumanie, Grèce, Espagne, Argentine ou Turquie.

  • 2016

    2016

    Pendant 2 ans, Éric Minh Cuong Castaing est artiste associé au Ballet de Marseille, il y crée notamment sa pièce School of Moon.

  • 2020

    2020

    Sa pièce Phoenix est présentée en septembre au festival Roma Europa en Italie après deux ans de tournée.

L'Institut français et l'artiste

Éric Minh Cuong Castaing fait partie de la programmation française du RomaEuropa Festival pour y présenter sa pièce Phoenix en 2020. 

En 2020, Éric Minh Cuong Castaing a été lauréat de la Villa Kujoyama, résidence d’artistes au Japon soutenue par l’Institut français. 

En savoir + sur la Villa Kujoyama

 

L'institut français, LAB