de portraits
Image
François Andes
Crédits
© Festival Artes Vertentes
Portrait
Pluridisciplinaire
Arts visuels

François Andes

Mon œuvre est similaire à une structure organique sans cesse en croissance, ouverte sur son environnement et fonctionnant sur un mode proliférant.

Ses dessins mesurent parfois jusqu’à plusieurs mètres de hauteur et de largeur. Souvent, ils sont accompagnés de sculptures ou de performances. Car François Andes voit grand : son imaginaire, peuplé de paysages oniriques et de créatures hors normes, fait voyager ses visiteurs à travers les territoires et les légendes du monde tout entier.

Mis à jour le 15/10/2019

2 min

Enfant du Nord, François Andes a étudié à Roubaix (France) puis à Bruxelles (Belgique). De ses dix-sept à ses vingt ans, il s’est exercé au dessin animé, aux arts textiles, à la sérigraphie et à la peinture monumentale ; un apprentissage qui a profondément marqué sa pratique pluridisciplinaire de l’art.

Depuis, François Andes a participé à la Nuit Blanche parisienne de 2014, a multiplié les résidences de création (au Maroc, au Brésil, en Russie…) et a exposé dans une quarantaine de lieux différents, dont le Château du Rivau, le Musée des Beaux-Arts de Tourcoing, l’Abbaye de Sutton Courtenay d’Oxford au Royaume-Uni et la Villa Saigon à Hô-Chi-Minh-Ville au Vietnam.

S’il passe parfois plusieurs jours à peaufiner un seul et même dessin, c’est pour mieux nous hypnotiser : déployant mille détails sur de grandes surfaces de papier aux formats variés (pliées en accordéon ou déployées sur des pans de murs), François Andes construit des vues paysagères saturées de motifs, et invente chaque jour de nouveaux écosystèmes fantasmagoriques.

Dans son monde, de singulières architectures émergent d’une végétation luxuriante, où des êtres mi-anthropomorphes mi-animaliers se baladent, voguent et s’envolent. Le visiteur, plongé dans l’obscurité ou, à l’inverse, baigné en pleine lumière, découvre parfois à côté de ces impressionnants dessins des installations textiles et sculpturales, extensions tridimensionnelles de ces folies graphiques.  

Par ce que ses dessins et ses installations peuvent volontiers s’accompagner de performances, François Andes est régulièrement invité au sein de manifestations plurielles, telles que la Biennale de Mons ou le Festival Internacional de Artes de Tiradentes au Brésil.

Lauréat en 2019 de la Villa Saigon d’Hô-Chi-Minh-Ville (Vietnam), François Andes expose cette même année à Tbilissi (Géorgie), à Salvador de Bahia (Brésil) et en France. Son agenda est ensuite bouclé jusqu’en 2021, avec des projets à l’ambassade de la Corée du sud à Paris, au Festival Zeikunst de Berlin (Allemagne) et au centre d’art LaBanque de Béthune (France).

  • 2011

    2011

    François Andes devient artiste associé du Groupe A – Coopérative culturelle, une association qui œuvre en faveur des résidences d’artistes.

  • 2014

    2014

    Pour la Nuit Blanche parisienne, François Andes invite une soixantaine de performeurs à activer son installation performative Le singe qui lèche.

  • 2017

    2017

    Au salon DDessin, François Andes est élu « Coup de cœur » par la directrice du salon Eve de Medeiros, pour sa série de dix dessins Les Préparatifs.

  • 2019

    2019

    François Andes est lauréat de la Villa Saigon d’Hô-Chi-Minh-Ville (Vietnam) grâce à son projet La Traversée du désastre.

L'Institut français et l'artiste

François Andes a bénéficié du soutien de l’Institut français et de la Région Hauts-de-France pour la résidence de création à la Villa Saigon au Vietnam pour son projet La traversée du désastre. La Villa Saigon fait partie des Résidences soutenues par la Fabrique des résidences de l’Institut français.


En savoir + sur le programme de Fabrique des résidences

L'institut français, LAB